DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

CRITIQUE | David Jalbert - Stravinski Prokofiev : l’équilibre idéal entre puissance et délicatesse

Par Frédéric Cardin le 5 novembre, 2017

Stravinski Prokofiev, paru chez ATMA Classique, est un tour de force de virtuosité, de force d’impact sonore et de coloris pianistiques exceptionnels.
Stravinski Prokofiev, paru chez ATMA Classique, est un tour de force de virtuosité, de force d’impact sonore et de coloris pianistiques exceptionnels.

L’un des 15 meilleurs pianistes canadiens de tous les temps. C’est ainsi que CBC qualifiait récemment le Québécois David Jalbert. J’ai tendance à être d’accord. Et s’il fallait un album pour le prouver à ceux qui en douteraient encore, il vient d’arriver! Stravinski Prokofiev, paru chez ATMA Classique, est un tour de force de virtuosité, de force d’impact sonore et de coloris pianistiques exceptionnels.

Au programme : 3 mouvements de Petrouchka et L’oiseau de feu, de Stravinski, ainsi que Dix morceaux extraits de Roméo et Juliette, de Prokofiev. Le résultat : une articulation incisive, chirurgicalement précise comme un scalpel; une puissance sonore explosive jaillissant avec force lumière d’un instrument magnifique qui résonne somptueusement dans la salle Raoul-Jobin du Palais Montcalm de Québec; d’autres épisodes de tempérance, douce et subtile, vibrant délicatement d’une introspection bienfaisante.

Pétrouchka

Le Pétrouchka de Stravinski est le résultat d’une collaboration à l’origine improbable. Le génial pianiste Artur Rubinstein avouait ne pas avoir d’atomes crochus avec la musique de Stravinski. Pourtant, le compositeur prit à cœur d’écrire une version pour piano de sa célèbre partition orchestrale et de convaincre l’interprète de la jouer. Rubinstein négocia ferme son accord en imposant au compositeur une quasi-réécriture de l’œuvre dans sa version pianistique. Des rondeurs plus coussinées dans les basses, des aigus scintillants maintenus malgré tout afin d’aérer les textures, bref, le Pétrouchka pour piano de Stravinski, est un peu aussi celui de Rubinstein.

Et maintenant, il est également un peu celui de David Jalbert, car le Québécois a osé inclure dans le mouvement final la Danse de l’ours, présente dans le ballet d’origine, mais bizarrement omise par Stravinski dans sa transcription. L’audace porte ses fruits et devient ici un élément supplémentaire pour faire de cet enregistrement un ajout plus qu’intéressant à la discothèque générale de cette musique.

L’Oiseau de feu

L’Oiseau de feu est joué ici dans sa version arrangée par l’Italien Guido Agosti, un élève de Ferruccio Busoni. Stravinski avait pourtant bien réalisé sa propre transcription de l’œuvre, mais il ne la joua jamais en concert, et sa réputation de partition formelle, simple et limpide, mais manquant un peu de chaleur, stimula Agosti dans sa volonté de rendre compte du faste de cette musique légendaire.

Splendeur et flamboyance : c’est ce que visait Agosti et l’objectif est atteint. David Jalbert s’en donne à cœur joie et le résultat est infiniment séduisant.

Roméo et Juliette de Prokofiev

Au contraire, les Dix morceaux extraits de Roméo et Juliette de Prokofiev apparaissent économes dans leurs affects exprimés et les couleurs appliquées aux différents tableaux du ballet.

Ce n’est pas une musique techniquement « facile », mais elle apparaît néanmoins dépourvue de velléités exhibitionnistes et spectaculaires. Tout est en finesse et en distinction, même l’archiconnue Montaigus et Capulets, pourtant dotée d’une personnalité forte et affirmée.

Encore une fois, Jalbert fait preuve d’une musicalité qui tend vers la quintessence de l’équilibre entre raffinement intellectuel et frémissement sensitif.

Magique.

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE? Lisez aussi: 

Matt Haimovitz et Christopher O’Riley: un fascinant voyage, par Frédéric Cardin

Orchestre Métropolitain, Duets: tout près du but, par Dominique Joucken

 

Frédéric Cardin

Frédéric Cardin

Frédéric Cardin a littéralement grandi avec des disques : ses parents tenaient un magasin de musique à Sorel-Tracy, sa ville natale. Il a apprit le violon pendant quelques années, puis le cor, duquel il peut encore faire sortir quelques notes. Recherchiste, réalisateur, édimestre, chroniqueur et animateur à plusieurs émissions musicales classiques, mais aussi jazz et de musiques du monde à Radio-Canada depuis 1999, Frédéric est également animateur de l'émission Les trésors cachés sur les ondes de Radio VM et de causeries pré-concert à la maison de la culture Saint-Laurent dans la série Les concerts endimanchés, en plus d'être journaliste à la section Portraits de L'Opéra - revue québécoise d'art lyrique. Il a étudié en histoire et en politique internationale, mais c'est la musique qui demeure sa principale muse.
Frédéric Cardin
Frédéric Cardin

Frédéric Cardin

Frédéric Cardin a littéralement grandi avec des disques : ses parents tenaient un magasin de musique à Sorel-Tracy, sa ville natale. Il a apprit le violon pendant quelques années, puis le cor, duquel il peut encore faire sortir quelques notes. Recherchiste, réalisateur, édimestre, chroniqueur et animateur à plusieurs émissions musicales classiques, mais aussi jazz et de musiques du monde à Radio-Canada depuis 1999, Frédéric est également animateur de l'émission Les trésors cachés sur les ondes de Radio VM et de causeries pré-concert à la maison de la culture Saint-Laurent dans la série Les concerts endimanchés, en plus d'être journaliste à la section Portraits de L'Opéra - revue québécoise d'art lyrique. Il a étudié en histoire et en politique internationale, mais c'est la musique qui demeure sa principale muse.
Frédéric Cardin
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

CRITIQUE | OSM : une fabuleuse prestation juste avant la tournée

Par Caroline Rodgers le 7 mars, 2019

La Maison symphonique était bien remplie, hier soir, pour le dernier concert de l’OSM avant sa tournée européenne de neuf villes incluant Vienne, Berlin, Bruxelles et Paris, du 11 au 25 mars. Ce test ultime avant le grand départ avait de quoi impressionner, avec 105 musiciens, un Kent Nagano dans une forme splendide et un soliste, Jean-Yves Thibaudet, en pleine possession de ses moyens.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

CRITIQUE | « Cosi Fan Tutte » par l’Université de Montréal: une boîte à bijoux

Par Michel Joanny-Furtin le 1 mars, 2019

L’Atelier d’opéra et l’Orchestre de l’Université de Montréal présente pour trois fois encore un bijou d’opéra, quoiqu’il faudrait plutôt parler d’une boite à bijoux: le fameux Cosi Fan Tutte de Mozart et Da Ponte. Il reste des places : profitez-en pour découvrir les trésors que cache cet écrin conçu par le chef d’orchestre Jean-François Rivest et le metteur en scène Claude Poissant.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

REVIEW | Wan, Nagano, OSM: Seldom-heard Ginastera is a tour de force

Par Arthur Kaptainis le 24 février, 2019

What to do on a Saturday night? For many Montrealers, the answer appears to be: hear the OSM under Kent Nagano.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.