DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

LIVRE ET DISQUES | À ajouter à vos listes de cadeaux : Callas, Beethoven et Marie Bernard

Par Christophe Rodriguez le 19 novembre, 2019

header disques et livre 19 novembre 2019

 

Vous cherchez des idées de cadeaux, pour vous-mêmes ou pour un être cher? Voici trois suggestions qui plairont aux mélomanes de votre entourage : un portrait intime de la grande chanteuse révérée par tant de fervents admirateurs, Maria Callas, qui se révèle à travers sa correspondance privée; une intégrale à bon prix des oeuvres de Beethoven, à temps pour le 250e anniversaire du maître qui sera célébré tout au long de l’année 2020; et, dans un répertoire plus proche de nous, un nouvel enregistrement de La Petite suite québécoise de Marie Bernard. Voici ce qu’en a pensé notre chroniqueur Christophe Rodriguez.

 

couverture du livre Callas : Lettre et mémoires de Tom Volk

Marias Callas : Lettres et mémoires

textes établis par Tom Volf, Albin Michel, 602 p.

C’est en 2013 que Tom Volf, alors étudiant en médecine à New York, découvre Maria Callas. De cette passion intense naîtra un fabuleux documentaire intimiste intitulé Maria by Callas. Regroupant des documents d’archives, des extraits audios pour la plupart inconnus, des extraits de correspondances de la diva et La Callas elle-même, ce bijou de travail est devenu sans contredit une référence.

Au fil des ans, il publia beaucoup, remettant parfois les pendules à l’heure sur « cette grande angoissée » qui avait une pauvre opinion de sa personne, mais jamais de son talent. Comme Noël approche, nous vous recommandons fortement Maria Callas, Lettres & mémoires chez Albin Michel. À notre grande surprise, Tom Volf a choisi une maison d’édition française pour traduire ses 300 lettres qui, rassemblées, forment presque une autobiographie.

De son enfance à New York et de ses débuts fort modestes à l’opéra en passant par les rivalités, les problèmes personnels et ses amours souvent complexes, elle se livre presque sans pudeur. De sa relation avec le richissime Aristote Onassis, il n’existe dans ce recueil qu’une seule lettre et il faut convenir qu’elle ne nous apprend pas grand-chose. Évitant ainsi l’écueil du potinage sans profondeur, l’auteur se concentre sur la diva et son entourage.

Hautement sollicitée autant par les journalistes que la scène opératique, elle fait souvent preuve d’épuisement, d’agacement, semant parfois le doute sa capacité à persévérer. Mais ce qui nous a le plus frappé dans ses correspondances, ce sont les liens tendus qu’elle entretenait avec les membres sa famille.

Ceux-ci, qui lui réclament souvent de l’argent et se préoccupent peu ou pas de sa santé chancelante malgré ses appels à l’aide, ont été sans contredit l’un des éléments-clés de sa chute. Ces lettres sont un cadeau inestimable pour comprendre une artiste et son temps.

 

photo du coffret Naxos de l'intégrale des oeuvres de Beethoven comportant 90 disques

Beethoven, Complete Edition

Naxos, 90 disques

Il fut une époque où les coffrets se ramassaient presque à la pelle. Ici et là, toutes les importantes compagnies de disques se donnaient la peine de nous faire redécouvrir un interprète ou un chef d’orchestre, quand ce n’était pas les deux. Mais avec la venue de l’écoute en ligne, la désaffection pour le disque a presque eu raison de ces objets de désir.

Pourtant, la puissante compagnie de disques Naxos nous offre, pour moins de 150 dollars, une intégrale Beethoven qui s’adresse à tout un chacun. Pour ce faire, la compagnie a cueilli des enregistrements de qualité dans les fonds en provenance de Brillant Classics, Vox, Grand Piano, Capriccio, Dynamic et bien entendu Naxos.

Dans la série des quatuors pour cordes, nous retrouvons le Quatuor Kodaly, et la violoncelliste Maria Kiegel pour les sonates au violoncelle. Dans le domaine des symphonies, la scène est principalement occupée par des orchestres des pays de l’Est qui accomplissent un très bon travail. Pour une introduction à peu de frais, ce coffret vous apportera la solution et des heures de plaisir.

