DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

ENTRETIEN | Marina Thibeault: la véritable histoire d'une vidéo à un million de vues

Par Caroline Rodgers le 12 janvier, 2018

Marina Thibeault, Wallis Giunta et Lucien. (Crédit: Anastasia Krachkovskaya)
Marina Thibeault, Wallis Giunta et Lucien. (Crédit: Anastasia Krachkovskaya)

Si vous êtes mélomane et que vous avez un compte Facebook, à moins d’avoir passé le temps des fêtes sur la planète Mars, vous avez sans doute vu la vidéo virale de Marina Thibeault avec la mezzo Wallis Giunta tenant dans ses bras Lucien, le bébé de l’altiste, en chantant du Brahms. Alors que bien des fausses informations ont circulé sur les circonstances de cet événement, voici la véritable histoire, par la maman de Lucien elle-même.

 

 

LvM : À quel moment la vidéo a-t-elle été tournée?

Marina Thibeault : « À un concert du festival Music and Beyond, le 21 décembre, à la Dominion Church, à Ottawa. Ce qu’il y a de spécial pour moi, c’est que c’était la première fois que je voyageais seule avec Lucien depuis sa naissance, alors j’étais un peu hésitante à accepter l’invitation de Julian Armour, le directeur de Music and Beyond. Je voyais ça comme quelque chose de gros de me déplacer avec un bébé de sept mois en plein hiver, avec les tempêtes et le verglas, pour plusieurs jours. Mon conjoint ne pouvait pas nous accompagner, cela impliquait donc toute une logistique pour les répétitions. En même temps, j’avais vraiment envie d’y aller, car je savais qu’il y aurait là-bas de superbes musiciens, dont Wallis, Marc Djokic et Yolanda Bruno. »

LvM : Comment as-tu résolu ce dilemme?

Marina Thibeault : « Julian Armour, qui a lui-même quatre jeunes garçons, m’a assuré que lui et sa conjointe m’aideraient à m’occuper du bébé pendant les répétitions. Il me disait : amène ton bébé, il sera avec nos quatre garçons. »

« C’était tellement touchant de voir qu’un diffuseur était prêt à tout faire pour que la conciliation travail-famille soit aussi confortable que possible. Cela m’a fait chaud au cœur et donné le courage de dire oui à ce concert-là. »

LvM : Est-il vrai que Lucien s’est mis à pleurer pendant le concert et que Wallis l’a pris pour le consoler?

Marina Thibeault : « Certains de ceux qui ont partagé la vidéo ont écrit cela et répandu cette version des faits, mais ce n’est pas du tout ce qui s’est passé. À l’église, il y avait une petite pouponnière avec une aire de jeu, et pendant les répétitions, c’est là que Lucien passait son temps avec ses gardiennes. Il était mieux là qu’à l’hôtel, pour faciliter l’allaitement. À la générale, pendant un moment, il n’y avait personne pour s’en occuper alors Wallis l’a pris dans ses bras puisque moi-même, j’avais mon instrument. Comme ça s’est bien passé, nous avons eu l’idée de faire la même chose au concert. Wallis chantait une berceuse de Brahms, Geistliches Wiegenlied. C’est la Vierge Marie qui chante cela à l’Enfant Jésus. On trouvait que ça s’y prêtait parfaitement. Je trouvais même que ça nous faisait mieux jouer la pièce. »

LvM : Sur ton compte Instagram, tu partages souvent des vidéos de toi en train de répéter devant Lucien. Aime-t-il la musique?

Marina Thibeault : « Je répète pas mal tout le temps à la maison. Il est surtout tranquille pendant que je joue. Ça le fascine et ça le calme, quoique, lorsqu’il va commencer à marcher, cela sera plus compliqué! Pendant le concert, il dormait encore en arrière-scène, juste avant que notre pièce commence. On s’était dit que s’il dormait, on n’allait tout de même pas le réveiller pour la pièce! Il s’est réveillé entre les deux pièces, juste à temps. C’était comme si cela lui tentait! »

LvM : Comment la vidéo est-elle devenue virale?

Marina Thibeault : « Le père de Wallis Giunta filmait tout le concert, et un ami leur a prêté des caméras de très bonne qualité. Elle a donc décidé de le partager sur sa page Facebook, et ça a fait boule de neige. Classic FM, qui a un énorme auditoire sur Facebook, l’a partagée, et c’est là que ça a pris des proportions importantes. C’était divertissant pour nous, dans le temps des fêtes, de regarder le nombre de vues et de partages augmenter. »

LvM : Quelle est ta conclusion par rapport à toute cette aventure?

