DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

CRITIQUE | Christoph Eschenbach: un grand chef à l'OSM

Par Jeanne Hourez le 19 octobre, 2018

Christoph Eschenbach. (Photo: courtoisie)
Christoph Eschenbach. (Photo: courtoisie)

Parmi les plus grands chefs d’orchestre vivants, Christoph Eschenbach mérite sans aucun doute de figurer sur « la liste », et ce, pour de multiples raisons.

Le chef allemand a une telle carrière derrière lui (directeur musical de l’Orchestre symphonique de Houston, de l’Orchestre symphonique de la NDR de Hambourg, et de l’Orchestre de Paris parallèlement à l’Orchestre de Philadelphie pour n’en citer que quelques-uns) qu’il ne fallait absolument pas manquer l’occasion de l’entendre diriger l’OSM cette semaine, dans un concert presque entièrement consacré à Tchaïkovski. Toujours soucieux de surprendre son public et d’élargir les horizons musicaux, il a complété le programme par une pièce du compositeur français Marc-André Dalbavie, La source d’un regard.

Marc-André Dalbavie n’est pas encore un compositeur très renommé au Québec, bien qu’il soit plutôt connu en France, mais ses pièces mériteraient qu’on leur porte plus d’attention. Sa musique très suggestive est un spectre qui se déploie à travers tous les instruments en faisant émerger des motifs thématiques réutilisés plus tardivement et voyageant entre les différents pupitres. Non dénuée de surprises musicales, elle ne cesse d’installer des atmosphères différentes d’où surgissent des timbres orchestraux uniques, rappelant certains grands compositeurs français tels Debussy, Messiaen ou Dutilleux. Dans cette agréable mise en bouche, Christoph Eschenbach, qui connaît bien le compositeur, a dirigé l’OSM avec beaucoup de fougue et de poigne sans pour autant empêcher les musiciens d’exprimer leurs idées musicales.

Tchaïkovski

C’est ensuite vers la Russie de Piotr Ilitch Tchaïkovski que nous nous sommes envolés avec tout d’abord son célèbre concerto pour violon, dont la partie soliste était confiée à Julian Rachlin. Originaire de Lituanie, le violoniste a immigré très jeune à Vienne où il a pu recevoir une solide formation. De ce fait, son interprétation virtuose le pousse à donner de l’importance sur chaque note sans vraiment prendre le temps de relâcher la pression et de se laisser surprendre par cette partition que l’on connaît très bien.

Julian Rachlin s’inscrit dans une tradition interprétative russe très droite et peu maniérée mais qui tend, de nos jours, à être un peu démodée. De ce fait, malgré une solide technique et quelques accidents très vite pardonnés, on regrettera le manque de raffinement et de finition dans l’œuvre au complet. De son côté, Eschenbach a réussi à amener l’OSM vers un accompagnement le plus souple et élégant possible tout en tenant compte des choix de tempi parfois ahurissants du soliste.

Drastique contraste avec la Symphonie n°5 du même compositeur, qui suivit juste après l’entracte. D’emblée, le chef d’orchestre apparaît en maîtrise de l’intensité immense que demande cette œuvre gigantesque et laisse la musique s’épanouir naturellement. Il faut souligner qu’il connaît très bien la partition pour l’avoir endisquée il y a plusieurs années et l’avoir dirigée régulièrement. Le premier mouvement apparaît inquiétant, notamment avec le thème implacable du destin qui revient plusieurs fois, mais déroule déjà les esquisses de la suite. Le second est une envolée lyrique et grandiose. À travers un même thème exploité sous plusieurs formes, Eschenbach a en tête un souci d’apporter toujours de nouvelles idées musicales et de renouveler sans cesse sa recherche de timbres.

Le troisième mouvement, une valse raffinée, n’est ni trop poussif, ni trop allant et permet une petite parenthèse dans la passion russe présente dans toute cette œuvre. Le dernier mouvement est celui où toute cette puissance accumulée peut enfin exploser et se répandre peu à peu pour culminer dans les derniers accords. Fort d’une interprétation où les mouvements s’enchaînent attacca (contrairement à ce qu’a instauré la tradition), Christoph Eschenbach ne laisse pas les musiciens relâcher la tension musicale qu’il sait si bien gérer. Au contraire, tout dans sa pensée est construit clairement et il sait nous emmener et amener ses musiciens là où il le souhaite, en veillant à user des bons moyens pour ne pas les épuiser directement, en préservant avec intelligence l’énergie jusqu’au bout. En donnant une grande importance aux lignes des basses et en laissant la parole à chacun, les parties supérieures peuvent alors jaillir petit à petit tout en s’appuyant sur quelque chose de soigné et de solide. Cette version de cette symphonie entendue ce soir restera longtemps dans les esprits.

Christoph Eschenbach dirigera de nouveau l’OSM demain soir, 20 octobre, 20 h, à la Maison symphonique. DÉTAILS

LIRE AUSSI:

https://www.ludwig-van.com/montreal/2018/10/17/guides-lvm-meilleurs-que-du-bonbon-7-concerts-halloween-pour-petits-grands/

Jeanne Hourez

Pianiste, Jeanne détient une licence du Conservatoire national supérieur de musique de Paris ainsi qu'une maîtrise et un DEPA de la Faculté de musique de l'Université de Montréal. Elle se passionne pour la musique de chambre, la musique contemporaine et le journalisme musical. Elle est la fondatrice du Trio Benzaiten.

Jeanne Hourez

Pianiste, Jeanne détient une licence du Conservatoire national supérieur de musique de Paris ainsi qu'une maîtrise et un DEPA de la Faculté de musique de l'Université de Montréal. Elle se passionne pour la musique de chambre, la musique contemporaine et le journalisme musical. Elle est la fondatrice du Trio Benzaiten.
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

CRITIQUE | Twenty-Seven: un mariage vocal hors conventions

Par Michel Joanny-Furtin le 24 mars, 2019

Il y a eu Roméo & Juliette, Héloïse & Abélard. Désormais, il y aura Gertrude & Alice grâce à Twenty-Seven qui relate, sur une partition originale de Ricky Ian Gordon, un amour féminin aussi fort que toutes les histoires d’amour du monde, peu importe leur genre.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

CRITIQUE | Stylus Phantasticus: de la musique pour les yeux, de la peinture pour les oreilles

Par Michel Joanny-Furtin le 3 avril, 2019

Le compositeur Jean Lesage aurait été peintre s’il n’avait pas été musicien.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.