NOUVELLE | Les Petits Violons lancent leur 53e saison

Par Stéphanie Dupuis le 2 novembre 2017

Pour cette nouvelle saison, les Petits Violons pourront bénéficier de la présence à leurs côtés d’une accordéoniste, d’un tromboniste, de comédiens et d’un chef d’orchestre invité.

La 53e saison des Petits Violons s’amorce ce dimanche à l’église Saint-Pierre-Apôtre de Montréal avec un premier invité de marque: le bassoniste, chef d’orchestre et compositeur Mathieu Lussier. Rencontre avec la directrice artistique Marie-Claire Cousineau dans les locaux de l’école de musique du quartier Mile-End à Montréal.

« La rigueur n’exclut pas le plaisir, au contraire, elle le bonifie », telle était la devise de Jean Cousineau, musicien et compositeur de renom qui a fondé les Petits Violons dans les années 60. « L’objectif de mon père, c’était de trouver une façon d’apprendre l’instrument tout en s’amusant », se souvient Marie-Claire Cousineau. La violoniste, que l’on peut parfois voir à l’Orchestre Métropolitain aux côtés de sa sœur, Yukari Cousineau, a repris depuis quelques années le flambeau de la direction des Petits Violons, transmis par son père, décédé il y a maintenant cinq ans.

Choqué de constater le nombre de blessures dont souffrent les violonistes, Jean Cousineau a développé sa propre méthode d’enseignement. Laissant de côté les gammes, les arpèges et autres éléments « sportifs » du parcours traditionnel classique, l’artiste a plutôt misé sur le plaisir de jouer. À l’aide d’un répertoire dont il était souvent l’auteur, il a réussi à intégrer la technique à ses pièces, joignant ainsi l’utile à l’agréable. Les examens sont aussi choses du passé au profit, cette fois, des concerts. « Des expériences positives dont on se souvient », insiste la directrice.

Marie-Claire Cousineau (Crédit: Mikhaël Esterez)
Marie-Claire Cousineau (Crédit: Mikhaël Esterez)

Force est de constater que la formule fonctionne : « On n’a pas eu de tendinite en 53 ans ! », confirme, tout sourire, Marie-Claire Cousineau.

 

Des invités de marque

 

Pour cette nouvelle saison, les Petits Violons pourront bénéficier de la présence à leurs côtés d’une accordéoniste, d’un tromboniste, de comédiens et d’un chef d’orchestre invité. « On touche à des choses différentes à chaque concert », explique cette passionnée.

En plus d’être accompagnés d’instruments avec lesquels ils sont moins familiers, les petits violonistes recevront plusieurs invités de marque. À commencer par le compositeur, chef d’orchestre et bassoniste Mathieu Lussier, impliqué notamment avec les Violons du Roy, qui brise la glace ce dimanche pour le concert inaugural.

 

« Jouer avec un basson, à moins de jouer avec un orchestre symphonique, ça n’arrive pas souvent, s’émerveille Marie-Claire pour ses élèves. On l’accompagne dans un Concerto pour violon et basson et on joue aussi l’une de ses compositions. »

La soirée se poursuivra par une adaptation orchestrale signée Jean Cousineau de La Follia de Corelli, puis se conclura avec Les dissonances, du Quatuor à cordes no 19, de Mozart.

 

Concert de Noël

 

Prévu le 17 décembre prochain, le concert de Noël promet une place de choix pour le folklore. La soirée, présentée par la comédienne Julie Daoust (L’Auberge du chien noir, Unité 9), sera ponctuée des interventions de l’accordéoniste d’origine basque Maider Martineau.

 

« Elle va jouer avec nous des folklores québécois, et on va jouer avec elle des folklores basques », s’enthousiasme Marie-Claire, rappelant l’importance de l’accordéon dans l’ethnomusicologie québécoise. L’orchestre s’est laissé tenter par le Concerto en sol F 1 no 64 de Vivaldi pour compléter le programme.

Marie-Claire Cousineau a repris depuis quelques années le flambeau de la direction des Petits Violons, transmis par son père, décédé il y a maintenant cinq ans. (Crédit: Mikhaël-Esterez)
Marie-Claire Cousineau a repris depuis quelques années le flambeau de la direction des Petits Violons, transmis par son père, décédé il y a maintenant cinq ans. (Crédit: Mikhaël-Esterez)

La programmation se poursuit avec un troisième concert le 28 janvier où l’on pourra compter sur la participation de Patrice Richer, tromboniste à l’Orchestre métropolitain depuis 2001. « Ça va être super intéressant pour les jeunes de voir un cuivre de près », lance la directrice. Au programme, un concerto de Wagenseil, La plaisanterie de Haydn et le Quatuor op. 41 no 2 de Schumann.

L’héritage de Jean Cousineau est omniprésent dans cette programmation qui reprend notamment quelques-unes de ses adaptations orchestrales. C’est surtout pour le quatrième concert de l’école, le 25 février prochain, que son legs est plus significatif.

« Mon père avait écrit la musique pour un film dont les dessins avaient été faits par Frédéric Back et qui parlait de la légende du feu. Plus tard, ils ont réutilisé la musique avec un texte qui a été écrit par Robert Gauthier », raconte l’artiste aux multiples chapeaux.

Ainsi, pour ce concert, le comédien Renaud Paradis (Edgar et ses fantômes, Les Feluettes) récitera ce texte de Gauthier, accompagné de la pièce de Jean Cousineau, jouée par les Petits Violons.

 

Le quatrième concert se terminera sur une note plus « western » avec le quintette Op. 97 dit Américain de Dvorak :

« On est allé chercher en musique de chambre un quintette de la période américaine de Dvorak, comme la musique de film western avec les Indiens et les cowboys », dit Marie-Claire Cousineau.

La 53e saison se clôtura avec le chef d’orchestre Nicolas Ellis à la salle Pierre-Mercure du Centre Pierre-Péladeau le 6 mai prochain. À la suite d’une collaboration l’an dernier entre les Petits Violons et l’Orchestre Métropolitain, dirigé cette fois-là par Ellis, l’école a voulu renouveler l’expérience, amis différemment. À l’aide de jeunes musiciens supplémentaires, la directrice avance : « On va monter un orchestre avec des vents et des percussions ».

Pour l’instant, seulement la Symphonie no 40 de Mozart est confirmée au programme. D’autres pièces s’ajouteront dans les prochains mois.

Une année qui se distingue de plusieurs façons pour les Petits Violons, « un cadeau pour nous », soutient la directrice. Les concerts de la programmation n’ont pas de tarif fixe, mais une contribution volontaire est bienvenue de la part des spectateurs.

 

 

 

Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

LES NOUVELLES DU JOUR DANS VOS COURRIELS

company logo
Conditions d'utilisation & Politique de vie privée
© 2023, Museland Media, Inc., Tous droits réservés.