DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

CMIM | Demi-finale: compte-rendu d'une première journée palpitante à la salle Bourgie

Par Béatrice Cadrin le 2 juin, 2019

13 : 18 Hochformat

Encore une grosse journée samedi au Concours musical international de Montréal, alors que nous entendions six des douze candidats retenus en demi-finale. Pour cette deuxième épreuve, les candidats doivent présenter un récital d’une heure, jumelés en blocs de deux heures.

La journée a commencé avec Leonard Fu, que je n’avais pas eu la chance d’entendre en première ronde. J’en avais cependant écouté un extrait en ligne qui m’avait fait impression favorable. Celle-ci ne s’est pas démentie en personne : il joue avec une intelligence sensible et raffinée, appuyée sur un contrôle technique presque sans faille. Je suis particulièrement impressionnée par sa façon de doser les doubles-cordes, prenant soin de faire ressortir la note la plus importante. Un peu curieusement, ce sont les deux Romances de Schumann qui m’ont marquée, par la noble délicatesse avec laquelle il les a transmises.

La candidate suivante, Youjin Lee, a commencé par la sonate de Janacek, ce qui contribuait à mettre en lumière la différence d’attitude entre son intensité passionnée et l’élégance posée de Fu, qui l’avait précédée dans la même œuvre. Cette intensité était par moments poussée trop loin, résultant en un son un peu aigre dans l’aigu et forcé sur les graves. Elle a semblé gagner en aisance au fur et à mesure de sa prestation, livrant un Divertimento de Stravinsky dans lequel elle prenait plaisir à faire ressortir les aspects burlesques.

APRÈS-MIDI

Toute jeune, Elli Choi surprend par la maturité de son jeu. Un archet ample et libre lui permet de passer de sonorités incisives dans une sonate de Schubert au son diaphane approprié dans celle de Fauré. Malheureusement, cela ne lui permettait pas toujours de bien se démarquer du piano, qui était un peu trop fort : il aurait été souhaitable à mon avis de n’ouvrir le couvercle qu’avec la petite queue plutôt qu’au complet. Elle a conclu sa prestation par une œuvre solo, une suite de variations virtuoses sur le chant irlandais « The Last Rose of Summer », qu’elle a jouée avec aplomb.

De la prestation de Christine Lim, je retiens la Deuxième Sonate de Prokofiev, qui lui convenait particulièrement bien. En début de programme, elle avait présenté une sonate de Mozart bien rendue, mais qui ne se démarquait pas au niveau de l’interprétation.

SOIRÉE

Après autant de musique, ma concentration commençait à vaciller : heureusement, les candidats de la soirée allaient s’occuper de la raviver.

Le Chinois Lun Li a une commande admirable de toutes les possibilités de l’archet, et s’en sert avec un sens musical ravissant. Je salue son utilisation du flautando dans la sonate de Debussy, permettant d’offrir une interprétation renouvelée de cette œuvre entendue déjà quelques fois au cours de la journée. Sa prestation avait commencé par les Quatre pièces, opus 7 de Webern, qu’il a enchaînées sans interruption avec la Sonate de Mozart en mi mineur, un choix intrigant. Dans l’ensemble, Li a livré une prestation remarquable, et je ne douterais pas de le voir avancer en finale, ne serait-ce de quelques mini-accrocs à peine perceptibles.

Hao Zhou, dernier candidat de la journée, a transporté l’auditrice fatiguée que j’étais par des moments de grande musique. Cela a commencé à se faire sentir dans le deuxième mouvement de la sonate en la majeur de Mozart, par une phrase ou deux qui se détachent des autres. De tels moments de grâce se sont multipliés dans la sonate de Franck, surtout dans le troisième mouvement, d’une grande beauté. Sa faiblesse se situe malheureusement dans un son souvent forcé, éteignant les vibrations naturelles du violon.

STAND ALONE

Après avoir entendu six prestations de l’œuvre canadienne imposée, une création, je ne peux que relever à quel point elles étaient toutes différentes. Impossible pour moi de dire laquelle était la plus juste, la mieux interprétée. L’œuvre elle-même s’écoute bien et est écrite dans un langage idiomatique pour l’instrument. J’aurai des commentaires plus profonds à vous livrer à son sujet après l’épreuve d’aujourd’hui, qui me permettra de l’entendre de nouveau…six fois.

LIRE AUSSI:

CMIM | Guide pratique pour ne rien manquer au Concours musical international de Montréal – Violon 2019

 

Béatrice Cadrin

Béatrice Cadrin

Passionnée par l’orchestre symphonique et par la médiation de la musique, Béatrice est formée en interprétation musicale (alto et direction d’orchestre) au Conservatoire de musique de Québec, à l'Université Laval et à l'École supérieure de musique et de théâtre de Hanovre (Allemagne). Elle achève cette année une maîtrise en musicologie à l’Université de Montréal.
Béatrice Cadrin
Béatrice Cadrin

Béatrice Cadrin

Passionnée par l’orchestre symphonique et par la médiation de la musique, Béatrice est formée en interprétation musicale (alto et direction d’orchestre) au Conservatoire de musique de Québec, à l'Université Laval et à l'École supérieure de musique et de théâtre de Hanovre (Allemagne). Elle achève cette année une maîtrise en musicologie à l’Université de Montréal.
Béatrice Cadrin
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

NOUVELLE | Une nouvelle production du Fantôme de l'opéra en français cet hiver à Montréal et à Québec

Par Caroline Rodgers le 10 septembre, 2019

Une toute nouvelle production du Fantôme de l'opéra en version concert et en français vient d'être annoncée par Spectra Musique, qui mentionne qu'il s'agit d'un spectacle exclusif au Québec avec 20 chanteurs et un orchestre de 40 musiciens.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

CHOIX DE LA RÉDACTION | Cinq récitals et une pièce de théâtre à découvrir cette semaine à Montréal

Par Michel Joanny-Furtin le 1 septembre, 2019

Voici nos Choix de la rédaction pour la semaine du 2 au 8 septembre.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

L'AVANT-CONCERT | D'espace et de temps: création, poésie et concert éclaté dans un loft de Chabanel

Par Caroline Rodgers le 21 août, 2019

Le festival Ahuntsic en fugue aime faire les choses à sa façon en intégrant la vie, les habitants et l'histoire de ce beau quartier dans sa programmation. Demain, jeudi 22 août, un événement unique se prépare dans un grand loft industriel du secteur Chabanel
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.