DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

DISQUES | Trois compositeurs, trois disques passionnants

Par Christophe Rodriguez le 31 mars, 2021

 

Cette semaine, notre chroniqueur a choisi trois albums entièrement dédiés à des compositeurs: Ravel, Hindemith et Friedrich Gulda, qui fut bien sûr pianiste classique, mais aussi compositeur de jazz. Bonne écoute!

 

Jean-Philippe Sylvestre, Ravel, ATMA Classique

Nous ne contredirons pas l’auteur et homme de radio Georges Nicholson, qui écrit en ouverture du livret très documenté :

«  Il ne viendrait à personne l’idée de remettre en question la place centrale qu’occupe la musique de Ravel au niveau hexagonal ou international pas plus que d’imaginer une saison d’orchestre, de récitals ou de musique de chambre sans Ravel à l’affiche. Debussy, Ravel, Messiaen, Boulez, voilà les incontournables du XXe siècle français ».

Nous ajouterons que Ravel exerce encore une fascination quasi hypnotique, et le jeune pianiste montréalais Jean-Philippe Sylvestre vise juste. Lauréat du prix Virginia-Parker en 2008, il a travaillé sous la direction de Yannick Nézet-Séguin, Alain Trudel, Fabien Gabel, tout en cultivant des enregistrements réguliers, comme ses disques consacrés à : Jacques Hétu, André Mathieu, et Rachmaninov.

Avec ce Ravel, qui comprend tout ce que nous pouvons espérer soit le cycle Miroirs, Le tombeau de Couperin et bien entendu, Pavane pour une infante défunte, il trouve le ton juste, avec élégance, une petite dose de fantaisie et beaucoup de finesse.

Servi par une prise de son rapprochée qui apporte beaucoup de chaleur, son jeu se trouve à mi-chemin entre ce qui fit Jean-Philippe Collard et l’incontournable Samson François. Sa Pavane, joliment poétique, cherche les coloris ainsi que la lumière intrinsèque du compositeur. Dans le corpus Miroirs, nous retrouvons la même attention, avec juste ce qu’il faut de généreux et de sensuel. Le tombeau de Couperin, immense cheval de bataille, se redécouvre à travers une lecture respectueuse qui oscille entre la poésie et la volupté. Le tout, joué sur un piano Érard de 1854, à la sonorité unique. Bravo !

 

 

Louis-Philippe Marsolais, cor, David Jalbert, piano, Pentaèdre, ATMA Classique

Soyons honnêtes, je connais relativement peu l’œuvre du compositeur Paul Hindemith (1895-1963), et encore moins le fait qu’il fut corniste à ses heures. Par contre, le travail de Louis-Philippe Marsolais est loin de m’être inconnu. Musicien de premier plan, infatigable travailleur multipliant les projets et les disques, j’ai eu la chance de l’entendre plusieurs fois avec l’Orchestre Métropolitain, dont il est cor solo.

Le cor n’est pas souvent à l’avant-scène, mais cette nouveauté fera, sans contredit, le bonheur de ceux et celles qui aiment son travail, toujours finement ciselé. Louis-Philippe Marsolais a réuni l’ensemble Pentaèdre, le pianiste David Jalbert ainsi que des amis cornistes pour cet album. Nous naviguons dans certaines atmosphères plutôt néoclassiques, souvent analytiques comme vous pourrez le constater avec les Sonates pour cor, cor alto et piano, ainsi que la sonate pour quatre cors.

Parce que l’articulation est expressive, toujours juste, ces leçons de style nous font découvrir une fois de plus, un très grand instrumentiste, entouré d’une solide équipe. La petite musique de musique de chambre pour cinq instruments à vent, qui flirte avec des accents de modernisme farouche, relève en quelque sorte du tour de force. Sans jamais être sévère, avec des accents tranchants, la limpidité des instrumentistes demande, un étonnant engament physique, du moins, nous le supposons.

 

Oliver Mascarenhas, Gulda, Kapustin, NDR/ Naxos

Oh que voilà un disque surprenant ! Peu connu ici, le violoncelliste Olivier Mascarenhas, de mère indienne et de père allemand, nous offre tout un hommage au pianiste classique/homme de jazz : Friedrich Gulda (1930-2000).

En laissant tomber les frontières entre les genres, je peux aisément croire que ce violoncelliste pourrait se retrouver au Festival de jazz ou à la Maison symphonique. Il nous fait donc découvrir une composition de Gulda : Concerto pour violoncelle et orchestre, écrit en 1980. Attention, c’est du lourd, avec un grand orchestre, qui apporte tout le dynamisme possible à l’interprète au jeu électrifiant qui évoque autant l’univers de Frank Zappa que celui du regretté trompettiste/chef d’orchestre : Don Ellis (Turkish Bath).

Entre les versants classiques et des dominantes jazz/rock, Gulda avait donc écrit un concerto étonnant. Pianiste classique, Nikolai Kapustin(1937-2020) fut aussi tenté par le jazz, comme nous le fit découvrir le pianiste Marc-André Hamelin avec :In State of jazz (Hypérion). Certes, les trois pièces ci-présentes : Nearly Waltz, Elegie et Burlesque sonnent classique, mais avec un tempérament swing, qui aurait fait le bonheur d’une phalange ellingtonienne ou du regretté contrebassiste Major Holley. Et pour bien conclure cette réjouissante aubaine, pas de violoncelle, mais bien Friedrich Gulda tout en jazz et en trio avec quatre standards : A Night in Tunisia, Delaunay’s dilemma, Blue’ n’ Boogie et Doin’ The Thing. À défaut de festival, cette nouveauté nous fait rêver !

Inscrivez-vous à notre infolettre! La musique classique et l’opéra en 5 minutes, chaque jour  ICI 

Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

CRITIQUE | L'immense bonheur de retrouver l'Orchestre Métropolitain

Par Caroline Rodgers le 27 mars, 2021

Ces secondes retrouvailles avec l'Orchestre Métropolitain en un an me donnent l'impression d'avoir vécu ma plus belle journée depuis longtemps.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

CRITIQUE | Orchestre Métropolitain: Yannick au piano et le plaisir de faire de la musique ensemble

Par Caroline Rodgers le 12 avril, 2021

Dimanche après-midi, pour la première fois, Yannick Nézet-Séguin dirigeait l'Orchestre Métropolitain tout en étant soliste au piano, à l'occasion de deux concerts. Un beau moment de musique et un autre succès pour l'ensemble montréalais, toujours aussi résilient après un an de pandémie. 
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

DOSSIER | De l'hésitation au grand saut : le parcours de deux lauréates du plus important concours de composition au Canada

Par Anya Wassenberg le 8 avril, 2021

Les lauréates des Prix Azrieli de musique, Keiko Devaux et Kelly-Marie Murphy, décrivent leurs expériences dans le monde de la musique classique, et pourquoi elles ont failli ne pas être candidates.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.