DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

L'ÉTÉ DES MUSICIENS | Airat Ichmouratov: un nouveau concerto pour violoncelle et des oeuvres jouées sur quatre continents

Par Caroline Rodgers le 13 juin, 2018

Airat Ichmouratov et Stéphane Tétreault. (Crédit: Nadia Zheng)
Airat Ichmouratov et Stéphane Tétreault. (Crédit: Nadia Zheng)

Airat Ichmouratov s’apprête à passer un été fantastique. En plus de la création de son Concerto pour violoncelle no 2 par l’Orchestre de la Francophonie et Stéphane Tétreault, il verra de ses oeuvres jouées aux quatre coins de la planète et donnera des concerts avec son ensemble de musique klezmer, Kleztory. Survol de l’été de rêve d’un compositeur, chef d’orchestre et clarinettiste que rien n’arrête.

 

Concerto pour violoncelle no 2

Cet été, l’Orchestre de la Francophonie fera la création du deuxième Concerto pour violoncelle d’Airat Ichmouratov avec, comme soliste, nul autre que Stéphane Tétreault, sous la direction de Jean-Philippe Tremblay, qui ont commandé l’oeuvre ensemble.  

« C’est un concerto dans le style romantique qui dure plus de 35 minutes et nous avons travaillé fort sur l’édition, avec Stéphane. C’est sans doute mon plus grand projet de l’été. »

Contacté à ce sujet, Stéphane Tétreault décrit l’oeuvre en ces termes:

« C’est vraiment de la musique magnifique, dit-il. Le cœur de l’oeuvre se retrouve dans le mouvement lent et surtout dans la cadence. Comme Chostakovitch l’a fait dans son premier Concerto pour violoncelle, le troisième mouvement est une cadence entière qui s’enchaîne avec le dernier mouvement et je trouve ça très intéressant comme concept. On a beaucoup travaillé ensemble au cours des dernières semaines. Les couleurs et les effets qu’il est allé chercher montrent des influences de Prokofiev, Chostakovitch, et le style propre d’Ichmouratov, qui a évidemment développé son propre style. C’est une pièce qui est appelée à être rejouée, au-delà de cet été. Elle est aussi très accessible et je pense que les gens vont l’aimer. »

La première du concerto aura lieu au Camp musical du Saguenay-Lac-St-Jean, le 8 juillet, et il sera rejoué au Festival de Stratford, en Ontario, le 21 juillet. DÉTAILS

 

 

 

 

Airat Ichmouratov. (Photo: courtoisie)
Airat Ichmouratov. (Crédit: Dina Mir)

Sur quatre continents…et bientôt cinq

« Mon autre grand projet de l’été c’est un voyage en Inde, dit le compositeur. L’Orchestre symphonique de l’Inde va jouer mon conte musical The Sorcerer’s Hat, à Mumbai, le 1er juillet. Je suis invité là-bas, alors je vais y aller pour mon 45e anniversaire. Je vais arriver en Inde le jour de ma fête. L’histoire de cette prestation est intéressante. L’oeuvre m’a été commandée par Yuli Turovsky pour I Musici, en 2010. Nous avons fait la création ici, à Montréal, et on avait reçu une nomination aux Prix Opus. En février dernier, je suis allé en Biélorussie parce qu’on y jouait une de mes pièces intitulée Shabarsha et j’ai rencontré le chef d’orchestre Evgeny Bushkov, qui a adoré ma musique. Il est chef en résidence à Mumbai, c’est donc lui qui m’a invité cet été. Je vais passer une semaine à Mumbai et l’orchestre, là-bas, veulent me commander une nouvelle oeuvre basée sur un livre d’un auteur indien. Ils veulent continuer cette collaboration, qui impliquera un théâtre de marionnettes, et nous allons en discuter. »

 

 

Airat Ichmouratov est originaire de la ville de Kazan, au Tatarstan.

« Je ne suis pas Russe, je suis Tatar, dit-il. Mais je parle le russe car c’était obligatoire à cette époque. La nation tatare est complètement différente, et la langue tatare est proche du turc. »

Le compositeur a écrit presque six nouvelles oeuvres cette année.

« J’écris assez vite, mais la pièce pour Stéphane Tétreault m’a pris trois mois, dit-il. Mes influences sont surtout les compositeurs russes: Chostakovitch, Prokofiev, Rachmaninov, et Tchaïkovski, mais aussi Mahler. Ma musique est vraiment un mélange de toutes ces inspirations. »

Une autre création cet été: son trio pour alto, flûte et harpe, Fujin’s Dream, sera joué au concert « Femmes: de Debussy à Takemitsu » avec Marina Thibeault, Valérie Milot et Jocelyne Roy, le 15 juillet, à Orford Musique. 

De plus, son poème symphonique David of Sasoun sera joué le 5 juillet à Yerevan, en Arménie, par l’Armenian State Orchestra.

Finalement, d’autres oeuvres d’Airat Ichmouratov seront jouées au cours de l’année qui vient à Sao Paulo, au Brésil, en Australie…et à Longueuil, puisqu’il est le nouveau chef assistant et compositeur en résidence de l’Orchestre symphonique de Longueuil pour la saison prochaine. Il a reçu une bourse de création du Conseil des arts de Longueuil pour la création d’une oeuvre pour clarinette, alto et piano.

