We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.

NOUVELLE | Bisbille et manque à gagner de 116 M $ à l'Orchestre symphonique de San Francisco

Par Béatrice Cadrin le 29 mars 2024

Le chef Esa-Pekka Salonen annonçait le 14 mars dernier son départ de l'Orchestre symphonique de San Francisco (Photo : Benjaming Suomela)
Le chef Esa-Pekka Salonen annonçait le 14 mars dernier son départ de l’Orchestre symphonique de San Francisco (Photo : Benjaming Suomela)

Depuis le 14 mars, date à laquelle Esa-Pekka Salonen a annoncé son départ de l’Orchestre symphonique de San Francisco dès la fin de son contrat actuel, les déclarations se succèdent de la part de différents intervenants rattachés à l’orchestre. Dans une sortie récente, le conseil a révélé que l’orchestre a un déficit accumulé de 116 M $.

Dans un communiqué, le chef finlandais déclarait : « J’ai décidé de ne pas poursuivre en tant que directeur musical de l’Orchestre symphonique de San Francisco parce que je ne partage pas la vision pour le futur de l’organisme proposée par le conseil des gouverneurs. Je me réjouis sincèrement des nombreux programmes excitants prévus au cours de ma dernière saison en tant que directeur musical, et suis fier de continuer de travailler avec les musiciens de classe mondiale de l’Orchestre symphonique de San Francisco. »

Avec les départs en 2026 de Gustavo Dudamel du Philharmonique de Los Angeles pour celui de New York et le départ de James Conlon en tant que directeur musical de l’Opéra de la même ville, l’Orchestre symphonique de San Francisco est la troisième grande institution musicale californienne à perdre sa tête d’affiche. Engagé dès 2018 pour succéder à Michael Tilson Thomas, qui a tenu les rênes (la baguette plutôt) de l’orchestre pendant 25 ans, Salonen a finalement donné son concert d’inauguration en pleine pandémie en 2020. Le contexte de l’orchestre a depuis bien changé par rapport à ce qui pouvait être entrevu au moment de son embauche.

Le PDG de l’orchestre Matthew Spivey a dit comprendre la décision du chef, vu les « pressions financières significatives » pesant sur l’organisme, menant à la suspension (temporaire, est-il espéré) de projets importants, à une contrainte sur la commande de nouvelle musique et à l’annulation d’une tournée. La situation qu’il décrit est la même à laquelle font face tous les orchestres présentement, nos orchestres québécois n’y échappant pas : une tempête parfaite d’augmentation des coûts dûs à l’inflation, alors que les revenus de billetterie peinent à revenir à leur niveau pré-pandémique et que les mesures d’aide d’urgence liées à la pandémie prennent fin.

Du côté des membres de l’orchestre, à qui la nouvelle avait été annoncée lors d’une répétition la veille de l’annonce officielle, ce départ est considéré comme un dur coup et une perte. Dans les jours suivants, les musicien.ne.s ont distribué un prospectus aux membres du public dans lesquels ils et elles rejettent la faute explicitement sur le conseil, l’accusant de résister aux demandes du chef et de couper dans des projets communautaires et innovateurs alors que l’orchestre possède le deuxième plus gros fonds de dotation des États-Unis. En 2022, le fonds atteignait 326 millions $, second derrière celui de l’Orchestre symphonique de Boston.

Le fait que l’orchestre ait soumis des applications pour d’éventuelles rénovations au Davies Symphony Hall, lieu de résidence de l’orchestre, soulève également des questions, semblant indiquer que de l’argent est disponible pour la rénovation, mais pas pour maintenir la programmation à son niveau habituel ou pour garder un chef de réputation mondiale.

