COMMUNAUTÉ LvM | Le Stabat Mater d’Alessandro Scarlatti

Par Ludwig Van le June 10, 2021

Clavecin en concert présente le Stabat Mater de Scarlatti en webdiffusion du 10 au 24 juin 2021 (Photo: courtoisie)

Un message de Clavecin en concert

En guise d’événement bénéfice, Clavecin en concert présente le Stabat Mater d’Alessandro Scarlatti enregistré le 25 avril dernier à la chapelle Les Prêtres de Saint-Sulpice de Montréal (anciennement Chapelle du Grand Séminaire de Montréal).

Le concert, d’une quarantaine de minutes, est diffusé en primeur le 10 juin et disponible jusqu’au 24 juin au prix de 15 $. Les mélomanes sont aussi invités à faire un don au montant de leur choix. Un reçu officiel sera émis pour chaque don de 25 $ et plus. On accède au concert par le site clavecinenconcert.com.

Plusieurs compositeurs de différentes époques ont mis en musique le texte du Stabat Mater qui évoque la douleur de Marie, la mère du Christ, au moment de la crucifixion de son fils Jésus. « Debout, la Mère des douleurs, près de la croix, était en pleurs, quand son Fils pendait au bois. »

Le Stabat Mater d’Alessandro Scarlatti précède d’une douzaine d’années celui, bien connu, de Pergolèse. L’écrivaine et musicologue Sylvie Mamy décrit avec justesse cette oeuvre sacrée de Scarlatti. Le compositeur « délaisse le style sévère pour laisser place à l’effusion personnelle d’une mystique intime : solos et duos soupirent dans une liberté expressive totale. »

Commandé en 1723 par les Franciscains, pour être chanté les vendredis du Carême à l’église San Luigi in Palazzo à Naples, le Stabat Mater d’Alessandro Scarlatti est prévu pour deux voix hautes, chantées à l’époque par des castrats ou de jeunes garçons, deux violons et basse con-tinue.

On a avancé que si Scarlatti n’a pas recouru aux forces chorales, c’est à cause de la modestie des moyens dont disposaient ses commanditaires; on pourrait aussi invoquer le fait que l’œuvre ne s’inscrit pas dans le cadre d’une liturgie codifiée, mais sert plutôt à la piété privée d’une association pieuse, d’où la liberté pour le musicien de créer une œuvre de style moderne, comme le précise François Filiatrault dans les notes du concert.

Le Stabat Mater est interprétée par la soprano Magali Simard-Galdès, la mezzo-soprano Florence Bourget et l’ensemble Clavecin en concert composé des violonistes Tanya LaPerrière et Mélanie de Bonville, de la violoncelliste Amanda Keesmaat, de Sylvain Bergeron à l’archiluth et de Luc Beauséjour à l’orgue.

Un rendez-vous à ne pas manquer! Merci de votre générosité!

ACHETER UN BILLET

Inscrivez-vous à notre infolettre! La musique classique et l’opéra en 5 minutes, chaque jour  ICI 

Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

LES NOUVELLES DU JOUR DANS VOS COURRIELS

company logo
Conditions d'utilisation & Politique de vie privée
© 2022, Museland Media, Inc., Tous droits réservés.