DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

OPÉRA | Lotus Lives: de l'opéra au slam en passant par le théâtre d'ombres

Par Frédéric Cardin le 2 avril, 2018

Stéphanie Pothier, méconnaissable dans l'opéra Lotus Lives. (Crédit: Mathieu Poirier)
Stéphanie Pothier, méconnaissable dans l’opéra Lotus Lives. (Crédit: Mathieu Poirier)

Les 6 et 7 avril prochain à Montréal, au Gesù, sera donnée la création hors États-Unis de l’opéra Lotus Lives (Les vies de lotus) de Su Lian Tan, une compositrice états-unienne originaire de Malaisie. Un opéra intrigant aux influences multiples, sous la direction musicale de Dina Gilbert. 

Lotus Lives marie les références occidentales et orientales, la musique contemporaine savante avec la pop des années 1980 et le slam (une forme de poésie scandée rythmiquement sur de la musique, du hip-hop littéraire, diront certains), ainsi qu’une mise en scène colorée où se côtoieront projections vidéo, théâtre d’ombres asiatique et musiciens sur scène.

 

 

La distribution, en partie québécoise, mettra en scène la mezzo-soprano Stéphanie Pothier, qui joue le rôle principal de Lily, la soprano Deborah Lifton, l’ensemble de cuivres et percussions Magnitude6 sous la direction de Dina Gilbert et le metteur en scène Claudio Medeiros.

Lotus Lives raconte l’histoire de Lily, une malaisienne émigrée à Londres qui constate que le regard des hommes occidentaux à son égard est bourré de stéréotypes, et que le carcan dans lequel elle a l’impression de se faire emprisonner par ce regard lui rappelle étrangement l’éducation stricte et sévère qu’elle a reçu de ses parents.

C’est contre cette double pression sociale que Lily se révolte. Et c’est grâce au personnage de sa grand-mère, suffragette militante et courageuse d’une autre époque, en Malaisie, que Lily trouvera en partie l’ancrage nécessaire pour mener sa lutte.

Lotus Lives témoigne de ce combat féministe à la fois enraciné dans l’histoire et résolument actuel à travers de multiples références croisées, autant formelles que symboliques (Occident et Orient), savantes et populaires, dramatiques et humoristiques.

Le défi de la clarté

Pour le metteur en scène Claudio Medeiros, le grand défi a été de rendre toute la proposition la plus claire possible pour le grand public. Certaines techniques du théâtre traditionnel Nô sont utilisées, à savoir la perméabilité des personnalités. Tour à tour, et de manière abrupte, Stéphanie Pothier peut jouer le rôle de Lily puis, soudainement, celui de sa grand-mère, puis une tante, etc.

Il faut absolument s’assurer que la compréhension du récit ne soit pas entachée par ces techniques plus familières aux connaisseurs cultivés asiatiques.

Grand Corps Malade à la rescousse

La musique a aussi représenté un important défi. Su Lian Tan y fait cohabiter les techniques contemporaines de pointe avec des références à la pop des années 1980 et aussi au slam. Stéphanie Pothier a dû se familiariser avec cette technique peu fréquentée en art lyrique avec de nombreux conseils, son propre talent, et aussi en écoutant des slammeurs professionnels (comme Grand Corps Malade).

Ombres féériques et symboliques

L’un des moments les plus spectaculaires du spectacle risque d’être l’épisode du théâtre d’ombres, conçu par Tim Bartlett.

Un théâtre d’ombres qui donne vie à un conte traditionnel dans lequel une jeune fille trop rebelle face à son éducation est envoyée quelque temps chez la déesse de la Lune pour y être éduquée correctement. À son retour, elle est devenue tellement sage, tellement posée et obéissante que sa mère de la reconnaît plus. Pour elle, sa fille est morte. L’allusion et la symbolique avec le combat que mène Lily sont évidentes.

Techniquement, et pendant presque 15 minutes, les spectateurs pourront assister à un ballet visuel original, projeté sur écrans et mêlant deux types de théâtre d’ombres asiatique, le Chinois et le Malaisien (plus spécifiquement le Peranakan, issu de la culture d’immigrants chinois en Malaisie). Une danseuse ajoutée numériquement à l’ensemble imprime au résultat final une impression de singularité qui dynamise une tradition empreinte de féérie et de magie.

