DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

FESTIVALS | Vous avez dit Akousma? Portrait d'un festival unique en son genre.

Par Jeanne Hourez le 16 octobre, 2017

 

Le Festival Akousma se déroulera dans diverses salles de Montréal du 20 au 28 octobre. (Crédit: Caroline Campeau)
Le Festival Akousma se déroulera dans diverses salles de Montréal du 20 au 28 octobre. (Crédit: Caroline Campeau)

Le Festival Akousma est de retour pour une quatorzième édition. Du 20 au 28 octobre, plusieurs concerts seront présentés dans des lieux variés disséminés dans tout Montréal : Eastern Bloc, Conservatoire de musique de Montréal, Gesù avec Le Vivier et l’Usine C. Sept soirées qui promettent de faire rayonner la musique acousmatique du monde entier.

Mais qu’est-ce que la musique acousmatique? Outre le fait d’être un nouveau mot à ajouter à notre vocabulaire, elle se caractérise avant tout par l’immersion complète du spectateur. Ce dernier, placé au centre de la salle, est entouré de nombreuses enceintes par lesquelles la musique va l’envelopper pour le plonger dans une expérience unique.

« On plonge l’auditeur à l’intérieur du son, confie Louis Dufort, directeur artistique. L’auditeur est assis au centre de la salle et tous les haut-parleurs, une soixantaine, sont autour du public, qui se retrouve encerclé par cet orchestre de haut-parleurs. On sent donc les sons bouger autour de nous, c’est une expérience très sensuelle. »

Souvent, la scène est laissée vide, tout visuel est évacué et le noir est même privilégié afin que le public puisse avoir le maximum de sensations perceptives.

Genres et sous-genres

Akousma, c’est avant tout un regroupement d’activités musicales dispensées sur toute l’année, notamment avec la série Électrochoc qui met à l’honneur la créativité et le travail des étudiants du Conservatoire de musique Montréal. Le festival occupe également une grande place dans la programmation de l’organisme. À l’origine existait une série de concerts sous la bannière Rien à voir, lancée par les fondateurs Robert Normandeau, Gilles Gobeil et Jean-François Denis. C’est ensuite Nicolas Bernier qui a pris le flambeau avant de le laisser, il y a de cela sept ans à Louis Dufort, également professeur au Conservatoire de Musique de Montréal.

L’une des premières actions de l’actuel directeur artistique, lorsqu’il a pris la barre du festival, fut de le déplacer à l’usine C alors qu’il se déroulait auparavant dans la petite salle du Monument National. Désormais, le festival possède un lien très fort avec l’Usine C, qui, par ses dimensions et son confort, se prête tout particulièrement aux concerts de musique acousmatique.

Il n’y a pas de thématique précise reliée à chaque édition du festival, mais la ligne directrice va dans le sens de présenter plusieurs esthétiques.

« On sait désormais que la musique acousmatique, comme la musique électroacoustique ou même techno, a enfanté plusieurs sous-genres, continue Louis Dufort. Il y a donc beaucoup de musiques expérimentales qui se trouvent dans des zones grises. Certains compositeurs qui font de la musique acousmatique ne savent même pas qu’ils appartiennent à ce genre précis. »

Louis Dufort affirme par ailleurs sa volonté d’une certaine portée éducative. Il souhaite exposer au public ainsi qu’aux artistes les musiques, très variées, qui se situent dans ces zones méconnues. La palette des musiques proposées est large mais elles font toutes l’objet d’un travail assez important sur la forme et sur l’écriture, alors qu’on laisse finalement peu de place à l’improvisation.

Finalement, la ligne directrice pourrait s’inscrire dans « l’esthétique des musiques composée et écrite pour le médium qu’est le haut-parleur et qui doivent bénéficier d’une mise en espace du son », selon Louis Dufort.

Akousma ne prend pas le parti d’innover sur le plan de la formule du concert, bien défendue par le directeur artistique, puisque les nouveautés se situent déjà dans les œuvres proposées.

« Je crois sincèrement que le contenant est très solide chez nous, dit le directeur artistique. De plus en plus, cette formule est évacuée dans plusieurs festivals de musique électronique où l’on met de côté la notion d’écoute. Chez nous, l’écoute est optimale à travers la forme du concert presque classique. L’éclat se trouve surtout dans le contenu. »

Il se dit confiant que le festival offre suffisamment de diversité à travers ses sept soirées pour que chacun puisse y trouver son bonheur.

« On présente souvent des créations et des premières mondiales, conclut-il. Il y a des belles surprises tous les soirs, cela dépend réellement des goûts personnels des gens qui viendront. Notre but premier est avant tout de faire vivre aux auditeurs une expérience de concert où le son et la présentation des musiques sont optimaux, le tout dans un environnement exceptionnel. »

Akousma se déroulera du 20 au 28 octobre. Pour plus de détails sur la programmation, visitez le site du festival.

Jeanne Hourez

Pianiste, Jeanne détient une licence du Conservatoire national supérieur de musique de Paris ainsi qu'une maîtrise et un DEPA de la Faculté de musique de l'Université de Montréal. Elle se passionne pour la musique de chambre, la musique contemporaine et le journalisme musical. Elle est la fondatrice du Trio Benzaiten.

Jeanne Hourez

Pianiste, Jeanne détient une licence du Conservatoire national supérieur de musique de Paris ainsi qu'une maîtrise et un DEPA de la Faculté de musique de l'Université de Montréal. Elle se passionne pour la musique de chambre, la musique contemporaine et le journalisme musical. Elle est la fondatrice du Trio Benzaiten.
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

FESTIVALS | Les 50 ans de l'Infonie et autres belles folies au Festival international Musique Actuelle de Victoriaville

Par Caroline Rodgers le 17 mai, 2018

Le Festival international Musique actuelle de Victoriaville (FIMAV) est de retour à compter d'aujourd'hui et ce, jusqu'à dimanche. En tout, une vingtaine de concerts sont prévus. Cela commence ce soir avec un concert pour fêter les cinquante ans de la mythique Infonie, l'ensemble de jeunesse de Walter Boudreau. Rencontre avec le fêté et avec le directeur général et artistique du FIMAV, Michel Levasseur.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.