NOUVELLE | Marc Djokic devient le premier artiste en résidence de CAMMAC

Par Caroline Rodgers le 14 octobre 2017

Le violoniste montréalais Marc Djokic, lauréat du Prix Goyer, deviendra le premier artiste en résidence de CAMMAC. (Crédit: Shayne Gray)
Le violoniste montréalais Marc Djokic, lauréat du Prix Goyer, deviendra le premier artiste en résidence de CAMMAC. (Crédit: Shayne Gray)

Le violoniste montréalais originaire d’Halifax Marc Djokic deviendra le premier artiste en résidence dans l’histoire du Centre musical CAMMAC, l’été prochain. Avec sa bonne humeur habituelle, le tout récent lauréat du Prix Goyer s’est entretenu avec Ludwig van Montréal au sujet de cette nouvelle collaboration, du prix qu’il vient de remporter et de ses projets à venir.

L’été dernier, Marc Djokic a enseigné la musique de chambre à CAMMAC. Il a vite développé des atomes crochus avec cet environnement et ce lieu emblématique qui rassemble les générations pour faire de la musique.

« En plus d’être un excellent musicien, sa personnalité est un atout majeur, dit Guylaine Lemaire, directrice artistique de CAMMAC. Il est enthousiaste, participatif, collaboratif et très sociable. En anglais, je dirais: “he is fun to be around”. Les participants et les autres professeurs l’ont remarqué et c’était très apprécié. »

Le Centre musical CAMMAC a été fondé en 1953 par George et Carl Little.

« Cette résidence établit une nouvelle formule, dit Marc Djokic. Cela ouvre une porte à d’autres collaborations similaires dans les années à venir. Ce que je veux faire, entre autres, c’est d’inviter d’autres musiciens ici, donner plus de concerts, innover avec quelques projets que j’ai en tête. C’est un excellent endroit pour le faire, car les gens qui viennent à CAMMAC sont ouverts aux découvertes musicales. J’espère aussi commander une œuvre qui pourrait être créée sur place et qui serait liée à l’histoire de cet endroit. »

« Je suis très heureuse de travailler avec lui dans le cadre de cette nouvelle initiative, ajoute Guylaine Lemaire. Marc se décrit comme un artiste qui veut interpréter, collaborer, enseigner et créer. C’est un excellent musicien et un artiste dynamique et polyvalent. Je crois que ses valeurs s’alignent parfaitement avec notre mission, qui est d’encourager les personnes de tout âge à vivre la joie de faire de la musique ensemble dans un cadre accueillant et coopératif. CAMMAC croit aussi à l’idée d’amener des professionnels chevronnés à guider des musiciens amateurs de tous les âges et de tous les niveaux, dans une atmosphère bienveillante et amicale. En tant qu’Artiste en résidence, Marc enseignera, jouera en concert et travaillera à la création de nouvelles œuvres canadiennes qui s’inspireront du Centre musical. »

À la mi-septembre, Marc Djokic devenait le deuxième lauréat du Prix Goyer 2017-2018 de Mécénat Musica, d’une valeur de 125 000 $. Ce prix comprend une bourse de 50 000 $ en argent, 50 000$ pour la production, la distribution et la mise en marché de vidéos par noncerto, 13 500 $ pour la composition d’une œuvre par Matthias Maute et 11 500 $ pour de l’encadrement professionnel. Le précédent lauréat était le pianiste Philippe Chiu.

Né en Nouvelle-Écosse, Marc Djokic est venu vivre à Montréal en 2007. (Crédit: Waël Chanab)
Né en Nouvelle-Écosse, Marc Djokic est venu vivre à Montréal en 2007. (Crédit: Waël Chanab)

Parcours et projets

Fils d’un couple de musiciens professionnels, le violoniste Philippe Djokic et la pianiste Lynn Stodola, le petit Marc commençait le violon à sept ans, avec son père.

« En troisième année, j’ai gagné un concours et j’étais vraiment content d’avoir réussi à bien jouer en public, ce qui m’a vraiment motivé » se souvient-il.

Quand on lui demande quels violonistes il admire, il mentionne Rachel Barton Pine, James Ehnes et Nigel Kennedy, mais celui qui l’a le plus influencé est son père.

« Mon violoniste favori est mon père et j’ai toujours essayé, surtout quand j’étais plus jeune, d’avoir un son semblable au sien, dit-il. Un de mes plus beaux souvenirs est le jour où je suis allé essayer des violons dans un magasin d’instruments, à New York, et le luthier a dit que je sonnais comme mon père. J’étais tellement content! »

À 16 ans, ses parents l’envoient étudier dans un programme pour jeunes artistes à Cleveland, en Ohio, pour trois ans.

« C’était bien pour moi d’être entouré de musiciens à un si jeune âge, dans un environnement musical très riche. »

Après Cleveland, il suit son professeur de violon à Boston pour continuer sa formation, pendant trois autres années, suivies d’une autre année à l’Université d’Indiana.

Il est venu habiter à Montréal en 2007, convaincu par sa sœur, la violoncelliste Denise Djokic, que la métropole était un endroit où il fait bon vivre quand on est musicien. Depuis son arrivée, il a multiplié les collaborations avec d’autres musiciens, formant, entre autres, un duo avec le pianiste Julien Leblanc. Il a aussi fait partie de l’Ensemble Morpheus, qui a arrêté ses activités. Il forme présentement un ensemble avec les guitaristes Jérôme Ducharme et Louis Trépanier, le Trio Tangere. Au cours des dernières années, il a également tourné de nombreuses vidéos partout au Canada avec noncerto.

Parmi ses projets à venir, l’enregistrement d’un premier album est sur la table, avec une maison de disques connue qu’il ne peut pas révéler pour l’instant. L’album sera dédié à la musique canadienne.

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE? Lisez aussi: 

Jean-Philippe Sylvestre, à la conquête d’André Mathieu, par Caroline Rodgers

La vie secrète des instruments: Les flûtes enchantées de Vincent Lauzer, par Béatrice Cadrin

 

 

 

 

Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

LES NOUVELLES DU JOUR DANS VOS COURRIELS

company logo
Conditions d'utilisation & Politique de vie privée
© 2023, Museland Media, Inc., Tous droits réservés.