DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

CRITIQUE | Récital de David Fray à la salle Bourgie: fragile intimité

Par Jeanne Hourez le 8 mars, 2018

David Fray. (Photo: IMG Artists)
David Fray. (Photo: IMG Artists)

Alors qu’il vient d’enregistrer un disque consacré à Chopin, le pianiste français David Fray était de passage hier soir à la salle Bourgie pour un récital autour de Mozart et Schubert. Un choix de répertoire audacieux, mais qui ne surprend guère, tant les choix programmatiques du musicien privilégient avant tout une musique intime.

La première partie était donc dédiée à Mozart et la seconde, à Schubert. De quoi boucler la boucle, puisque les deux premiers disques de David Fray (2009 et 2010) étaient respectivement consacrés à ces compositeurs. Hier soir, c’est avec la Fantaisie pour piano en do mineur, K.475, que le pianiste a choisi d’ouvrir un récital sous le signe de l’intimité. Une intimité fragile, empreinte de romantisme. La Fantaisie de Mozart est interprétée dans une introspection parfois déroutante – puisque les directions semblent parfois se perdre -, mais aussi captivante, notamment dans les passages très piano.

Le pianiste cherche des effets de pédale, reprenant l’accord tout de suite après que les doigts aient lâché les notes pour en garder une empreinte harmonique. Ce procédé n’est pas toujours le mieux adapté sur les pianos modernes et peut lasser l’auditeur, qui souhaiterait aussi pouvoir profiter entièrement du silence de la partition.

La sonate n°14 en do mineur K.457 s’enchaîne tout de suite après les dernières notes de la Fantaisie. Elle reste un peu dans ce même état de tourmente intérieure, mais paraît déjà plus assurée malgré quelques petits soucis de clarté dans les passages rapides à la main droite. Le deuxième mouvement, surtout, est une recherche perpétuelle de sensibilité introvertie. De même, le thème du Rondo en la mineur K.511 qu’il interprète par la suite est d’une poésie extrême et la pièce entière développe de très belles idées musicales alors qu’on sent le pianiste déjà beaucoup plus à l’aise que dans la première œuvre.

En seconde partie, David Fray interprète la sublime Sonate n°20 en la majeur D.959, de Schubert, qui s’étend sur quatre mouvements. Là encore, quelques transitions un peu négligées peuvent dérouter l’auditeur tandis que d’autres sont magnifiquement négociées et contribuent à nous emmener dans l’univers si particulier de Schubert, un univers de déchirement incessant et de douleur interne.

Le deuxième mouvement offre un magnifique équilibre tandis que le pianiste adopte un tempo assez lent dans le troisième, probablement pour continuer dans cet esprit d’âme en lutte. Il continue de défendre cette vision dans le dernier mouvement de cette sonate qui oppose des contrastes de lumières et de nuances alors que la coda termine sur une belle note d’espoir.

En rappel, le pianiste nous offre un extrait de son dernier disque, à savoir le Nocturne op.9 n°2 en mi bémol majeur de Chopin, très sensible une fois de plus. Même si le jeu de David Fray ne convainc pas tout le monde tant sa vision intime des œuvres peut parfois déconcerter, on ne peut lui reprocher d’être complètement habité par sa musique et de proposer une interprétation qui sort des normes.

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE? Lisez aussi:

Entretien: David Fray, en tournée avec des compositeurs qui l’inspirent

Opéra – Vénus et Adonis: découvrir l’oeuvre méconnue de John Blow

 

 

 

Jeanne Hourez

Pianiste, Jeanne détient une licence du Conservatoire national supérieur de musique de Paris ainsi qu'une maîtrise et un DEPA de la Faculté de musique de l'Université de Montréal. Elle se passionne pour la musique de chambre, la musique contemporaine et le journalisme musical. Elle est la fondatrice du Trio Benzaiten.

Jeanne Hourez

Pianiste, Jeanne détient une licence du Conservatoire national supérieur de musique de Paris ainsi qu'une maîtrise et un DEPA de la Faculté de musique de l'Université de Montréal. Elle se passionne pour la musique de chambre, la musique contemporaine et le journalisme musical. Elle est la fondatrice du Trio Benzaiten.
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

CRITIQUE | Carmen à l'Opéra de Montréal: beaucoup de talent dans une production qui ne passera pas à l'histoire

Par Caroline Rodgers le 5 mai, 2019

Il fallait s'y attendre: la Carmen de l'Opéra de Montréal est présentée pratiquement à guichets fermés et a donné lieu à l'ajout d'une représentation supplémentaire. Le "blockbuster" de Bizet, parmi les opéra les plus donnés dans le monde année après année, est un feu roulant d'airs connus et de musique orchestrale séduisante. Dans un tel contexte, difficile de rater son coup. Sans pour autant nous jeter par terre - loin s'en faut - la première de cette nouvelle production, hier soir, était une belle démonstration du talent d'ici, tant chez nos chanteurs que chez les autres artisans québécois des arts de la scène.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.