Les Boréades de Montréal

Par Ludwig Van le October 5, 2017

Ludwig van Montréal accueille deux nouveaux membres: Les Boréades de Montréal et l'Ensemble Contemporain de Montréal. (Crédit photo: Hugo Lefort)
Les Boréades de Montréalé (Crédit photo : Hugo Lefort)

Détails

Les Boréades de Montréal

Les Boréades de Montréal

127, 17e Avenue
Lachine, H8S 3N7

Site web : www.boreades.com

Téléphone : (514) 634-1244

Twitter | Facebook | YouTubeSoundcloudSpotify

________________________________________

À propos

Spécialisé dans le répertoire baroque, l’ensemble Les Boréades a été fondé en 1991 par Francis Colpron. Il a choisi comme approche une interprétation fidèle, tant par le respect des règles de la pratique ancienne que par l’emploi d’instruments d’époque. La critique et le public au Canada et à l’étranger ont unanimement salué la verve, la spontanéité ainsi que le jeu théâtral, expressif et élégant de l’ensemble, qualités qui témoignent d’une compréhension intime de l’esprit du Baroque.

L’ensemble a fait de nombreuses tournées, tant au Québec qu’à l’étranger, et participé à plusieurs festivals prestigieux. L’ensemble s’est aussi produit à la Frick Collection de New-York, au Concertgebouw d’Amsterdam, à la salle Gaveau à Paris, au Festival de Vancouver, au Musikfest Bremen et à l’Alte Musik Regensburg.

Il a de plus collaboré avec des musiciens de réputation internationale, notamment Hervé Niquet, directeur du Concert Spirituel, Skip Sempé, claveciniste et directeur du Capriccio Stravagante, le violoniste Manfred Kraemer, le cornettiste William Dongois, le ténor Charles Daniels ainsi que les chanteurs canadiens Matthew White et Karina Gauvin. Il a à son actif une solide discographie de vingt-quatre enregistrements distribués dans le monde. Les Boréades enregistrent sous étiquette Atma Classique.

Francis Colpron, directeur artistique et fondateur

Le flûtiste Francis Colpron est reconnu depuis quelques années comme l’un des musiciens les plus talentueux de sa génération. Sa qualité et sa capacité d’innover sur le plan artistique et interprétatif sont acclamées depuis près de trois décennies tant par le public que par la critique et les instances culturelles. Il a fondé en 1991 l’ensemble Les Boréades de Montréal, dont il assure depuis la direction artistique. Chaque année, il organise avec ce dernier une saison montréalaise très courue, se produit en Amérique du Nord et en Europe et enregistre sous étiquette ATMA Classique.

Comme soliste, il fut la flûte associée du Trinity Consort de Portland de 2000 à 2009. Il est également le soliste invité d’autres formations musicales telles que l’Apollo’s Fire de Cleveland, le Edmonton Symphony, l’Orchestre du Centre national des arts, Tafelmusik, l’Opera Atelier, les Thirteen Strings, le Studio de musique ancienne de Montréal, Les Violons du Roy, le Nova Scotia Orchestra et L’Harmonie des Saisons. Outre son activité pédagogique à l’Université de Montréal, Francis Colpron est fréquemment invité durant la saison estivale à partager son expérience en enseignant dans des camps musicaux réputés tels qu’Amherst aux États-Unis, CAMMAC au Québec et Boxwood en Nouvelle-Écosse.

Sa discographie comprend près de 40 enregistrements.

