DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

CRITIQUE | Cecilia Bartoli et Sol Gabetta, Dolce Duello: duels musicaux en toute symbiose

Par Frédéric Cardin le 5 décembre, 2017

 

Des duels musicaux entre la mezzo Cecilia Bartoli et la violoncelliste Sol Gabetta? Oui madame! Et tenez-vous bien! Compte-rendu critique de l’album Dolce Duello.

À la fin du 17e et au début du 18e siècle, un type de concert faisait fureur auprès d’un large public : celui des duels musicaux.

Un chanteur (généralement un castrat, comme Farinelli) affrontait un instrumentiste (souvent un trompettiste, peut-être à cause du côté spectaculaire de cet instrument) dans un duel musical à la fin duquel le public déclarait un gagnant.

On peut tout de suite imaginer l’orgie de virtuosité que cela implique. Mais on aurait tort de limiter l’exercice qu’à ce genre d’esbroufe. La valeur du lauréat se mesurait aussi à sa capacité à instiller un frisson émotif à l’auditeur tout en maîtrisant ses aptitudes à la délicatesse et à la subtilité.

Il s’agissait, en vérité, d’un concours d’expression artistique potentiellement très complet.

La mezzo-soprano Cecilia Bartoli et la violoncelliste Sol Gabetta ont décidé de jouer ce jeu oublié depuis, et de faire de Dolce Duello un concept d’album plutôt épatant.

Ce qui serait pure superficialité en d’autres mains (et cordes vocales) est ici le véhicule d’une musicalité parmi les plus épanouies chez des musiciens contemporains. On connaissait déjà le fabuleux talent de chacune de ces artistes. Joint ici dans des paysages sonores émouvants et parfois spectaculaires, des paysages qui laissent aux interprètes des espaces d’exploration inspirants et, qui plus est, nécessitant une écoute mutuelle de tous les instants, ce talent s’exprime avec beaucoup de retenue là où ça compte et explose en mille couleurs ailleurs où ça compte encore plus.

On évite ainsi la foire circassienne pour faire ce qui compte le plus : de la musique.

Le programme de Dolce Duello provient du répertoire d’opéra (pour la plupart) de nombreux compositeurs dont nous découvrons les talents lyriques parfois insoupçonnés. Je retiens un extrait d’Il nascimento dell aurora (La naissance de l’aurore) de Tomaso Albinoni, une pièce à mille lieues du fameux Adagio qui lui est d’ailleurs attribué à tort.

Et que dire des pièces signées Caldara, Porpora, Vivaldi, et consorts? En majorité, non pas faites de trilles impressionnants et hauts perchés, mais plutôt de lignes soutenues et d’accompagnements intimistes (magnifique Fortuna e speranza de Caldara!), elles offrent des espaces de dialogues perspicaces entre les solistes, et ce pour des effets d’une immense séduction sur l’auditeur.

Cela dit, je suis bien pour un « décoincement » de la musique classique, mais je m’interroge sur le concept visuel associé à l’album et plaçant les deux solistes dans des poses frôlant parfois la lascivité.

Bizarre. Mais puisque la musique de Dolce Duello est si belle, ne perdons pas trop de temps avec ce genre de broutilles de marketing.

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE? Lisez aussi:

Philippe Jaroussky: un Händel d’or et surtout de soie

Orchestre Métropolitain, Duets: tout près du but.

 

 

 

Frédéric Cardin

Frédéric Cardin

Frédéric Cardin a littéralement grandi avec des disques : ses parents tenaient un magasin de musique à Sorel-Tracy, sa ville natale. Il a apprit le violon pendant quelques années, puis le cor, duquel il peut encore faire sortir quelques notes. Recherchiste, réalisateur, édimestre, chroniqueur et animateur à plusieurs émissions musicales classiques, mais aussi jazz et de musiques du monde à Radio-Canada depuis 1999, Frédéric est également animateur de l'émission Les trésors cachés sur les ondes de Radio VM et de causeries pré-concert à la maison de la culture Saint-Laurent dans la série Les concerts endimanchés, en plus d'être journaliste à la section Portraits de L'Opéra - revue québécoise d'art lyrique. Il a étudié en histoire et en politique internationale, mais c'est la musique qui demeure sa principale muse.
Frédéric Cardin
Frédéric Cardin

Frédéric Cardin

Frédéric Cardin a littéralement grandi avec des disques : ses parents tenaient un magasin de musique à Sorel-Tracy, sa ville natale. Il a apprit le violon pendant quelques années, puis le cor, duquel il peut encore faire sortir quelques notes. Recherchiste, réalisateur, édimestre, chroniqueur et animateur à plusieurs émissions musicales classiques, mais aussi jazz et de musiques du monde à Radio-Canada depuis 1999, Frédéric est également animateur de l'émission Les trésors cachés sur les ondes de Radio VM et de causeries pré-concert à la maison de la culture Saint-Laurent dans la série Les concerts endimanchés, en plus d'être journaliste à la section Portraits de L'Opéra - revue québécoise d'art lyrique. Il a étudié en histoire et en politique internationale, mais c'est la musique qui demeure sa principale muse.
Frédéric Cardin
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

CRITIQUE | Corée: l'Orchestre de la Francophonie surmonte l'adversité

Par Caroline Rodgers le 6 septembre, 2018

Cette histoire aurait pu très mal se terminer. Quelques jours après un atterrissage d’urgence qui leur a fait rater de précieuses heures de répétition, les jeunes musiciens de l’OF et leur chef, Jean-Philippe Tremblay, ont démontré une fois de plus leur résilience et leur talent au Festival international de musique de Busan Maru, en Corée.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

CRITIQUE | Lise de la Salle à l'OSQ: le plaisir de faire de la musique

Par Samuel Croteau le 20 septembre, 2018

Le public de Québec était visiblement très heureux de retrouver la pianiste française dans le titanesque Concerto no 3 de Rachmaninov, les cris et les applaudissements surgissant dès les dernières notes.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

CRITIQUE | Marie-Nicole Lemieux: le pouvoir de faire craquer avec une seule note

Par Caroline Rodgers le 15 septembre, 2018

Marie-Nicole Lemieux possède un pouvoir qu'ont peu d'interprètes: celui de toucher une corde sensible que chacun de nous garde soigneusement enfouie derrière les aspects plus mondains de la vie, et de tirer une larme au moment où l'on s'y attend le moins. Malgré les désagréments de la soirée d'hier soir, son récital pour lancer la saison d'Arte Musica relevait du grand art.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.