DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

CRITIQUE | Philip Glass et Koyaanisqatsi : succès retentissant à la Maison symphonique

Par Béatrice Cadrin le 15 septembre, 2019

Philip Glass et le chef Michael Riesman se serrent la main après la représentation de Koyaanisqatsi du 14 septembre 2019 à la Maison symphonique.

C’est une tâche ardue d’écrire au sujet d’œuvres mythiques comme le sont le film et la trame sonore Koyaanisqatsi. Encore plus quand la trame sonore est jouée en direct sur scène par le compositeur, lui-même une légende de la musique. Philip Glass et son ensemble ont arrêté le temps, hier soir à la Maison symphonique.

 

J’ai pris la peine de mentionner séparément le film et la trame sonore, car les deux sont reconnus comme ayant marqué l’histoire de leurs arts respectifs, mais leur mérite individuel est amplifié par la fusion exceptionnelle atteinte à l’écran entre le son et l’image.

 

Godfrey (Reggio, le réalisateur) et moi avons travaillé pendant trois ans à réaliser l’assemblage entre les images et la musique de KOYAANISQATSI. Il s’agit d’une collaboration entre film et musique d’une intensité sans précédent. – Philip Glass, cité dans le programme

La première partir du film Koyaanisqatsi présente de magnifiques prises de vue de paysages. (Photo : Sylvain Légaré)

Pendant près de 90 minutes défilent à l’écran des images impressionnantes, organisées en trois sections principales : d’abord des paysages naturels, suivis d’une longue section dévouée à la technologie développée par les humains, pour finir avec une série de portraits resserrés de passants au Times Square de New York. Bien qu’entièrement dépourvu de dialogue, le film est généralement compris comme dénonçant l’emprise de la technologie sur la vie humaine de notre civilisation. Le réalisateur se défend cependant d’avoir voulu transmettre un message spécifique :

Le rôle du film est de provoquer, de poser des questions auxquelles seul le public peut répondre. C’est la plus haute valeur de toute œuvre d’art que de ne pas avoir de sens prédéterminé, mais plutôt un sens issu de l’expérience de la rencontre. – Godfrey Reggio, cité dans le programme

Rencontre qui a certainement eu lieu hier soir à la Maison symphonique, remplie jusque dans les galeries. Le public conquis d’avance a offert un accueil chaleureux aux membres du Philip Glass Ensemble. Hormis Philip Glass lui-même aux claviers, il s’agit de Ted Baker (claviers), Lisa Bielawa (claviers, voix), Dan Bora (mixage sonore en direct), Jon Gibson (bois), Peter Hess (bois), Ryan Kelly (ingénieur du son sur scène), Nelson Padgett (claviers), Mick Rossi (claviers) et Andrew Sterman (bois), dirigés par Michael Riesman, jouant aussi des claviers.

Cette unique représentation en sol canadien du ciné-concert KOYAANISQATSI – Life out of Balance était organisée par Traquen’Art.

Le Philip Glass Ensemble sur la scène de la Maison symphonique. (Photo : Sylvain Légaré)

Koyaanisqatsi, la vie en déséquilibre

La trame sonore imaginée par Philip Glass s’inscrit parfaitement dans le courant minimaliste dont il est un des représentants principaux. Le pouvoir de cette musique réside dans sa simplicité envoûtante. Le mot Koyaanisqatsi (signifiant « vie déséquilibrée » ou « état d’existence qui appelle un nouveau mode de vie » en langue hopi, un peuple autochtone du nord de l’Arizona) psalmodié par une basse profonde au tout début du film crée une atmosphère à la fois dépouillée et légèrement inquiétante.

Un des moments les plus forts correspond à la reprise du chant Koyaanisqatsi, cette fois chanté par une chorale, accompagnant des images de la longue chute au sol d’un morceau enflammé s’étant détaché d’une fusée lors d’un test de lancement de la NASA. Une mélancolie indéfinissable émane de cette scène.

Depuis la création du film, la globalisation de l’information et l’affaiblissement de l’emprise américaine sur la scène internationale rendent plus perceptible le côté partial de sa facture. Toutes les images – paysages naturels comme images urbaines et industrielles – ont été filmées aux États-Unis et pourtant, commentaires et analyses formulent leurs conclusions comme si elles étaient applicables à la planète entière, avec tous ses modes de vie et toutes ses populations diverses.

De ce point de vue, la lecture de Koyaanisqatsi est heureusement équilibrée par le deuxième épisode de la trilogie Qatsi, Powaqqatsi (1988), qui se penche sur la vie quotidienne exigeante des populations de pays sous-développés. (Le troisième épisode, Naqoyqatsi (2001), explore les avancées du numérique et de la réalité virtuelle.)

Des décalages occasionnels entre l’écran et la scène n’ont servi qu’à nous rappeler la chance que nous avions d’assister à cette prestation exceptionnelle. La chaleur et la présence d’une prestation humaine faillible est-elle préférable à la perfection offerte par l’exécution machinale d’une trame sonore pré-enregistrée? C’était hier soir une des questions provoquées par le film, et la réponse du public a été un « oui » retentissant, appuyée par une ovation debout et des applaudissements à tout rompre.

 

LIRE AUSSI:

COMPOSITRICE | Katia Makdissi-Warren : le métissage musical dans le respect

 

 

 

Béatrice Cadrin

Béatrice Cadrin

Passionnée par l’orchestre symphonique et par la médiation de la musique, Béatrice est formée en interprétation musicale (alto et direction d’orchestre) au Conservatoire de musique de Québec, à l'Université Laval et à l'École supérieure de musique et de théâtre de Hanovre (Allemagne). Elle achève cette année une maîtrise en musicologie à l’Université de Montréal.
Béatrice Cadrin
Béatrice Cadrin

Béatrice Cadrin

Passionnée par l’orchestre symphonique et par la médiation de la musique, Béatrice est formée en interprétation musicale (alto et direction d’orchestre) au Conservatoire de musique de Québec, à l'Université Laval et à l'École supérieure de musique et de théâtre de Hanovre (Allemagne). Elle achève cette année une maîtrise en musicologie à l’Université de Montréal.
Béatrice Cadrin
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

NOUVELLE | Plácido Domingo annule ses engagements au Metropolitan Opera

Par Béatrice Cadrin le 24 septembre, 2019

Placido Domingo annonce son retrait immédiat de toute production du Metropolitan Opera moins de 24h avant qu'il ne doive chanter le rôle-titre dans Macbeth.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

PAUSE-CAFÉ | Ces compositeurs avec leur chat prouvent que la musique classique est un complot félin mondial

Par Ludwig Van le 16 octobre, 2019

Ces photos de compositeurs avec leur chat prouvent bien que la musique classique est un complot mondial! Car il n'y a pas que le "Cats" d'Andrew Lloyd Weber, dans la vie!
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

NOUVELLE | La grande soprano Jessye Norman n'est plus

Par Caroline Rodgers le 30 septembre, 2019

C'est avec consternation que nous venons d'apprendre le décès de la grande soprano américaine Jessye Norman, survenu aujourd'hui, 30 septembre
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.