DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

CRITIQUE | Philippe Jaroussky : un Händel d’or et surtout de soie

Par Frédéric Cardin le 7 novembre, 2017

 

Philippe Jaroussky, The Händel album, sous étiquette Erato/Warner Classics
Philippe Jaroussky, The Händel album, sous étiquette Erato/Warner Classics

Philippe Jaroussky, c’est l’homme à la voix de soie. Le contreténor français vient de faire paraître The Händel Album, où il nous fait découvrir des airs d’opéra méconnus, mais splendides, de Händel, celui qu’il aime appeler la « machine à tubes ».

Sur The Händel Album, point de Lascia ch’io pianga ou d’Ombra mai fu, les deux airs les plus populaires du compositeur en ce début de 21e siècle, et pourtant, on ne s’ennuie pas une seule minute. On se rend compte, depuis une quinzaine d’années, que tous les opéras de Händel, peu importe leur succès initial (souvent correct, sans plus), recèlent des trésors mélodiques archiséduisants. C’est donc à un voyage de découvertes händéliennes auquel nous convie l’artiste français.

On développe vite l’envie de bien mieux connaître des opéras comme Riccardo Primo, re d’Inghilterra; Ezio; Tolomeo, re d’Egitto; Amadi di Gaula ou Flavio, re di Longobardi. Et c’est entièrement la faute de Jaroussky, qui flotte sur ces partitions avec une généreuse suavité et une élégance augustement distinguée.

On remarquera le souffle de Jaroussky, qui s’encombre rarement d’aspérités apparentes dues à la respiration. On est touché par cette facilité à construire des phrases musicales qui semblent s’insinuer en nous comme si elles s’épanouissaient dans notre esprit de façon purement organique, plutôt que d’être vulgairement transportées par des ondes sonores créées par des cordes vocales humaines. Il y a une sorte d’enchantement dans cette voix qui sait si bien nous transporter et nous élever au-dessus de tout.

La virtuosité de Jaroussky est impeccable, et on aime l’entendre papillonner sur les bourrasques musicales de Händel (ou de tout autre compositeur de l’époque), mais ce n’est pas sur ces effets qu’il mise ici. Les extraits choisis sont pour la plupart caractérisés par une économie de voltige. Mais une économie supportant, a contrario, un maximum d’émotions subtiles et sublimes.

Il y a bien quelques plages aux tempos vifs et acérés, comme ce brillant Agitato da fiere tempeste, extrait de Riccardo Primo (un opéra qui met en vedette le célèbre Richard Cœur-de-Lion), mais, pour la majorité du programme construit par le contreténor, les affects sont ceux de la mélancolie, d’une tendresse désirée sans être toujours retournée, d’un amour languissant, réciproque ou pas, ou encore d’une volupté qui meurt de ne pouvoir s’épanouir.

C’est dans ce magnifique spleen avant l’heure, version germano-anglaise baroque, que nous fait plonger Philippe Jaroussky. Cette voix onctueuse, vibrante de lumière, mais habilement tempérée par le velouté d’une enveloppe délicatement perlée peut être resplendissante de lumineuses dorures dans les triples saltos des passages ultra-turbulents. Ici, cependant, l’or fait place à la soie, tant par la finesse de l’interprétation que par la grande délicatesse de ces partitions admirables.

Jaroussky, qui plus est, est homme de son temps : il dirige l’ensemble Artaserse du haut de son podium de soliste vocal. On connaissait déjà les pianistes et/ou clavecinistes menant la direction, les violonistes aussi, mais depuis quelques années, les chanteurs s’y mettent.

Et pourquoi pas? Ça fonctionne et, qui plus est, quand on y pense, un chanteur est bien plus libre de ses mains que n’importe quel autre musicien pour battre la mesure!

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE? Lisez aussi:

Orchestre Métropolitain, Duets: tout près du but, par Dominique Joucken

David Jalbert, Stravinski Prokofiev: l’équilibre idéal entre puissance et délicatesse par Frédéric Cardin

 

 

 

 

Frédéric Cardin

Frédéric Cardin

Frédéric Cardin a littéralement grandi avec des disques : ses parents tenaient un magasin de musique à Sorel-Tracy, sa ville natale. Il a apprit le violon pendant quelques années, puis le cor, duquel il peut encore faire sortir quelques notes. Recherchiste, réalisateur, édimestre, chroniqueur et animateur à plusieurs émissions musicales classiques, mais aussi jazz et de musiques du monde à Radio-Canada depuis 1999, Frédéric est également animateur de l'émission Les trésors cachés sur les ondes de Radio VM et de causeries pré-concert à la maison de la culture Saint-Laurent dans la série Les concerts endimanchés, en plus d'être journaliste à la section Portraits de L'Opéra - revue québécoise d'art lyrique. Il a étudié en histoire et en politique internationale, mais c'est la musique qui demeure sa principale muse.
Frédéric Cardin
Frédéric Cardin

Frédéric Cardin

Frédéric Cardin a littéralement grandi avec des disques : ses parents tenaient un magasin de musique à Sorel-Tracy, sa ville natale. Il a apprit le violon pendant quelques années, puis le cor, duquel il peut encore faire sortir quelques notes. Recherchiste, réalisateur, édimestre, chroniqueur et animateur à plusieurs émissions musicales classiques, mais aussi jazz et de musiques du monde à Radio-Canada depuis 1999, Frédéric est également animateur de l'émission Les trésors cachés sur les ondes de Radio VM et de causeries pré-concert à la maison de la culture Saint-Laurent dans la série Les concerts endimanchés, en plus d'être journaliste à la section Portraits de L'Opéra - revue québécoise d'art lyrique. Il a étudié en histoire et en politique internationale, mais c'est la musique qui demeure sa principale muse.
Frédéric Cardin
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

CRITIQUE | Les Violons du Roy et Avi Avital: le charme discret de la mandoline

Par Emmanuel Bernier le 23 novembre, 2018

Pour la première fois de leur histoire, les Violons du Roy présentaient hier soir à Québec un programme mettant en vedette la mandoline, un instrument peu sollicité sur la scène classique. L’ensemble n’a pas lésiné sur les moyens en invitant le plus grand mandoliniste de notre époque, l’Israélien Avi Avital, qui a déjà quatre disques à son actif chez Deutsche Grammophon.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

CRITIQUE | Film Ensemble sur l'Orchestre Métropolitain: un concentré d'émotions et de musique

Par Caroline Rodgers le 1 décembre, 2018

Le film de Jean-Nicolas Orhon, Ensemble, sur l'Orchestre Métropolitain, est toujours à l'affiche jusqu'au 6 décembre aux cinémas Beaubien, du Parc et du Musée.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

PLAYLIST | Prix Opus: écoutez la crème de la crème des albums finalistes en 30 pièces et deux heures de musique

Par Samuel Croteau le 24 novembre, 2018

L'annonce des finalistes aux prix Opus dans les catégories des concerts et des albums a eu lieu cette semaine. Pour vous permettre de découvrir ces musiciens extraordinaires, Ludwig van Montréal vous présente sa première "playlist" réalisée à partir des albums en nomination*.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.