 

 

Airat Ichmouratov. (Crédit: Sylvain Légaré)
Airat Ichmouratov. (Crédit: Sylvain Légaré)

Les pérégrinations de Kleztory

Airat Ichmouratov a reçu une formation classique, mais il joue de la clarinette klezmer depuis de nombreuses années. Il fait partie du groupe klezmer Kleztory, qui est dans sa 18e année.

« Mon professeur de clarinette, en Russie, faisait partie d’un groupe klezmer et il a eu une grande influence sur moi. J’ai toujours adoré cette musique qui est pleine d’émotions, elle peut être très triste ou très joyeuse. C’est une langue universelle, on peut communiquer avec n’importe qui grâce à cette musique. C’est une musique juive et un exemple de langue universelle extraordinaire. C’est pour ça que j’en joue depuis 18 ans partout dans le monde. J’ai aussi composé plusieurs oeuvres qui intègrent des thèmes juifs, comme cette qui a été enregistrée récemment sur ATMA dans l’album Klezmer Dreams par le Quatuor Molinari et André Moisan, et qui s’intitule Almost Ordinary Life »

Kleztory sera en concert le 16 juin prochain au Montreal Folk Festival on the Canal, et le 19 juillet, au Parc Alexandre-Bourgeau, à Pointe-Claire. L’ensemble jouera aussi au Capital Ukrainian Festival, les 21 et 22 juillet. Le groupe ira aussi jouer en Norvège en septembre.

 

 

 

Le mont Ama Dablam, Himalaya. (Peinture: Airat Ichmouratov)
Le mont Ama Dablam, Himalaya. (Peinture: Airat Ichmouratov)

Pas que le travail dans la vie

Quand il n’est pas occupé à composer (ce qu’il fait chaque jour, le matin), à diriger ou à jouer de la clarinette, Airat Ichmouratov aime faire de l’escalade avec sa fille Alina, 14 ans…et peindre des montagnes.

« Je fais de l’escalade depuis que j’ai quinze ans. Mon père a été un alpiniste renommé en Russie. »

Il fait aussi de la peinture à l’huile.

« Je n’ai jamais étudié la peinture mais j’aime en faire, juste pour le plaisir, et j’adore peindre des montagnes », dit-il.

Ci-haut, sa dernière création: le mont Ama Dablam, dans l’Himalaya.

 

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE? LISEZ AUSSI:

 

CRITIQUE | Nouveau Quatuor à cordes Orford : les nouveaux chemins de la musique d’ici

 

NE RATEZ PLUS NOS ARTICLES! ABONNEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTRE.

 

Caroline Rodgers

Rédactrice en chef chez Ludwig van Montréal
Caroline a découvert la musique à l'âge de 4 ans en observant un pianiste qui jouait dans un mariage. Elle a ensuite appris cet instrument et obtenu son baccalauréat en musique à l'Université Laval dans la classe de Joël Pasquier. Devenue journaliste musicale en 2009 à La Presse, où elle a signé des articles jusqu'en 2017, elle a pu marier ses deux passions: la musique et les mots. Elle est rédactrice en chef de Ludwig van Montréal.

Caroline Rodgers

Rédactrice en chef chez Ludwig van Montréal
Caroline a découvert la musique à l'âge de 4 ans en observant un pianiste qui jouait dans un mariage. Elle a ensuite appris cet instrument et obtenu son baccalauréat en musique à l'Université Laval dans la classe de Joël Pasquier. Devenue journaliste musicale en 2009 à La Presse, où elle a signé des articles jusqu'en 2017, elle a pu marier ses deux passions: la musique et les mots. Elle est rédactrice en chef de Ludwig van Montréal.
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

CONCERT | Andrew Wan et Charles Richard-Hamelin au Festival Orford Musique 2018

Par Ludwig Van le 24 juillet, 2018

Orford Musique est heureux de réunir sur scène deux musiciens de grand talent très appréciés du public, le violoniste Andrew Wan et le pianiste Charles Richard-Hamelin. Ces deux artistes partageront avec le public de la salle Gilles-Lefebvre leur projet en duo le vendredi 3 août prochain à 20 h.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

CRITIQUE | L'Orchestre Métropolitain au mont Royal: Tchaïkovski envoûtant sous la pleine lune

Par Béatrice Cadrin le 28 juillet, 2018

Après s’être produit dans les plus grandes salles d’Europe lors de sa tournée de l’automne dernier, l’Orchestre Métropolitain offrait hier soir un concert dans une « grande » salle d’un autre type avec le skyline montréalais et l’horizon en toile de fond, sous la douce lumière d’une pleine lune à son apogée. L’orchestre conviait le public montréalais à un concert entièrement dédié à la musique de Tchaïkovski dans le cadre des Soirées Campbell.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

FESTIVALS | Ahuntsic en fugue: bien plus que de la musique

Par Caroline Rodgers le 11 août, 2018

Le Festival Ahuntsic en fugue fête ses cinq ans cette année et nous en avons profité pour leur rendre visite dans ce beau quartier en compagnie du fondateur, Clément Canac-Marquis. Ce fut la découverte d'un festival qui fait véritablement les choses autrement.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.