Marina Thibeault : « J’ai constaté que parmi les gens qui partageaient la vidéo, il y avait énormément de centres d’allaitement ou de maternité, et en lisant les commentaires, on voyait que c’était porté par des mamans et par un mouvement féministe au sujet de la conciliation travail-famille et de la normalisation de la maternité, et de l’accès des mères au monde du travail. »

« On est vraiment à une époque où ça ne devrait plus être un obstacle d’être maman, et les bébés sont mieux acceptés dans les milieux de travail. »

« Mon fils vit toutes sortes d’expériences et je pense que c’est sain, pour des professionnels, de voir des enfants et de constater que la vie, ce n’est pas juste d’être super performant, mais que c’est aussi des moments humains. Cela m’a beaucoup encouragée de voir la réponse du public, non seulement dans la salle, mais aussi sur internet. Je n’ai vu aucun commentaire négatif. Ça m’a vraiment réjoui de pouvoir vivre cette expérience avec mon bébé. »

Marina Thibeault donnera un récital de musique de chambre avec Stéphane Tétreault et Marie-Ève Scarfone le 25 janvier prochain à la Maison de la culture d’Anjou. Elle sera également la soliste invitée de l’Orchestre Métropolitain, sous la direction de Daniele Callegari, du 21 au 23 février, pour la série de concerts « Passion Mozart ». Le 21 mars, elle jouera en quintette à la salle Bourgie dans le cadre du concert « Benedetto Lupo joue Mozart« , et dans l’Octuor de Schubert à la Chapelle historique du Bon-Pasteur, le 8 avril.

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE? Lisez aussi:

Marina Thibeault:  L’art zen d’être musicienne

Entrevue dans un taxi avec Jean-Guihen Queyras

 

 

 

Caroline Rodgers

Rédactrice en chef chez Ludwig van Montréal
Caroline a découvert la musique à l'âge de 4 ans en observant un pianiste qui jouait dans un mariage. Elle a ensuite appris cet instrument et obtenu son baccalauréat en musique à l'Université Laval dans la classe de Joël Pasquier. Devenue journaliste musicale en 2009 à La Presse, où elle a signé des articles jusqu'en 2017, elle a pu marier ses deux passions: la musique et les mots. Elle est rédactrice en chef de Ludwig van Montréal.

Caroline Rodgers

Rédactrice en chef chez Ludwig van Montréal
Caroline a découvert la musique à l'âge de 4 ans en observant un pianiste qui jouait dans un mariage. Elle a ensuite appris cet instrument et obtenu son baccalauréat en musique à l'Université Laval dans la classe de Joël Pasquier. Devenue journaliste musicale en 2009 à La Presse, où elle a signé des articles jusqu'en 2017, elle a pu marier ses deux passions: la musique et les mots. Elle est rédactrice en chef de Ludwig van Montréal.
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

NOUVELLE | Les orgues de l’église du Très-Saint-Nom-de-Jésus ressuscitent

Par Mario Cloutier le 4 novembre, 2019

Il y a dix ans, on donnait quelques mois de vie à l’église du Très-Saint-Nom-de-Jésus dans le quartier Maisonneuve. Dans deux semaines, un concert orgues et voix célébrera à la fois la restauration de l’institution construite il y a 115 ans et la résurrection de ses deux orgues Casavant avec les organistes Régis Rousseau et Jacquelin Rochette, ainsi que la participation exceptionnelle de la soprano Manon Feubel.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

ENTREVUE | Blake Pouliot en solo avec les orchestres de jeunes du Canada et de l'Union européenne

Par Anya Wassenberg le 30 octobre, 2019

Le violiniste Blake Pouliot nous parle de sa tournée avec le super-groupe formé des orchestres de jeunes du Canada et de l'Union européenne, et explique ce que sa propre expérience au sein de l'Orchestre national des jeunes du Canada représente pour lui aujourd'hui. 
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

ACTUALITÉS | Quatre bonnes nouvelles en musique classique que vous devriez connaître

Par Caroline Rodgers le 15 novembre, 2019

Si vous croyez que le classique est mort, nous sommes morts de rire! n'est pas la devise de Ludwig van Montréal pour rien. En effet, l'actualité ne s'arrête jamais dans notre milieu musical qui déborde de vie. Voici quelques nouvelles que vous devriez connaître.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.