DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

MOIS DU PIANO | Critique: Marc-André Hamelin et le Pacifica Quartet, une association périlleuse

Par Jeanne Hourez le 5 février, 2018

Marc-André Hamelin. (Crédit: Sim Canetty-Clarke)
Marc-André Hamelin. (Crédit: Sim Canetty-Clarke)

La Société Pro Musica et la Maison Symphonique ont accueilli ce dimanche le Pacifica Quartet et le pianiste québécois Marc-André Hamelin dans une salle parsemée de quelques poignées de personnes. C’est le quatuor qui a ouvert le concert avant d’être rejoint par le pianiste pour une seconde partie en formation de quintette.

Beethoven avec du caractère

C’est avec le Quatuor à cordes n°10 de Beethoven, dans une interprétation véloce et autoritaire, que le Pacifica Quartet a lancé cet après-midi musicalement très contrasté. Ce quatuor est surnommé « Les Harpes » car il fait intervenir à de nombreuses reprises la technique des « pizzicati » qui font sonner les instruments comme des harpes.

Malgré de récents changements de second violoniste et d’altiste, le quatuor semble entretenir une très belle cohésion de groupe, notamment grâce à l’énergie de la violoniste principale, Simin Ganatra, et au large soutien apporté par le violoncelliste Brandon Vamos.

La musique de Beethoven se déploie sur une pulsation vivante et stable et profite de la complicité de l’ensemble pour faire rayonner son caractère sans cesse exploité à travers des tensions.

Les quatre instrumentistes se portent beaucoup d’attention et s’imbriquent dans le son des uns et des autres. Malgré la dimension de la salle qui se prête peu à une formation de taille modeste et quelques problèmes d’intonation, l’équilibre entre les instrumentistes est, la plupart du temps, équilibrée, et jouit du son riche et profond qu’entretient le quatuor d’un bout à l’autre de la pièce.

Hamelin & Schumann confus

La deuxième partie commençait par le quintette composé par Marc-André Hamelin. Constitué de trois mouvements, l’œuvre explore le chromatisme et des sonorités proches de Franck ou de Fauré à travers des harmonies mouvantes, mystérieuses et parfois dramatiques. Si l’œuvre traite différemment la partie pianistique de celle des cordes, on sent d’emblée que l’équilibre maîtrisé de la première partie est dérangé par la présence du piano. Les formations du quatuor et du quintette demandent des maîtrises différentes, surtout lorsque le quatuor forme un ensemble à part.

Le même souci apparaît de manière encore plus flagrante dans le Quintette de Schumann. L’unité que l’on pouvait trouver dans le Beethoven se décompose dans une masse trop présente de piano et une pulsation toujours courante, des tempi trop rapides et un manque manifeste de respirations. Marc-André Hamelin et le Pacifica Quartet ne semblent pas en accord dans leurs choix interprétatifs et cela conduit à une version très classique, qui n’arrive pas à créer de moments remarquables, qui ne réussit pas à décoller malgré des choix de tempi très rapides, notamment dans les deux mouvements centraux. On note de belles tentatives chez les cordes mais ces dernières ne sont pas suivies par le pianiste qui n’accompagne pas ses partenaires, forcés alors de surjouer pour essayer de se faire entendre. On aura surtout des regrets dans le deuxième mouvement qui, par le choix du tempo plutôt allant, ne nous a pas permis d’apprécier pleinement les silences si importants du thème et fut joué de manière trop directe.

Si Marc-André Hamelin demeure un très bon musicien, l’association avec une formation déjà constituée est toujours délicate et ce ne fut pas un assemblage heureux pour ce concert. Il faut également préciser que jouer à la Maison Symphonique est toujours un défi sonore tant l’acoustique peut être difficile à gérer. Cela ne nous empêchera pas cependant d’avoir assisté à de très beaux moments de musique.

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE? Lisez aussi: 

Six vidéos de piano parmi les plus divertissants du web.

Une invasion de pianistes au Québec avant l’été!

Jeanne Hourez

Pianiste, Jeanne détient une licence du Conservatoire national supérieur de musique de Paris ainsi qu'une maîtrise et un DEPA de la Faculté de musique de l'Université de Montréal. Elle se passionne pour la musique de chambre, la musique contemporaine et le journalisme musical. Elle est la fondatrice du Trio Benzaiten.

Jeanne Hourez

Pianiste, Jeanne détient une licence du Conservatoire national supérieur de musique de Paris ainsi qu'une maîtrise et un DEPA de la Faculté de musique de l'Université de Montréal. Elle se passionne pour la musique de chambre, la musique contemporaine et le journalisme musical. Elle est la fondatrice du Trio Benzaiten.
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

REVIEW | War Requiem a victory for the Conservatoire

Par Arthur Kaptainis le 14 mars, 2019

Montreal, city of orchestras. We hear about the professional ensembles but must not forget the schools that supply them, including the Conservatoire de musique de Montréal, which on Wednesday night assembled 100 instrumentalists and 350 choristers in the Maison symphonique for a concert intended to extend the celebration last year of the 75th anniversary of the institution.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

CRITIQUE | L'OSM à Bruxelles : un crescendo vers le sublime

Par Dominique Joucken le 21 mars, 2019

Après Paris, Bruxelles. L’OSM était de passage, hier soir, dans la capitale de l’Europe et de la Belgique. Un de nos collaborateurs était présent au Palais des beaux-arts.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

CRITIQUE | OSM : une fabuleuse prestation juste avant la tournée

Par Caroline Rodgers le 7 mars, 2019

La Maison symphonique était bien remplie, hier soir, pour le dernier concert de l’OSM avant sa tournée européenne de neuf villes incluant Vienne, Berlin, Bruxelles et Paris, du 11 au 25 mars. Ce test ultime avant le grand départ avait de quoi impressionner, avec 105 musiciens, un Kent Nagano dans une forme splendide et un soliste, Jean-Yves Thibaudet, en pleine possession de ses moyens.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.