DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

CRITIQUE | Nelligan au TNM: la souffrance de la créativité

Par Michel Joanny-Furtin le 18 janvier, 2020

Nelligan se poursuit au TNM jusqu’au 16 février (Photo: Yves Renaud)

Une photo – rarement vue – d’Émile Nelligan à 40 ans a inspiré la mise en scène de Normand Chouinard pour cette production anniversaire de Nelligan présentée au TNM jusqu’au 16 février, et dont la première avait lieu hier soir.

« Après 20 ans d’enfermement, les yeux sont fixes, sombres et menaçants. Ils révèlent un être enfermé avec ses fantômes », écrit le metteur en scène dans une note du programme. Sa mise en scène raconte ainsi la descente aux enfers de l’étincelle de génie de Nelligan.

Émile Nelligan est un monument identitaire du Québec. Relater sa vie induit donc une mise en scène relativement conventionnelle, voire muséale, mais qui a su faire ressortir, du livret de Michel Tremblay, les atermoiements de l’âme de Nelligan, ses conflits intérieurs et relationnels, la souffrance de l’exigence, la douleur mais aussi la merveille de la création… et le détachement insidieux de la réalité.

Rappelons que cette adaptation pour piano et un violoncelle a été commandée par l’Atelier Lyrique de l’Opéra de Montréal en 2010 afin de souligner les 20 ans de l’œuvre lors d’une production au Monument-National.

Un bravissimo aux trois musiciennes qui portent sur les épaules, mais surtout au bout des doigts, ce monument musical composé par André Gagnon : Esther Gonthier, Marie-Ève Scarfone (et Rosalie Asselin en alternance) au piano, et Carla Antoun au violoncelle. C’est un excellent choix que de mettre une formation instrumentale réduite offrant une version plus intimiste et plus théâtrale de cette histoire pleine d’intériorité. La musique ainsi soutient fort bien le texte, sans le parasiter, tout en le servant dans un écrin soyeux.

Un décor unique où les éléments se déplacent, les lits deviennent terrasses sur la mer, ou prie-Dieu. Un autel et son tabernacle, un bureau, un fauteuil, une table d’appoint sont les seuls éléments qui s’ajoutent temporairement sur cette scène dépouillée où quatre colonnes imposent la tragédie qui se joue.

Mon bémol…

Un bémol toutefois : à l’opéra ou au théâtre musical, l’alternance de textes chantés et parlés restent parfois une bonne chose pour ne pas diluer la dimension dramatique de l’histoire portée par la musique, le texte parlé venant la renforcer. Sans doute dans cette adaptation, aurait-il fallu faire ce choix sur certaines scènes.

À l’image des Parapluies de Cherbourg où chanter certaines banalités du quotidien frisent – de nos jours – le ridicule et brise le lien dramatique avec le public, la scène de beuverie de Nelligan dans la première partie et celle de l’église dans la seconde aurait, selon moi, gagné en intensité en jouant le texte plutôt qu’en le chantant.

D’autant plus qu’avec les acteurs de cette distribution de très haute qualité, on pouvait se le permettre. Mais bon, cela n’engage que moi et reste un point de détail, j’en conviens…

Une distribution de haut niveau

À ce propos, plusieurs membres de la distribution ont déjà largement fait leurs preuves dans d’autres productions de théâtre musical, et Normand Chouinard a eu la très bonne idée de leur faire confiance. Je pense à Jean Maheux, Linda Sorgini (sublime dans L’indifférence), Frayne McCarthy, Jean-François Poulin.

Sans oublier la merveilleuse Kathleen Fortin dans le rôle d’Émilie Hudon, la mère de Nelligan. J’ai eu l’occasion à deux reprises de l’entendre chanter des extraits de Nelligan dans le spectacle Les quatre saisons d’André Gagnon. Sa complainte d’Émilie Hudon m’arrache chaque fois des larmes. À elle aussi parfois ! C’est dire l’intensité que la comédienne met dans son jeu et dans son chant. Je n’ai pas assez de mes deux mains pour l’applaudir…

