DOSSIER | Musique classique: des histoires et des artistes à surveiller en 2023

Par Caroline Rodgers le 3 janvier 2023

En haut à droite: Maxime Goulet (photo: Nadia Zheng), en bas: Clemens Schuldt (Photo: Marco Borggreve)
En haut à droite: Maxime Goulet (photo: Nadia Zheng), en bas: Clemens Schuldt (Photo: Marco Borggreve)

L’année 2023 s’annonce mouvementée en musique classique au Québec avec des nominations à venir et de nombreux projets du côté de nos musiciens et musiciennes, qui ont toujours de nouvelles idées à nous proposer. Parmi une multitude de développements intéressants à venir, voici quelques événements et artistes à surveiller cette année.

Nouveaux chefs d’orchestres: Laval, Sherbrooke, OCM

Après le départs de leurs chefs respectifs, les orchestres symphoniques de Laval et de Sherbrooke devraient nommer de nouveaux directeurs musicaux en 2023. À Sherbrooke, cinq personnes sont dans la course et la saison en cours représente pour eux une audition pour succéder à Stéphane Laforest: Geneviève Leclair, Mélanie Léonard, Jean-Michel Malouf, Simon Rivard et Adam Johnson. À Laval, un comité est en charge de trouver le ou la chef(fe) qui succédera à Alain Trudel. En attendant, des chefs invités se succèdent au podium de l’OSL. Mélanie Léonard et Jacques Lacombe dirigeront les deux derniers concerts de la saison.

En 2022, l’Orchestre classique de Montréal perdait son chef bien-aimé, Boris Brott, dans un tragique accident. La saison en cours se déroule également avec des chefs invités, soit Alain Trudel, Geneviève Leclair et Simon Rivard. On peut également espérer que le ou la successeur(e) de Boris Brott sera annoncé en 2023.

 

Alexandre-Da-Costa
Alexandre Da Costa. (Photo: Carlos Guerra)

Un nouveau nom pour l’OSDL???

Pendant ce temps, de l’autre côté du fleuve, l’Orchestre symphonique de Longueuil (OSDL) pourrait bien changer de nom en 2023. C’est du moins ce que son directeur artistique et chef attitré, Alexandre Da Costa, a laissé entendre dans un article controversé du journaliste Charles-Éric Blais-Poulin intitulé « Désacraliser le classique…et les classiques » publié dans La Presse le 24 décembre dernier. On peut y lire le paragraphe suivant:

« Que ce soit à l’échelle internationale ou québécoise, l’Orchestre symphonique de Longueuil a la bougeotte et ne veut pas se cantonner à une ville. C’est pourquoi l’organisation aura un nouveau nom au courant de 2023, annonce Da Costa du bout des lèvres. Lequel ? À suivre… »

Cet article a fait grand bruit sur les réseaux sociaux en raison des déclaration outrancières d’Alexandre Da Costa, qui se présente au journaliste à la fois comme un grand « démocratisateur » de la musique classique et comme « victime » du milieu musical, lequel serait, selon lui « pas gentil ».

Une réponse publique, signée de la harpiste Valérie Milot et publiée sur Facebook, a permis d’apporter une vision beaucoup plus nuancée et éclairante de la situation de la musique classique au Québec, de son évolution au cours des dernières années, des enjeux concernant l’éducation musicale et la médiatisation de la musique classique en général, et des défis que représente la découvrabilité à l’ère numérique, entre autres.

 

Clemens Schuldt, chef d'orchestre (Photo: Marco Broggreve)
Clemens Schuldt, chef d’orchestre (Photo: Marco Broggreve)

La situation à l’OSQ

Pendant que d’autres orchestres québécois se cherchent encore un chef, l’Orchestre symphonique de Québec, pour sa part, a dévoilé le nom du successeur de Fabien Gabel juste avant les fêtes. Il s’agit de l’Allemand  Clemens Schuldt, qui dirigera son premier concert à l’OSQ le 18 janvier.