 

Couverture de La Petite suite québécoise de Marie Bernard sur étiquette ATMA, vol d'oiseau sur ciel ennuagé

 

Marie Bernard, La Petite suite québécoise 

ATMA classique

Compositrice, instrumentiste et orchestratrice, Marie Bernard est très souvent associée à des trames sonores de séries télévisées (Cornemuse) ou connue pour son travail avec les chanteurs et chanteuses Patrick Watson, Marie-Jo Thério, Michel Rivard (pour l’album Un trou dans les nuages), sans oublier Pop Montréal.

Le monde de la musique classique ne lui est pas non plus étranger. J’ai souvenir du très beau disque Olivier Messiaen : Fête des belles eaux (ATMA), ainsi que du spectacle Longueurs d’ondes et histoires brèves présenté avec l’écrivaine Sylvie Massicotte. Avec cette nouveauté, nous sommes en territoire hybride puisque la chanson d’ici est à l’honneur.

Dans La Petite suite québécoise en cinq mouvements et une ouverture, nous retrouvons des classiques de notre patrimoine, magnifiquement soutenu par le Chœur de l’Art neuf et un imposant orchestre de chambre. Vous reconnaîtrez les chants Je reviens chez nous, Pour un instant avec la soliste Monique Fauteux et Je reviendrai à Montréal mettant en valeur la chanteuse Sylvie Tremblay.

D’autres pièces viennent compléter le programme : Vaste est la vie de Michel Rivard, toujours avec chœur et orchestre de chambre, fait preuve d’une grande sensibilité et la pièce 8 Häikus, composée de poèmes de Marie Bernard, combine la variété expressive et la présence presque céleste des voix avec la touche de délicatesse d’un trio d’ondes Martenot.

En conclusion, nous sommes en présence d’un travail soutenu avec beaucoup de moyens et souhaitons à cette nouveauté qu’elle voie le jour sur scène.

 

LIRE AUSSI :

 

CHOIX DE LA RÉDACTION | 14 Concerts qui vous décideront à braver le froid

 

Christophe Rodriguez

Christophe Rodriguez

collaborateur chez Ludwig van Montréal
Chroniqueur musical et autres depuis trente ans, je navigue dans la musique depuis mon tout jeune âge. Oui, le jazz, mais aussi Prokofiev, Satie, et Beethoven. Parce que la musique classique, ce n'est pas sorcier et que la culture, il faut la vivre sans prétention.
Christophe Rodriguez
Christophe Rodriguez

Christophe Rodriguez

collaborateur chez Ludwig van Montréal
Chroniqueur musical et autres depuis trente ans, je navigue dans la musique depuis mon tout jeune âge. Oui, le jazz, mais aussi Prokofiev, Satie, et Beethoven. Parce que la musique classique, ce n'est pas sorcier et que la culture, il faut la vivre sans prétention.
Christophe Rodriguez
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

COMPTE-RENDU | L'Orchestre Métropolitain en tournée : grande musique et amitié à Philadelphie

Par Caroline Rodgers le 24 novembre, 2019

Le dernier week-end de l'Orchestre Métropolitain en tournée américaine s'est déroulé sous le signe de l'amitié alors que plusieurs activités étaient organisées avec l'autre famille de Yannick Nézet-Séguin, le Philadelphia Orchestra. Le tout couronné par l'ultime concert de cette tournée, un autre triomphe, au Verizon Hall du Kimmel Center for the performing arts de Philadelphie. Compte-rendu.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

ENTREVUE | À 33 000 pieds d'altitude avec Joyce DiDonato

Par Caroline Rodgers le 22 novembre, 2019

Hier, l'Orchestre Métropolitain s'envolait de Ann Arbor, Michigan, où il avait donné un concert la veille, pour New York, où il fera ses débuts ce soir à Carnegie Hall. J'ai eu l'occasion, pendant le vol, de m'entretenir pendant dix minutes avec Joyce DiDonato, qui m'a fait part de ses impressions sur la tournée.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

CRITIQUE | Philippe Jaroussky à la salle Bourgie : quand Orphée traverse le XVIIe siècle

Par Benjamin Goron le 20 novembre, 2019

Avec La Storia d’Orfeo, le contreténor Philippe Jaroussky nous invite à redécouvrir le mythe d’Orphée à travers un collage de divers airs d’opéras de Monteverdi, Rossi et Sartorio.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.