DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

NOUVELLE | Radio-Classique Montréal fera entendre sa dernière note samedi soir

Par Caroline Rodgers le 12 juin, 2020

Gregory Charles. (Photo : courtoisie)

Ludwig van Montréal a appris que les dernières notes de la station montréalaise de Radio-Classique retentiront le samedi 13 juin en soirée.

C’est en effet dans la nuit de samedi à dimanche que CJPX 99,5 FM devrait s’éteindre, laissant place à la nouvelle station de Leclerc Communication, qui a fait l’acquisition de la fréquence à Gregory Charles pour la somme de 4,9 millions.

La transaction avait été autorisée par le CRTC le 3 avril dernier, suscitant la grogne des auditeurs de Radio-Classique sur les médias sociaux et une lettre ouverte du Conseil québécois de la musique déplorant ce changement de vocation pour le 99,5, le qualifiant de « coup dur pour les ensembles et musiciens québécois ».

La perte de l’importante tribune pour l’actualité musicale québécoise que représentait CJPX est très lourde de conséquences pour les musiciens. Moins entendus, les artistes risquent de voir les ventes d’albums et de billets de concert diminuer et leurs revenus directement affectés. – Le Conseil québécois de la musique, 6 avril 2020.

 

Ce sont trois des employés ou ex-employés de Radio-Classique qui nous ont d’abord informés, aujourd’hui, de ce triste adieu sans tambours ni trompettes aux ondes radio montréalaises. La nouvelle a été confirmée par Sylvia Côté, productrice chez Greg Musique, l’entreprise de Gregory Charles.

D’après la licence, on sait que la nouvelle station diffusera de la musique de la catégorie « adulte alternatif – Triple A et Adulte contemporain. » Vendredi en soirée, Leclerc Communication a émis la déclaration suivante par communiqué:

« C’est avec grand plaisir que nous avons franchi aujourd’hui la dernière étape pour finaliser cette transaction. Nous sommes maintenant propriétaires de l’une des antennes couvrant le plus grand territoire dans un marché où aucune nouvelle fréquence n’est disponible. Avec une programmation unique, adaptée à la réalité et aux goûts des jeunes adultes, WKND 99,5 Montréal exploitera un nouveau créneau misant sur l’authenticité, la spontanéité et la proximité avec l’auditeur. Nous avions hâte de nous lancer dans l’aventure montréalaise, et beaucoup de belles annonces sont à venir! » – Jean-François Leclerc, vice-président Programmation de Leclerc Communication. 

Rappelons que la station Radio-Classique de Québec, pour sa part, demeurera ouverte et ne faisait pas partie de la transaction entre Gregory Charles et Leclerc Communication.

D’autre part, selon ce que Gregory Charles avait laissé entendre lors de l’annonce de la vente, en novembre, Radio-Classique Montréal devait garder une présence sur le web:

 

« Il y a 4 ans, dit-il, je me suis engagé, avec Média ClassiQ et notre équipe de passionnés de musique classique, à prendre la relève de Jean-Pierre Coallier et à diffuser, grâce au réseau Radio-Classique, la plus belle musique au monde […] Le monde de la radio est cependant en grande métamorphose et la vaste majorité des auditeurs de Radio-Classique l’écoutent désormais via le web. Après vingt ans d’existence, l’occasion d’imaginer et de redéfinir la Radio-Classique des vingt prochaines années s’imposait et s’est matérialisée. -Gregory Charles, novembre 2019

 

Réactions

En plus des réactions initiales attristées des auditeurs, comme en fait foi ce exemple parmi les commentaires lorsque Ludwig van Montréal avait publié la nouvelle de la vente à venir en novembre, nous avons recueilli les propos de Chantal Lavoie, qui a pendant plusieurs années animatrice à Radio-Classique.

