DISQUES | Trois nouveaux albums classiques entre la poésie et la découverte

Par Christophe Rodriguez le January 29, 2022

Cette semaine, nous vous proposons trois nouveaux albums classiques à écouter au coin du feu, avec des artistes d’ici et d’ailleurs. Bonne écoute!

Quatuor Saguenay Mendelssohn/Ravel/Sollima/ATMA classique/Naxos

Et si nous vous proposions un détour des plus agréable, pas loin du fleuve St-Laurent avec le Quatuor Saguenay? En 33 ans de carrière, ce qui est presque un exploit, cette formation fait honneur à la musique classique avec bonheur, intelligence et pour cet album, une petite nouvelle vient de s’ajouter. En effet, Nathalie Camus, David Ellis et Luc Beauchemin accueillent dans leur rang, le premier violon Marie Bégin, «plus jeune que le Quatuor Saguenay lui-même». Nous les croirons aisément quand ces interprètes parlent de renouveau et de fraîcheur dans ce programme ou se côtoient : Mendelssohn, Ravel (le bonheur) ainsi que le compositeur italien Giovanni Sollima (1962), méconnu.

 

Pour le Mendelssohn nous sommes en présence d’un quatuor qui possède une grande force mélodique. Le jeu est rigoureux, la générosité expressive, avec juste ce qu’il faut de flux romantique. Moins rencontré que ses œuvres orchestrales, il ne faut pas pour autant « mettre sous le tapis », le travail de Maurice Ravel pour les cordes. Avec cette composition en fa majeur, le Quatuor Alcan offre une fête pour notre esprit bien embrumé par la pandémie. L’architecture se veut précise et délicate, avec une élégance dans le geste. Et pour conclure, un peu de minimalisme dansant avec Federico II du jeune compositeur italien. Tout à fait moderne dans sa structure, cette œuvre qui se réfère l’empereur du Saint-Empire qui a vécu de 1194 à 1250 — notes du livret — est joyeuse, puis truffée d’influences, surtout du Moyen-Orient. Une jolie découverte qui vous fera rêver au printemps.

 

 

Olivier Laquerre, baryton/Louis Dominique Roy, piano/Rêves enclos/ATMA classique/Naxos

Si je suis passionné de poésie? Pas tant que cela, mais il faut reconnaître la beauté des textes ainsi que du travail accompli. Sous le titre : Rêves enclos, le pianiste Louis Dominique Roy avec son complice, le baryton Olivier Laquerre, soutenus sur certaines pièces par le violoncelliste Sébastien Lépine et Louis-Philippe Marsolais, cor solo de l’Orchestre Métropolitain, nous offrent un disque autant littéraire que musical.

Disons-le tout de suite, la quiétude doit s’installer pour savourer les écrits et la voix du baryton, bien entendu. Sans être sombre, mais avec trois brins de spleen, les cinq poèmes d’Émile Nelligan forment plus qu’une entrée en matière, tandis qu’Alfred Desrochers, père de notre célèbre Clémence, évoque la vie de campagne, ces petits métiers qui ont autrefois fait le sel de notre enfance ou du quartier. Plus étonnant encore, quand Gilles Vigneault, contemplateur des saisons, parle du temps qui passe. De La Neige, où il a trouvé le sablier, en passant par le mélancolique Mois de novembre et L’aube, plus touchante encore. Ayez l’âme à la tendresse avec cette nouveauté occasionnellement hors du temps!

 

 

Ensemble Clazzic/Intersection/Solo Musica/Naxos

Peu ou pas connu de ce côté-ci de l’Atlantique, l’ensemble allemand Clazzic cultive tous les genres. Si ses membres sont tous de formation classique, rien ne les empêche de butiner sous d’autres cieux… mélodieux! Avec Inter section la musique classique cotie de façon brillante La Milonga, le funk avec Funky Bird et pourquoi pas Mozart qui rencontre Bill Evans, comme dans AMADEVANS. Une facétie? Oh que non! Toutes ces compositions pourraient aussi bien se retrouver sur une scène classique que jazz. C’est franchement joyeux, dansant et roboratif. Bravo au percussionniste Thomas Sporrer, au contrebassiste Alex Bayer, à la pianiste Susanna Klovsky ainsi qu’à la flûtiste Martina Silvestrer.

Inscrivez-vous à notre infolettre! La musique classique et l’opéra en 5 minutes, chaque jour  ICI 

 

Partager cet article

DISQUES | Trois nouveaux albums classiques entre la poésie et la découverte

Cette semaine, nous vous proposons trois nouveaux albums classiques à écouter au coin du feu, avec des artistes d’ici et d’ailleurs. Bonne écoute!