Quelques jours après cette annonce, les médias révélaient que 15% des musiciens de moins de 40 ans avaient quitté l’OSQ depuis 2015 en raison des piètres conditions salariales, qui ne leur permettent pas de vivre décemment.

En effet, le salaire brut annuel de base d’un musicien de l’OSQ est présentement de 33 319,11$. Alors que des négociations sont en cours entre l’OSQ et l’Association des musiciens et musiciennes de l’OSQ, qui a refusé les offres de la direction avant Noël, selon un article publié dans Le Soleil. Il faudra suivre l’évolution de la situation au cours des prochaines semaines et des prochains mois. En attendant, les musiciens de l’OSQ continueront à faire pression, sans toutefois envisager une grève. À suivre.

 

Rafael Payare (Photo: Antoine Saito)
Rafael Payare (Photo: Antoine Saito)

Deux concerts américains pour l’OSM

Tout semble aller pour le mieux du côté de l’Orchestre symphonique de Montréal, qui continue de remplir ses salles et d’attirer l’attention avec son nouveau directeur artistique, Rafael Payare.

L’OSM ira faire un petit tour de l’autre côté de la frontière au printemps. Deux concerts sont prévus à l’horaire de cette mini-tournée: le 6 mars au Kennedy Center, à Washington et le 8 mars au Carnegie Hall, à New York. Au programme: la Symphonie no 5 de Gustav Mahler, le Concerto pour piano no 3 de Bartók (pianiste invité: Yefim Bronfman) et Precipice, de Dorothy Chang. Ce même programme sera d’ailleurs joué à la Maison symphonique à leur retour, le 9 mars.

 

Geneviève Soly, fondatrice et directrice des Idées heureuses. (Crédit: Robert Etcheverry)
Geneviève Soly, fondatrice et directrice des Idées heureuses. (Crédit: Robert Etcheverry)

Geneviève Soly: une intégrale du Clavier bien tempéré

Ce n’est pas tous les jours qu’on peut entendre l’ensemble des Préludes et fugues de Jean-Sébastien Bach en concert. La portion hivernale de la saison 22-23 de la Salle Bourgie commence avec ce corpus bien connu, présenté par la claveciniste Geneviève Soly, qui se prépare pour cette intégrale depuis des années et donnera également une conférence sur le sujet. Les œuvres seront ensuite jouées en deux récitals commentés où la musicienne les interprétera au clavecin ou à l’orgue, les 16, 17 et 18 janvier. J’en ai discuté avec elle à l’occasion d’une entrevue qui sera publiée prochainement.

 

Simon Bertrand, compositeur. (Photo: courtoisie de la SMCQ)
Simon Bertrand, compositeur. (Photo: courtoisie de la SMCQ)

Simon Bertrand: une importante création

Le compositeur Simon Bertrand est fasciné par le thérémine. Pour cette première commande de l’Orchestre Métropolitain, on entendra un concerto pour cet instrument interprété par le thérémiste Thorwald Jørgensen, en février. Le titre:  Cinq moments dans la vie trépidante de Léon Théremine. Ça se passe à la Maison symphonique, le 10 février. Nous en reparlerons également avec lui très bientôt.

 

Maxime Goulet: la Symphonie de la tempête de verglas

On vous en avait déjà parlé: la fameuse Symphonie de la tempête de verglas du compositeur Maxime Goulet est maintenant disponible sur disque, sous étiquette ATMA Classique. Survenue le 4 janvier 1998, la tempête qui allait déclencher l’historique crise du verglas a 25 ans! Interprétée par l’Orchestre classique de Montréal sous la direction de Jacques Lacombe, la symphonie de Maxime Goulet en évoque les faits saillants.

 

Inscrivez-vous à notre infolettre! La musique classique et l’opéra en 5 minutes, chaque jour  ICI 

Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

LES NOUVELLES DU JOUR DANS VOS COURRIELS

company logo
Conditions d'utilisation & Politique de vie privée
© 2023, Museland Media, Inc., Tous droits réservés.