DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

CRITIQUE | La Bohème de Leoncavallo: un bijou méconnu du répertoire opératique

Par Michel Joanny-Furtin le 9 août, 2019

 

La Bohème de Leoncavallo était présentée à l'ICAV le 7 juillet 2019, salle Claude-Champagne. (Photo: Pierre-Étienne Bergeron)
La Bohème de Leoncavallo était présentée à l’ICAV le 7 juillet 2019, salle Claude-Champagne. (Photo: Pierre-Étienne Bergeron)

La Bohème de Ruggiero Leoncavallo est une pierre précieuse du répertoire lyrique que les interprètes de l’ICAV ont fait briller mercredi soir. Une œuvre trop rarement représentée qu’il fut bon de redécouvrir.

Dans le cadre de la 16e édition de son Festival d’Art Vocal, l’Institut canadien d’art vocal (ICAV) présentait « la Bohème » de Leoncavallo, souvent surnommée « l’autre Bohème » lontemps restée dans l’ombre de celle de Puccini.

Le livret a été écrit par Ruggiero Leoncavallo à partir d’épisodes du feuilleton Scènes de la vie de Bohème de Henri Murger. Produite en 1896, La Bohème de Puccini est inspirée quant à elle de la pièce de théâtre La Vie de Bohème du même Henri Murger tirée de son feuilleton.

La Bohème de Leoncavallo a vu le jour au Théâtre de la Fenice un an plus tard, avec une histoire plus nourrie en rebondissements et qui connut à son époque un franc succès.

Si Puccini suit les atermoiements amoureux et dramatiques de la relation de Mimi et Rodolfo, Leoncavallo place en parallèle deux histoires d’amour, en privilégiant celle de Musetta et Marcello à celle de Mimi et Rodolfo. À l’image d’un miroir en négatif, la première s’achève dans l’amour retrouvé entre Musetta et Marcello, et la seconde, dans l’amour perdu par la mort de Mimi.

 

Une scène de La Bohème, de Leoncavallo, production de l'ICAV 2019. (Photo: Pierre-Étienne Bergeron)
Une scène de La Bohème, de Leoncavallo, production de l’ICAV 2019. (Photo: Pierre-Étienne Bergeron)

L’amour ou la faim ?

Le livret et la musique traduisent bien l’ambiance bohème et insouciante de ces jeunes artistes du Paris de la Belle Époque où la fête et la débrouillardise permettent de supporter la pauvreté et la faim. Que choisir entre la misère et le bonheur d’aimer ou l’aisance et la solitude du désamour ? Vaut-il mieux vivre riche et sans amour, ou pauvre mais aimé ?

Leoncavallo a fait le choix du vérisme en démontrant que la misère du quotidien a trop souvent raison des élans amoureux, quand vivre d’amour et l’eau fraîche ne tient plus. Une approche soulignée par Joan Dornemann, directrice artistique de l’ICAV, lors de son introduction. Elle a insisté sur le caractère professionnel des jeunes artistes qui, grâce au festival, ont l’opportunité de s’approprier un rôle.

Une scène de La Bohème de Leoncavallo. (Photo: Pierre-Étienne Bergeron)

Des voix remarquables

Joan Dornemann avait raison : les voix étaient particulièrement assurées, puissantes, notamment chez les barytons-basses Simon Chalifoux (Shaunard) et Luka Jozic (le Vicomte), et la basse Michael Pitocchi (Barbemuche).

Idem, voire remarquables, pour la soprano Isabelle Freeman (Mimi) et la mezzo Cloé San Antonio (Musetta). Laissant la place aux voix, l’accompagnement au piano de Dura Jun permit également d’apprécier le timbre et le talent des ténors Alexei Kuznietsov (Marcello) et Jay Lucas Chacon (Rodolfo) qui vont se peaufiner et se lisser avec le temps.