Quatuor Saguenay Mendelssohn/Ravel/Sollima/ATMA classique/Naxos

Et si nous vous proposions un détour des plus agréable, pas loin du fleuve St-Laurent avec le Quatuor Saguenay? En 33 ans de carrière, ce qui est presque un exploit, cette formation fait honneur à la musique classique avec bonheur, intelligence et pour cet album, une petite nouvelle vient de s’ajouter. En effet, Nathalie Camus, David Ellis et Luc Beauchemin accueillent dans leur rang, le premier violon Marie Bégin, «plus jeune que le Quatuor Saguenay lui-même». Nous les croirons aisément quand ces interprètes parlent de renouveau et de fraîcheur dans ce programme ou se côtoient : Mendelssohn, Ravel (le bonheur) ainsi que le compositeur italien Giovanni Sollima (1962), méconnu.

 

Pour le Mendelssohn nous sommes en présence d’un quatuor qui possède une grande force mélodique. Le jeu est rigoureux, la générosité expressive, avec juste ce qu’il faut de flux romantique. Moins rencontré que ses œuvres orchestrales, il ne faut pas pour autant « mettre sous le tapis », le travail de Maurice Ravel pour les cordes. Avec cette composition en fa majeur, le Quatuor Alcan offre une fête pour notre esprit bien embrumé par la pandémie. L’architecture se veut précise et délicate, avec une élégance dans le geste. Et pour conclure, un peu de minimalisme dansant avec Federico II du jeune compositeur italien. Tout à fait moderne dans sa structure, cette œuvre qui se réfère l’empereur du Saint-Empire qui a vécu de 1194 à 1250 — notes du livret — est joyeuse, puis truffée d’influences, surtout du Moyen-Orient. Une jolie découverte qui vous fera rêver au printemps.

 

 

Olivier Laquerre, baryton/Louis Dominique Roy, piano/Rêves enclos/ATMA classique/Naxos

Si je suis passionné de poésie? Pas tant que cela, mais il faut reconnaître la beauté des textes ainsi que du travail accompli. Sous le titre : Rêves enclos, le pianiste Louis Dominique Roy avec son complice, le baryton Olivier Laquerre, soutenus sur certaines pièces par le violoncelliste Sébastien Lépine et Louis-Philippe Marsolais, cor solo de l’Orchestre Métropolitain, nous offrent un disque autant littéraire que musical.

Disons-le tout de suite, la quiétude doit s’installer pour savourer les écrits et la voix du baryton, bien entendu. Sans être sombre, mais avec trois brins de spleen, les cinq poèmes d’Émile Nelligan forment plus qu’une entrée en matière, tandis qu’Alfred Desrochers, père de notre célèbre Clémence, évoque la vie de campagne, ces petits métiers qui ont autrefois fait le sel de notre enfance ou du quartier. Plus étonnant encore, quand Gilles Vigneault, contemplateur des saisons, parle du temps qui passe. De La Neige, où il a trouvé le sablier, en passant par le mélancolique Mois de novembre et L’aube, plus touchante encore. Ayez l’âme à la tendresse avec cette nouveauté occasionnellement hors du temps!

 

 

Ensemble Clazzic/Intersection/Solo Musica/Naxos

Peu ou pas connu de ce côté-ci de l’Atlantique, l’ensemble allemand Clazzic cultive tous les genres. Si ses membres sont tous de formation classique, rien ne les empêche de butiner sous d’autres cieux… mélodieux! Avec Inter section la musique classique cotie de façon brillante La Milonga, le funk avec Funky Bird et pourquoi pas Mozart qui rencontre Bill Evans, comme dans AMADEVANS. Une facétie? Oh que non! Toutes ces compositions pourraient aussi bien se retrouver sur une scène classique que jazz. C’est franchement joyeux, dansant et roboratif. Bravo au percussionniste Thomas Sporrer, au contrebassiste Alex Bayer, à la pianiste Susanna Klovsky ainsi qu’à la flûtiste Martina Silvestrer.

Inscrivez-vous à notre infolettre! La musique classique et l’opéra en 5 minutes, chaque jour  ICI 

 

comments powered by Disqus

LES NOUVELLES DU JOUR DANS VOS COURRIELS

company logo
Conditions d'utilisation & Politique de vie privée
© 2022, Museland Media, Inc., Tous droits réservés.