Un beau talent dramatique aussi, celui d’Isabeau Proulx-Lemire dans le rôle d’Arthur de Bussières, ami très proche de Nelligan. Passion et doute, amour et désillusion, tout est en nuances chez lui. Quelques défauts de justesse à une ou deux occasions, mais rien qui ne soit correctible lors des prochaines représentations. Un chanteur/acteur à apprécier…

 

Nelligan se poursuit au TNM jusqu’au 16 février (Photo: Yves Renaud)

Deux Nelligan

N’omettons pas l’incontournable ténor Marc Hervieux dont le talent de comédien est encore à découvrir. On le requiert plus souvent pour chanter que pour jouer. Or, il incarne ici avec justesse et discernement un Nelligan âgé, vouté et errant sur la scène, spectateur lui-même de ses souvenirs qui prennent alors vie devant nous,. Un « jeune talent » d’acteur à suivre…

En parallèle et plus souvent qu’autrement dans cette œuvre, le baryton Dominique Côté occupe aussi la scène avec un jeu intense et enthousiaste même s’il est dramatique qui exacerbe le personnage qu’il incarne en lui donnant toute sa dimension fragile et émotive.

Pour résumer tout cela, je crois que l’ovation debout de toute la salle du TNM est à même de démontrer que ce spectacle mérite d’être vu. Six supplémentaires ont déjà été ajoutées au calendrier. C’est une invitation.

Vous voulez y aller?

Théâtre du Nouveau Monde jusqu’au 15 février, du mardi au samedi à 20 h (mardi 19 h 30)
+ les samedis à 15 h, et le dimanche 16 février à 14 h 30 (2 h 40 avec entracte)

LIRE AUSSI:

 

DOSSIER | Le Fantôme de l’opéra comme vous ne l’avez jamais vu (et entendu!)

 

 

 

Michel Joanny-Furtin

Collaborateur chez Ludwig van Montréal
Journaliste et chroniqueur, cet ancien travailleur social passionné d’art lyrique et de musique classique, mais aussi contemporaine, a commencé comme attaché de presse de jeunes compagnies lyriques et théâtrales tout en poussant quelques improbables contre-uts dans un chœur d’hommes.
Avant de verser dans le journalisme culturel et social local au Québec depuis quelques années, dont une à la SMCQ, cet animateur radio a également produit "Opér’Apéritif" sur les ondes de Radio-Dreyeckland en Alsace puis de CIBL à Montréal pendant quelques années. Comme quoi, entre le micro et la plume, Michel Joanny-Furtin prend toujours… des notes !

Michel Joanny-Furtin

Collaborateur chez Ludwig van Montréal
Journaliste et chroniqueur, cet ancien travailleur social passionné d’art lyrique et de musique classique, mais aussi contemporaine, a commencé comme attaché de presse de jeunes compagnies lyriques et théâtrales tout en poussant quelques improbables contre-uts dans un chœur d’hommes.
Avant de verser dans le journalisme culturel et social local au Québec depuis quelques années, dont une à la SMCQ, cet animateur radio a également produit "Opér’Apéritif" sur les ondes de Radio-Dreyeckland en Alsace puis de CIBL à Montréal pendant quelques années. Comme quoi, entre le micro et la plume, Michel Joanny-Furtin prend toujours… des notes !
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

NOUVELLE | L'OSM annonce une saison estivale surprenante - et en vrai

Par Caroline Rodgers le 29 juin, 2020

L'Orchestre symphonique de Montréal a annoncé ce matin qu'il aurait une saison estivale, et cette dernière ne sera pas virtuelle! En effet, une soixantaine de prestations extérieures en formation réduite seront offertes par les musiciens de l'orchestre un peu partout sur le territoire du Grand Montréal.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

NOUVELLE | Radio-Classique Montréal fera entendre sa dernière note samedi soir

Par Caroline Rodgers le 12 juin, 2020

Ludwig van Montréal a appris que les dernières notes de la station montréalaise de Radio-Classique retentiront le samedi 13 juin en soirée.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

NOUVELLE | Brian Cheng remporte le Concours canadien de violoncelle Bader & Overton

Par Caroline Rodgers le 30 juin, 2020

Le violoncelliste Brian Cheng, d'Ottawa, a remporté le premier prix au Concours canadien de violoncelle Baden & Overton, assorti d'une bourse de 20 000 $.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.