Lotus Lives démontre que Montréal prend sa place dans la modernité de l’art lyrique. Depuis quelques années en effet, les créations opératiques originales remportés de beaux succès dans la métropole. Les feluettes, Another Brick in the Wall, JFK (en première hors États-Unis), puis Lotus Lives cette fois, tous ces opéras témoignent de la vie palpitante qui habite l’opéra moderne, et de la place, encore modeste peut-être mais grandissante, que Montréal y occupe.

Ce spectacle fait partie de la programmation du Vivier, carrefour des musiques nouvelles.

Lotus Lives, les 6 et 7 avril, 20 h salle du Gesù. Rencontre pré-opéra avec la compositrice à 19 h le 6.

PLUS DE DÉTAILS DANS NOTRE CALENDRIER DE CONCERTS

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE? Lisez aussi:

Onze concerts printaniers qui valent le détour cette semaine

Quand Hildegarde de Bingen inspire les créatrices d’un concert 100% féminin

 

 

 

 

 

Frédéric Cardin

Frédéric Cardin

Frédéric Cardin a littéralement grandi avec des disques : ses parents tenaient un magasin de musique à Sorel-Tracy, sa ville natale. Il a apprit le violon pendant quelques années, puis le cor, duquel il peut encore faire sortir quelques notes. Recherchiste, réalisateur, édimestre, chroniqueur et animateur à plusieurs émissions musicales classiques, mais aussi jazz et de musiques du monde à Radio-Canada depuis 1999, Frédéric est également animateur de l'émission Les trésors cachés sur les ondes de Radio VM et de causeries pré-concert à la maison de la culture Saint-Laurent dans la série Les concerts endimanchés, en plus d'être journaliste à la section Portraits de L'Opéra - revue québécoise d'art lyrique. Il a étudié en histoire et en politique internationale, mais c'est la musique qui demeure sa principale muse.
Frédéric Cardin
Frédéric Cardin

Frédéric Cardin

Frédéric Cardin a littéralement grandi avec des disques : ses parents tenaient un magasin de musique à Sorel-Tracy, sa ville natale. Il a apprit le violon pendant quelques années, puis le cor, duquel il peut encore faire sortir quelques notes. Recherchiste, réalisateur, édimestre, chroniqueur et animateur à plusieurs émissions musicales classiques, mais aussi jazz et de musiques du monde à Radio-Canada depuis 1999, Frédéric est également animateur de l'émission Les trésors cachés sur les ondes de Radio VM et de causeries pré-concert à la maison de la culture Saint-Laurent dans la série Les concerts endimanchés, en plus d'être journaliste à la section Portraits de L'Opéra - revue québécoise d'art lyrique. Il a étudié en histoire et en politique internationale, mais c'est la musique qui demeure sa principale muse.
Frédéric Cardin
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

ENTREVUE | Blake Pouliot en solo avec les orchestres de jeunes du Canada et de l'Union européenne

Par Anya Wassenberg le 30 octobre, 2019

Le violiniste Blake Pouliot nous parle de sa tournée avec le super-groupe formé des orchestres de jeunes du Canada et de l'Union européenne, et explique ce que sa propre expérience au sein de l'Orchestre national des jeunes du Canada représente pour lui aujourd'hui. 
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

PORTRAIT | Thomas Leduc-Moreau : les aventures d'un jeune chef assistant à l'OSM

Par Caroline Rodgers le 1 novembre, 2019

Il a 25 ans et il est arrivé à l'Orchestre symphonique de Montréal il y a à peine deux mois. Déjà, il a suivi l'orchestre en tournée et connu son "baptême du feu" en remplaçant Andras Schiff pour diriger la deuxième moitié de ses concerts avec des oeuvres qu'il n'avait jamais travaillées, à 48 heures d'avis, la semaine dernière. Le moins qu'on puisse dire, c'est que Thomas Leduc-Moreau mène une vie palpitante et remplie d'aventures comme nouveau chef assistant de Kent Nagano.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

RENCONTRE | Quatre questions à Yannick Nézet-Séguin juste avant la tournée de l'Orchestre Métropolitain

Par Caroline Rodgers le 17 novembre, 2019

Vendredi après-midi, l'Orchestre Métropolitain avait invité quelques médias à assister à sa répétition à la Maison symphonique. Nous avons pu avoir un avant-goût de leur interprétation de la Symphonie no 4 de Bruckner et parler au chef d'orchestre quelques instants, alors que l'OM partira en tournée du 18 au 25 novembre aux États-Unis.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.