 

« C’est un deuil pour tous!, confie l’animatrice Chantal Lavoie. Pour ceux qui sont là depuis les débuts (notre équipe et nos auditeurs) mais aussi pour tout le milieu de la musique classique. Ce milieu qui est si riche et qui compte tellement de gens inspirants.
C’est une leçon en même temps. Ne jamais rien prendre pour acquis. Les revenus publicitaires ont toujours été essentiels à notre survie. Et peut-être bien que nos auditeurs étaient trop souvent perçus comme une clientèle acquise pour certains annonceurs qui avaient les moyens de nous encourager.
Cela dit, on a toujours pensé qu’il y avait de la place pour la diversité musicale et aussi pour un autre joueur que la radio publique dans le domaine de la musique classique. Jean-Pierre Coallier a toujours porté cette station à bout de bras. Il fallait y croire!!! Je suis convaincue également que nous étions beaucoup plus écoutés que ne le démontraient les sondages.
Enfin, outre les parts de marché, d’autres facteurs ont pu contribué à la fin d’une fréquence montréalaise entièrement dédiée à la musique classique. C’est déjà miraculeux d’avoir poursuivi notre mission au cours des dernières années. Mais on a espoir que ça se poursuive sur le web. Pour l’instant la programmation va continuer sur radioclassique.ca et au 92,7 à Québec. Voyons ce que nous permettra de réaliser le contexte économique actuel. C’est à suivre. »

Rappelons que Radio-Classique a été fondée en 1998 par Jean-Pierre Coallier, et achetée par Gregory Charles en 2015. Avant sa vente, en 2014, la station comptait 400 000 auditeurs, selon ce que m’avait dit Jean-Pierre Coallier à l’occasion d’une rencontre réalisée en 2014. Par la suite, les cotes d’écoute ont cessé d’être rendues publiques et nous ignorons quelles étaient les parts de marché de Radio-Classique au cours des dernières années.

Comme l’écrivait le Conseil québécois de la musique dans sa lettre ouverte d’avril dernier, il est certain que la disparition de Radio-Classique des ondes radio représente une perte importante, à la fois pour le milieu de la musique classique et les mélomanes, qui n’en finissent plus de vivre des deuils en ce sinistre printemps 2020.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Caroline Rodgers

Rédactrice en chef chez Ludwig van Montréal
Caroline a découvert la musique à l'âge de 4 ans en observant un pianiste qui jouait dans un mariage. Elle a ensuite appris cet instrument et obtenu son baccalauréat en musique à l'Université Laval dans la classe de Joël Pasquier. Devenue journaliste musicale en 2009 à La Presse, où elle a signé des articles jusqu'en 2017, elle a pu marier ses deux passions: la musique et les mots. Elle est rédactrice en chef de Ludwig van Montréal.

Caroline Rodgers

Rédactrice en chef chez Ludwig van Montréal
Caroline a découvert la musique à l'âge de 4 ans en observant un pianiste qui jouait dans un mariage. Elle a ensuite appris cet instrument et obtenu son baccalauréat en musique à l'Université Laval dans la classe de Joël Pasquier. Devenue journaliste musicale en 2009 à La Presse, où elle a signé des articles jusqu'en 2017, elle a pu marier ses deux passions: la musique et les mots. Elle est rédactrice en chef de Ludwig van Montréal.
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

NOUVELLE | La chaîne MEZZO LIVE HD gratuite pendant cinq jours et une programmation spéciale pour fêter ses cinq ans au Québec

Par Caroline Rodgers le 16 juin, 2020

Bonne nouvelle: la chaîne MEZZO LIVE HD, qui fête cette année ses cinq ans de présence au Québec, sera offerte gratuitement pendant cinq jours, soit du 19 au 23 juin, aux abonnés du câble de Vidéotron, Cogeco et CCAP. De plus, cet anniversaire sera souligné avec une programmation spéciale axée sur les artistes québécois, les 20 et 21 juin.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

VIDÉO | Le Conservatoire rend hommage à ses finissants en musique après une fin d'année perturbée par le confinement

Par Caroline Rodgers le 19 juin, 2020

Le Conservatoire de musique et d'art dramatique du Québec rendait récemment hommage à ses finissants, notamment ses 60 finissants en musique, qui ont connu, comme bien des étudiants, une fin d'année difficile en raison de la pandémie de COVID-19. Une belle vidéo a été conçue pour les féliciter de leur parcours. 
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

DOSSIER | Le Concours de musique du Canada : poursuivre sa mission pendant une pandémie

Par Caroline Rodgers le 30 juin, 2020

Si tout s’était passé comme prévu, cette année, la finale du Concours de musique du Canada aurait eu lieu à Québec, en juin. Mais comme pour le reste de la planète aux prises avec une pandémie, les plans ont été bouleversés. Qu’à cela ne tienne : les organisateurs du CMC ont réussi à poursuivre sa mission pédagogique auprès de la relève musicale en innovant. Une réussite qui aura un impact durable sur les jeunes participants.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.