Une pétition lancée par SF Symphony Musicians (Musicien.ne.s de l’Orchestre symphonique de San Francisco) demande à l’administration de renverser ses décisions récentes « afin que nous puissions continuer à produire des programmations innovantes et attrayantes pendant les années à venir et nous assurer que la ville de San Francisco possède un orchestre de classe mondiale qui puisse continuer d’enrichir la communauté. » Au moment de la consulter le 29 mars, la pétition avait amassée 5 703 signatures. Elle a été partagée par Yannick Nézet-Séguin sur son compte X avec le message « SF Symphony Board: Retain Esa-Pekka Salonen, Invest in the Symphony! (Conseil d’administration de l’Orchestre symphonique de San Francisco : retenez Esa-Pekka Salonen, investissez dans l’Orchestre symphonique!) »

message du 24 mars de Yannick Nézet-Séguin sur la plateforme X en soutien à la pétition des musicien.ne.s de l'Orchestre symphonique de San Francisco
message du 24 mars de Yannick Nézet-Séguin sur la plateforme X en soutien à la pétition des musicien.ne.s de l’Orchestre symphonique de San Francisco

Réagissant à la pression montante de la part du monde musical et du public, le conseil de direction a à son tour publié un long message, affirmant qu’il reste dévoué au maintien d’un orchestre de haut niveau dans la ville, mais qu’il est forcé par le contexte financier de prendre des décisions difficiles.

« Depuis plusieurs années, les dépenses de l’orchestre dépassent ses revenus, et au cours des années récentes, ce fossé a grandi. Au cours des saisons les plus récentes, dont la saison 2022-2023, l’orchestre a reçu des dons uniques extraordinaires ou de l’aide fédérale en lien avec la pandémie qui ont contribué à réduire, mais pas à combler de façon permanente, la différence entre revenus et dépenses. Comme point de référence, en 2022-2023, les dépenses opérationnelles de l’orchestre ont totalisé 78,6 millions $, alors que les revenus d’opérations, à l’exclusion de contributions ponctuelles, totalisaient seulement 67,4 millions $. […] L’orchestre a cumulé un déficit opérationnel de 116 millions $ au cours des dix dernières années. […] Sans action immédiate ou sans nouvelle source de fonds, nous anticipons que nos pertes cumulatives pourraient augmenter de 80 millions $ additionnels au cours des cinq prochaines années, bien au-delà des moyens disponibles pour combler de telles pertes. »

Au sujet du fonds de dotation, le conseil explique qu’il ne peut pas retirer de l’argent du fonds comme bon lui semble, étant limité à la fois par les lois californiennes et par des restrictions légales placées sur des dons dédiés à des buts spécifiques.

Quant aux rénovations à la salle de concert, le conseil fait valoir que le processus de demande auprès du Département de planification de San Francisco prend deux ans et qu’il n’en est qu’à l’étape exploratoire. Le coût pour entamer le processus de demande a été entièrement couvert par des dons privés restreints à ce projet et que l’allocation de ces contributions n’est entrée en conflit avec aucun autre effort de campagne de financement par l’orchestre.

Les musicien.ne.s de l’orchestre ont réagi par l’entremise de leur porte-parole Andy Lynch : « Bien que nous soyons contents que l’administration réponde au déferlement d’inquiétudes concernant le départ d’Esa-Pekka Salonen dû à des coupures dans la programmation, dans les programmes éducatifs et dans les tournées, il n’y a toujours aucun plan et aucun calendrier pour le retrait de ces coupures supposément temporaires. L’administration affirme s’engager à être transparente et à s’assurer que l’orchestre symphonique demeure un organisme de classe mondiale, mais leurs actions récentes ont fait fuir un directeur de classe mondiale et laissent plus de questions que de réponses par rapport aux finances et au fonds de dotation. Malgré nos requêtes, l’administration ne nous a toujours pas fourni d’états financiers vérifiés pour appuyer leurs dires, dont nous ne prenons connaissance que maintenant par l’entremise d’un communiqué de presse. »

Inscrivez-vous à notre infolettre! La musique classique et l’opéra en 5 minutes, chaque jour ICI 

Béatrice Cadrin
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

LES NOUVELLES DU JOUR DANS VOS COURRIELS

company logo

Part of

Conditions d'utilisation & Politique de vie privée
© 2024 | Executive Producer Moses Znaimer