DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

CRITIQUE | Appassionata et La Crème de Crémone: un amical combat de cordes

Par Jeanne Hourez le 13 novembre, 2017

Pascale Montpetit était la narratrice du spectacle La Crème de Crémone. (Photo: courtoisie)
Pascale Montpetit était la narratrice du spectacle La Crème de Crémone. (Photo: courtoisie)

Le spectacle musical pour enfants La Crème de Crémone fut donné hier après-midi, à la salle Bourgie, et rassemblait quelques-uns des musiciens québécois les plus prometteurs entourés de l’Orchestre Appassionata, dirigé par Jean-Philippe Tremblay.

Marianne Dugal, Victor Fournelle-Blain, Marina Thibeault et Stéphane Tétreault se sont prêtés à une petite guerre amicale afin d’élire le meilleur des instruments issus de la famille des cordes. Le tout était agrémenté de textes écrits par Mathieu Boutin et contés par Pascale Montpetit.

La comédienne a tout d’abord présenté la famille des cordes frottées, réunies au grand complet dans l’orchestre Appassionata, devant un public venu en famille. Le but du spectacle était en effet de faire connaître aux spectateurs les différents instruments. Pascale Montpetit ponctuait les pièces de quelques commentaires historiques et amusants alors que les enfants présents demeuraient de manière générale très attentifs, probablement hypnotisés par la jolie musique qui résonnait entre les murs de la salle Bourgie.

La première à « défendre » son instrument fut l’altiste Marina Thibeault dans le Concerto en sol majeur de Telemann. À travers son beau phrasé, elle a proposé une interprétation plutôt classique avec grand enthousiasme. Son jeu est léger, joyeux, fluide et doté d’un timbre convenant bien à un compositeur comme Telemann. On notera, en revanche, un certain déséquilibre avec un orchestre un peu trop présent pour le son plutôt intime de la soliste. La jeune interprète semblait un peu prise entre une interprétation très droite et quelques prises de liberté qu’elle aurait sans doute voulu pousser plus loin. Dans l’ensemble, ce fut tout de même très convaincant et cela nous a permis de la découvrir dans un répertoire différent de ce qu’elle joue d’habitude en concert.

Marina Thibeault, altiste. (Crédit photo: Matthew Perrin).
Marina Thibeault, altiste. (Crédit photo: Matthew Perrin).

Vinrent ensuite Marianne Dugal, violoniste de l’OSM, et Victor Fournelle-Blain, altiste dans le même orchestre, mais qui joue également du violon à un très haut niveau. Les deux musiciens ont interprété une version véloce et enlevée du Concerto pour deux violons en ré mineur de Jean-Sébastien Bach. Si l’orchestre a encore une fois manqué un peu de contrastes et de discernement entre les différentes voix, les deux violonistes nous ont offert de beaux moments de dialogues et de complicité. Les tempi choisis, assez allants dans les trois mouvements, ont apporté un souffle de fraîcheur et une vie intérieure à ce concerto qui fait l’objet de choix interprétatifs extrêmement variés.

Stéphane Tétreault, pour sa part, est appelé pour défendre le violoncelle dans le Concerto n°1 en la mineur de Camille Saint-Saëns. Le jeune violoncelliste se montre très à l’écoute de ses partenaires orchestraux, mais aussi du chef. Il en résulte un beau mélange et un orchestre souple, qui n’hésite pas à le suivre dans ses exaltations. Extrêmement investi, le violoncelliste semble s’inspirer beaucoup de Jacqueline du Pré dans sa manière de jouer. Son jeu est virtuose, décidé, sensible et intense. Démontrant un jeu d’une grande maturité, il pourrait peut-être se permettre de prendre quelques risques et de relâcher un peu la tension permanente qu’il met sur chaque note.

 

Stéphane Tétreault, violoncelliste. (Crédit: Luc Robitaille)
Stéphane Tétreault, violoncelliste. (Crédit: Luc Robitaille)

En rappel, les quatre musiciens se sont réunis dans un mouvement d’un quatuor à cordes de Josef Haydn. La Crème de Crémone est un spectacle pour enfants, certes, mais de qualité, surtout au vu des solistes choisis. Si les textes ont peut-être semblé très enfantins pour les adultes qui accompagnaient leur marmaille, il n’en est rien de l’intervention des musiciens, qui furent très pertinents dans leur rôle respectif.

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE? Lisez aussi: 

Les Petits Violons lancent leur 53e saison

Le trésor caché de la violoniste Nuné Mélik

 

Jeanne Hourez

Pianiste, Jeanne détient une licence du Conservatoire national supérieur de musique de Paris ainsi qu'une maîtrise et un DEPA de la Faculté de musique de l'Université de Montréal. Elle se passionne pour la musique de chambre, la musique contemporaine et le journalisme musical. Elle est la fondatrice du Trio Benzaiten.

Jeanne Hourez

Pianiste, Jeanne détient une licence du Conservatoire national supérieur de musique de Paris ainsi qu'une maîtrise et un DEPA de la Faculté de musique de l'Université de Montréal. Elle se passionne pour la musique de chambre, la musique contemporaine et le journalisme musical. Elle est la fondatrice du Trio Benzaiten.
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

CRITIQUE | Les Noces de Figaro des JMC : une production portative avec de grands talents

Par Michel Joanny-Furtin le 4 octobre, 2019

Jamais l’expression « opéra de poche » n’a été aussi vrai que pour décrire cette 27e production d’opéra des Jeunesses Musicales Canada, avec six artistes sur scène et un décor aisément transportable pour voyager au Québec et dans les Maritimes.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

CRITIQUE | La Traviata à l'Opéra de Québec : les souffrances de Violetta

Par Caroline Rodgers le 20 octobre, 2019

CRITIQUE - La Traviata, de Giuseppe Verdi, était présentée en première hier soir, 19 octobre, à l'Opéra de Québec. Une très belle production qui souffre tout de même de lacunes, surtout en ce qui concerne sa distribution, fort inégale.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

CRITIQUE | Gloire soviétique à l'Orchestre de l'Université de Montréal : une superbe démesure contrôlée

Par Michel Joanny-Furtin le 13 octobre, 2019

Intitulé Gloire … soviétique avec trois points de suspension comme un doute sur la "gloire" d’une système politique dictatorial, ce premier concert de la saison 2019-2020 de l’Orchestre de l’Université de Montréal (OUM) a présenté des œuvres importantes à la salle Claude-Champagne.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.