DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

CRITIQUE | Les Noces de Figaro des JMC : une production portative avec de grands talents

Par Michel Joanny-Furtin le 4 octobre, 2019

Les Noces de Figaro, une production des JMC. (Photo: Antoine Saito)
Odéi Bilodeau et Stephen Duncan dans Les Noces de Figaro, une production des JMC. (Photo : Antoine Saito)

Jamais l’expression « opéra de poche » n’a été aussi vraie que pour décrire cette 27e production d’opéra des Jeunesses Musicales Canada, avec six artistes sur scène et un décor aisément transportable pour voyager au Québec et dans les Maritimes. Le talent d’Alain Gauthier à la mise en scène en prime!

Tout d’abord, un décor composé de portes, fleuries comme celles d’un boudoir. Des portes qui cachent, qui protègent ou enferment selon les nombreux quiproquos que l’œuvre met en place pour notre grand plaisir. Des portes qui deviennent arbres et bosquets dans un jardin sombre tel que décrit dans la scène finale des Noces de Figaro de Mozart et Da Ponte.

Il faut que ce décor ingénieux soit léger puisque cette petite troupe va se déplacer. Devant une salle pleine à craquer, la représentation de ce jeudi 3 octobre à la Maison de la Culture Claude-Léveillée lançait une tournée de 20 autres dates au Québec et dans l’est du Canada, notamment au Nouveau-Brunswick.

Petite troupe, disais-je, mais grands talents! Ils sont cinq chanteurs et un pianiste. Un grand bravo au pianiste Bryce Lansdell, qui porte la responsabilité d’un orchestre absent pendant la totalité de cette présentation de haut calibre.

Avec moins de personnages secondaires, cette formation épurée permet de mettre en valeur toute la dynamique théâtrale imaginée par Beaumarchais, avec ses intrigues et ses pièges amoureux. Les airs prennent alors tout leur sens dans cet écrin plus modeste. Une jolie réussite.

Pas de chœur et moins de personnages, voilà tout un défi pour Alain Gauthier qui signe la mise en scène. On connait et on apprécie son talent pour sa façon de nous coudre des œuvres intimistes, avec la délicatesse de ces « ouvrages de dames » comme on disait jadis, et c’est encore une fois réussi. L’opéra dans sa réduction se défend bien, et l’expressivité des voix supplée l’absence de l’orchestre.

 

Les Noces de Figaro, production des JMC. (Photo: Antoine Saito)
Catherine St-Arnaud et Marie-Andrée Mathieu dans Les Noces de Figaro, production des JMC. (Photo : Antoine Saito)

Un équilibre vocal réussi

Parlant des artistes, le baryton-basse Scott Brooks est remarquable aussi bien dans la voix que dans le jeu de Figaro. La Susanna incarnée par la soprano Catherine St-Arnaud occupe, souvent d’ailleurs, la scène avec passion et un plaisir contagieux, et un timbre vraiment riche.

Marie-Andrée Mathieu se révèle une très agréable surprise dans le rôle travesti de Cherubino. La proximité du public dans ce type de production plus intimiste permet à cette mezzo-soprano – un talent à découvrir – de mettre toutes les nuances que ce rôle adolescent suppose : émotions, doutes et… hormones. Bien joué! Un fait amusant qui démontre la qualité de jeu de Marie-Andrée, dans ce rôle travesti : elle faisait plus « garçon » une fois habillée et maquillée en fille par la Comtesse et Susanna…

Une mention spéciale pour la soprano Odéi Bilodeau dans le rôle de la Comtesse. Une interprétation profonde, parfois dramatique, avec une voix nourrie aussi bien dans les graves que les aigus, sans trémolo excessif. Un timbre à apprécier sans modération, du bonheur pour les oreilles.

Le baryton Stephen Duncan donne une belle prestance, tout à fait crédible, au Comte qu’il incarne, tout en restant sur la réserve en termes de puissance vu la taille de la salle. L’ensemble des duos qui deviennent trios, quatuors, puis quintettes était dans un bel équilibre vocal et scénique.

Des costumes intemporels d’un 18e siècle revisité par des modistes des années 50 donnent beaucoup de charme à l’ensemble. Un seul regret : la redingote trop longue à mon goût (mais ce n’est que mon goût, après tout) du Comte. Par contre, un coup de chapeau en ce qui concerne l’ingéniosité des accessoires de couture (manchettes, épaulettes, etc.) pour la transformation de Chérubino en soldat. Bref une production à voir dans une salle… pas trop loin de chez vous, espérons-le!

Vous voulez y aller? La production sera de retour à Montréal le 20 mars 2020…en attendant, elle se déplace un peu partout au Québec et dans les Maritimes. Voyez l’horaire complet des représentations sur le site des JMC.

LIRE AUSSI :

RENCONTRE | Mado Lamotte : « Pourquoi j’aime l’opéra »

 

 

Michel Joanny-Furtin

Michel Joanny-Furtin

Collaborateur chez Ludwig van Montréal
Journaliste et chroniqueur, cet ancien travailleur social passionné d’art lyrique et de musique classique, mais aussi contemporaine, a commencé comme attaché de presse de jeunes compagnies lyriques et théâtrales tout en poussant quelques improbables contre-uts dans un chœur d’hommes.
Avant de verser dans le journalisme culturel et social local au Québec depuis quelques années, dont une à la SMCQ, cet animateur radio a également produit "Opér’Apéritif" sur les ondes de Radio-Dreyeckland en Alsace puis de CIBL à Montréal pendant quelques années. Comme quoi, entre le micro et la plume, Michel Joanny-Furtin prend toujours… des notes !
Michel Joanny-Furtin
Michel Joanny-Furtin

Michel Joanny-Furtin

Collaborateur chez Ludwig van Montréal
Journaliste et chroniqueur, cet ancien travailleur social passionné d’art lyrique et de musique classique, mais aussi contemporaine, a commencé comme attaché de presse de jeunes compagnies lyriques et théâtrales tout en poussant quelques improbables contre-uts dans un chœur d’hommes.
Avant de verser dans le journalisme culturel et social local au Québec depuis quelques années, dont une à la SMCQ, cet animateur radio a également produit "Opér’Apéritif" sur les ondes de Radio-Dreyeckland en Alsace puis de CIBL à Montréal pendant quelques années. Comme quoi, entre le micro et la plume, Michel Joanny-Furtin prend toujours… des notes !
Michel Joanny-Furtin
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

HALLOWEEN | Concerts d'Halloween qui vous feront frissonner...de peur ou de plaisir

Par Michel Joanny-Furtin le 8 octobre, 2019

Amusons-nous à nous faire peur avec des univers musicaux fantasques et fantastiques, effrayants ou inquiétants, étranges et souvent magiques créés par nombre de compositeurs. Comme c’est l’Halloween, les enfants aussi y sont conviés. Voici un survol des concerts d'Halloween présentés au Québec cet automne pour nous offrir quelques petites frayeurs bien orchestrées…
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

ACTUALITÉS | Quatre nouvelles en musique classique que vous devriez connaître cette semaine

Par Caroline Rodgers le 19 septembre, 2019

L'altiste québécois Victor Fournelle-Blain, musicien au sein de l'OSM, a récemment été nommé alto solo du Toronto Symphony Orchestra, et entre en poste dès cet automne.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

LISZT | 10 violoncellistes d'ici que vous devriez connaître

Par Béatrice Cadrin le 26 septembre, 2019

Notre Liszt de 10 violoncellistes, jeunes et encore plus jeunes, qui font leur marque ici et sur la scène internationale.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.