 

Une scène de La Bohème, de Leoncavallo, production de l'ICAV 2019. (Photo: Pierre-Étienne Bergeron)
Une scène de La Bohème, de Leoncavallo, production de l’ICAV 2019. (Photo: Pierre-Étienne Bergeron)

Bref, un éventail d’artistes lyriques à surveiller et suivre dans de prochaines productions. Les classes de maîtres de ce 16e Festival d’Art Vocal auront été productives.

On aura entendu les duos très romantiques, et surtout très sensibles, chargés d’une émotion palpable et contagieuse. Des airs magnifiques aussi, entre les interventions du chœur et les chansonnettes de Musetta.

Pour finir, le jeu d’acteur était bon, même si un peu de retenue aurait été souhaitable en raison de la proximité dans une telle salle : Claude-Champagne n’est pas Wilfrid-Pelletier.

***

La Bohème de Ruggiero Cavallo
Direction musicale de David Rosenmeyer
Mise en scène de Joshua Major
Piano Dura Jun
Université de Montréal, Faculté de musique, Salle Claude-Champagne, 7 juillet 2019.

LIRE AUSSI:

DOSSIER | Vous croyez être incapable de chanter? La science vous donne tort.

 

 

 

Michel Joanny-Furtin

Michel Joanny-Furtin

Collaborateur chez Ludwig van Montréal
Journaliste et chroniqueur, cet ancien travailleur social passionné d’art lyrique et de musique classique, mais aussi contemporaine, a commencé comme attaché de presse de jeunes compagnies lyriques et théâtrales tout en poussant quelques improbables contre-uts dans un chœur d’hommes.
Avant de verser dans le journalisme culturel et social local au Québec depuis quelques années, dont une à la SMCQ, cet animateur radio a également produit "Opér’Apéritif" sur les ondes de Radio-Dreyeckland en Alsace puis de CIBL à Montréal pendant quelques années. Comme quoi, entre le micro et la plume, Michel Joanny-Furtin prend toujours… des notes !
Michel Joanny-Furtin
Michel Joanny-Furtin

Michel Joanny-Furtin

Collaborateur chez Ludwig van Montréal
Journaliste et chroniqueur, cet ancien travailleur social passionné d’art lyrique et de musique classique, mais aussi contemporaine, a commencé comme attaché de presse de jeunes compagnies lyriques et théâtrales tout en poussant quelques improbables contre-uts dans un chœur d’hommes.
Avant de verser dans le journalisme culturel et social local au Québec depuis quelques années, dont une à la SMCQ, cet animateur radio a également produit "Opér’Apéritif" sur les ondes de Radio-Dreyeckland en Alsace puis de CIBL à Montréal pendant quelques années. Comme quoi, entre le micro et la plume, Michel Joanny-Furtin prend toujours… des notes !
Michel Joanny-Furtin
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

CRITIQUE | La Bohème de Leoncavallo: un bijou méconnu du répertoire opératique

Par Michel Joanny-Furtin le 9 août, 2019

La Bohème de Ruggiero Leoncavallo est une pierre précieuse du répertoire lyrique que les interprètes de l’ICAV ont fait briller jeudi soir. Une œuvre trop rarement représentée qu’il fut bon de redécouvrir.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

NOUVELLE | Un compositeur tué par un grizzly dans les Territoires du Nord-Ouest

Par Caroline Rodgers le 21 août, 2019

Julien Gauthier, compositeur de 44 ans, a été tué par un ours grizzly alors qu'il voyageait dans les Territoire du Nord-Ouest.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

NOUVELLE | Francis Battah remporte deux prix au Concours international de composition Antonín Dvořák

Par Caroline Rodgers le 30 juillet, 2019

Le compositeur montréalais Francis Battah, 24 ans, a remporté hier soir à Prague le 3e prix du Concours international de composition Antonín Dvořák, dans la catégorie junior, ainsi qu'un prix spécial pour l'écriture de la meilleure fugue.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.