EXCLUSIF | Appassionata annule sa saison et Jean-Philippe Tremblay démissionne comme directeur musical

Par Caroline Rodgers le 29 janvier 2018

Jean-Philippe Tremblay, directeur artistique et musical de l'Orchestre de la Francophonie. (Photo: courtoisie).
Jean-Philippe Tremblay a remis sa démission comme chef d’Appassionata dans un contexte de difficultés financières. (Photo: courtoisie).

Ludwig van Montréal a appris que l’orchestre Appassionata annulait le reste de sa saison et que son directeur artistique, Jean-Philippe Tremblay, avait remis sa démission la semaine dernière, dans un contexte où l’orchestre éprouve des difficultés financières majeures.

Contacté dans le but d’avoir des explications, le chef d’orchestre nous a répondu par courriel :

« C’est en raison de la situation financière et des baisses drastiques de financement public que l’OA a dû annuler le reste de la saison.  Dans ce contexte, je n’avais pas d’autre choix que de démissionner car il était impossible pour moi de construire un futur sur des acquis qui ne sont plus au rendez-vous. »

Trois concerts étaient encore prévus à la saison d’Appassionata et devaient avoir lieu à la salle Bourgie. Le 4 mars, un concert famille, « La famille Mozart et les générations » était prévu avec la comédienne Pascale Montpetit. Le 6 mars, l’orchestre devait donner le concert « Mozart en trois temps » avec Valérie Milot et Antoine Bareil. Finalement, le 8 mai, le concert « Moussorgsky et ses tableaux », avec le pianiste Serhiy Salov, est également annulé.

Au moment d’écrire ces lignes, il n’avait pas été possible de parler à un représentant de l’orchestre pour commenter davantage la situation et donner l’heure juste sur l’avenir de la formation, qui réunissait une vingtaine de musiciens. On sait toutefois que Mme Francine Léger, présidente du conseil d’administration, aurait démissionné de son poste il y a quelques semaines.

D’autre part, lorsque nous avons tenté d’aller sur le site d’Appassionata pour consulter sa discographie aux fins de cet article, nous avons constaté qu’il était fermé.

À 22 h, en date du 28 janvier 2018, le site web d'Appassionata n'était pas accessible.
À 22 h, en date du 28 janvier 2018, le site web d’Appassionata n’était pas accessible. (Saisie d’écran).

La page Facebook de l’orchestre est également introuvable. Quant à la page-membre d’Appassionata sur Ludwig van Montréal, elle demeure en ligne jusqu’à nouvel ordre.

Rappelons qu’Appassionata a été fondé en 2000 par la bassoniste Françoise Henri et le chef Daniel Myssyk, qui a quitté l’orchestre pour mener sa carrière aux États-Unis. Il a été remplacé en 2016 par Jean-Philippe Tremblay, qui n’a eu le temps de diriger que quelques concerts. En 2016, l’orchestre n’avait donné qu’un seul concert, ce qui peut peut-être expliquer en partie la baisse de son financement public. Ce n’est également un secret pour personne que l’orchestre, qui semble avoir eu de la difficulté à trouver sa place dans le très compétitif écosystème musical montréalais, vendait difficilement ses billets de concert depuis quelques années.

En effet, dans un contexte où l’offre musicale classique est très abondante à Montréal, Appassionata n’est pas le premier ensemble à éprouver des difficultés. Souvenons-nous qu’en 2015, l’Orchestre de chambre de Montréal, fondé et dirigé par Wanda Kaluzny, était forcé de mettre fin à ses activités après 41 saisons, à la suite du retrait de son commanditaire principal, la compagnie Domtar. Une tentative de sauvetage à l’aide d’une campagne Kickstarter avait échoué à atteindre son objectif.

Il est toujours dommage de voir un orchestre en danger. Parmi les contributions récentes de l’orchestre de chambre, rappelons un récent enregistrement avec ATMA Classique d’une oeuvre de François Dompierre, Concertango Grosso, composée à la demande de la pianiste Louise Bessette, avec la participation du bandonéoniste Denis Plante, du violoniste Kerson Leong et du contrebassiste Richard Capolla. Si Appassionata n’a peut-être pas trouvé de public assez fidèle pour traverser sans encombres le départ de son chef fondateur, l’orchestre a eu au moins le mérite de donner du travail à des musiciens de talent.

Peut-on encore sauver Appassionata? Les prochains mois nous le diront, mais les perspectives sont peu encourageantes.

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE? Lisez aussi:

Critique – JFK à l’Opéra de Montréal: l’étrange rêve de Monsieur Jack.

Bilan: les événements qui ont marqué 2017 en musique classique

 

Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

LES NOUVELLES DU JOUR DANS VOS COURRIELS

company logo
Conditions d'utilisation & Politique de vie privée
© 2023, Museland Media, Inc., Tous droits réservés.