________________________________________

Galerie photos

________________________________________

Événements

 

CONCERTS DE LA SAISON 2021-2022

 

(Photo: courtoisie)

ARIAS ET OUVERTURES D’OPÉRAS DU JEUNE MOZART

Le 29 octobre, 19 h 30, Église Saint-LaurentDÉTAILS ET BILLETS

MARIE-ÈVE MUNGER, SOPRANO
L’ORCHESTRE LES BORÉADES
DIRECTION PHILIPPE BOURQUE

Nul n’ignore aujourd’hui le génie étonnamment précoce de Mozart. Enfant, il écrit sonates et symphonies, et déjà il est irrésistiblement attiré par l’opéra. Dès que s’en présente l’occasion, il compose des œuvres scéniques, touchant à l’opéra bouffe dans La Finta semplice, au singspiel dans Bastien und Bastienne ainsi qu’à l’opera seria sur des sujets tirés de l’Antiquité, le grand genre par excellence, avec Ascanio in AlbaLucio Silla ou Mitridate, re di Ponto. Partout, il montre une étonnante connaissance du bel canto et une palette expressive unique, qu’il enrobe dans des orchestrations somptueuses.

 

Les quatre Messes brèves de Bach

Le 27 novembre, 19 h 30, Église Saint-Jean-Baptiste DÉTAILS ET BILLET

SOLISTES, CHŒUR ET ORCHESTRE
AVEC LE CHŒUR SAINT-LAURENT
DIRECTION PHILIPPE BOURQUE

On ne connait pas la destination des quatre Messes brèves, ou Messes luthériennes, que Bach compose entre 1737 et 1748 environ. Selon l’usage, elles ne comprennent que le Kyrie et le Gloria, celui-ci divisé en cinq mouvements. Parce que Bach y reprend, les adaptant à la langue latine, des arias et des chœurs de cantates antérieures, certains les ont regardées de haut, oubliant que la monumentale Messe en si est elle aussi un « collage »… Quoi qu’il en soit, voici une occasion en or de découvrir ces œuvres magnifiques trop rarement entendues.

 

(Photo: Courtoisie)

Percées dans le grave

Le 24 février, 19 h 30, Chapelle Saint-Louis DÉTAILS ET BILLETS

DUOS DE FLÛTE DE LA PÉRIODE CLASSIQUE

ŒUVRES DE W. F. BACH ET DE KUHLAU
ALEXA RAINE-WRIGHT ET FRANCIS COLPRON, TRAVERSIÈRES

La flûte traversière jouit au XVIIIe siècle d’une grande popularité, associée à son caractère intime et sensible. D’aucuns critiquent son manque de justesse et ses inégalités sonores, mais les compositeurs savent habilement tirer partie de ces « défauts »… Sa facture évolue sans cesse cependant, et on la munit de clés vers le milieu du siècle pour augmenter le volume et la clarté de ses notes graves, ce qui lui permettra de mieux tirer son épingle du jeu lorsqu’accompagnée. Les œuvres les plus ambitieuses qui lui sont alors réservées restent sans contredit les six Duos à deux flûtes sans basse de Wilhelm Friedemann Bach, étonnants par leur complexité et leur expression farouche, déjà romantique.

(Photo: courtoisie)

Jouvence pour un Roi fatigué

Le 10 avril, 15 h, salle de concert du Conservatoire DÉTAILS ET BILLETS

MUSIQUE DE CHAMBRE FRANÇAISE DU PREMIER XVIIIE SIÈCLE

ŒUVRES DE COUPERIN, MARAIS, HOTTETERRE, JACQUET DE LA GUERRE ET BOISMORTIER

En plus de sa propre gloire, Louis XIV eut trois passions : les femmes, les bâtiments et la musique. Au cours des quelque vingt-cinq dernières années de son interminable règne, les deux premières pâlirent, l’une à cause de l’esprit de dévotion imposé à la Cour par Mme de Maintenon, son épouse morganatique, l’autre à cause des importantes difficultés économiques qui affligeaient le royaume. La musique, qu’il a étudiée dans sa jeunesse, le réconforte cependant jusqu’à ses derniers jours. Il aime ses musiciens, s’entretient volontiers avec eux et les choisit avec soin : Couperin écrit pour lui ses Concerts royaux, Marais est son violiste préféré et il encourage Élisabeth Jacquet, enfant prodige, dès ses premières compositions…

Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

LES NOUVELLES DU JOUR DANS VOS COURRIELS

company logo
Conditions d'utilisation & Politique de vie privée
© 2022, Museland Media, Inc., Tous droits réservés.