DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

IN MEMORIAM | Anne-Marie Trahan, juge retraitée et bienfaitrice de l'opéra, n'est plus

Par Caroline Rodgers le 13 juillet, 2019

Anne-Marie Trahan, décédée le 12 juillet 2019. (Photo: Kevin Calixte)

 

C’est avec surprise et tristesse que nous avons appris hier soir le décès de l’ancienne juge de la Cour supérieure Anne-Marie Trahan, grande mélomane, amoureuse d’opéra et généreuse philanthrope. Elle a succombé à un cancer foudroyant qui l’a emportée en très peu de temps.

Il y a environ un mois, Anne-Marie Trahan apprenait de ses médecins qu’elle souffrait d’un cancer du foie et du pancréas à un stade avancé dont l’issue fatale était irrémédiable. Elle qui avait de nombreux projets en cours et se préparait à une année chargée, a eu peu de temps pour se préparer à cette fin de vie abrupte.

Elle avait récemment été nommée par l’Archevêché de Montréal à la tête de l’équipe en charge de l’audit sur les abus sexuels par les prêtres des diocèses de Montréal, Saint-Jérôme, Valleyfield, Saint-Jean-Longueuil et Joliette, une enquête qui devait s’étaler sur une à deux années.

Le metteur en scène d’opéra Oriol Tomas a bien connu Anne-Marie Trahan, avec qui il s’est lié d’amitié alors qu’il faisait son stage à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal.

« Elle été très impliquée auprès des jeunes artistes, raconte-t-il. Quand elle aimait des artistes, elle suivait leur carrière de près et dans mon cas, cette rencontre a été le début d’une grande amitié. Elle venait voir toutes les mises en scène que je faisais, partout dans le monde. Elle est même venue en Islande, en mars dernier, voir ma Traviata. Elle organisait même des concerts privés à sa résidence, pour soutenir des jeunes chanteurs, invitant ses amis et leur demandant de contribuer pour aider ces artistes à aller passer des auditions en Europe. »

En mai dernier, Anne-Marie Trahan recevait du Barreau du Québec le prix Mérite Christine-Tourigny, soulignant « l’excellence tout au long de sa carrière au service de la justice et de l’égalité sociale. »

Le Barreau résume ici sa brillante carrière (extrait) :

« Diplômée en droit de l’Université de Montréal en 1967, admise au Barreau en 1968, Anne-Marie Trahan a débuté sa pratique dans un grand cabinet montréalais avant d’être retenue comme juriste au Service du droit commercial international du Bureau des affaires juridiques des Nations Unies à Vienne, en 1979. Nommée commissaire à la Commission canadienne des transports en 1981, présidente du Comité des transports par eau en 1985, elle est affectée de 1986 à 1994, au poste de sous-ministre déléguée, droit civil et services législatifs, au ministère de la Justice du Canada. Saisissant l’opportunité de l’adoption du nouveau Code civiI du Québec, madame Trahan a alors mis en place un projet d’harmonisation de la législation fédérale avec le droit civil québécois, contribuant ainsi au progrès de la coexistence des traditions de droit civil et de la common law au Canada. Anne-Marie Trahan a été nommée juge à la Cour supérieure du Québec en 1994, où elle a siégé jusqu’en 2010 avant de prendre sa retraite. »

L’opéra

Amoureuse d’art lyrique et de musique classique, Anne-Marie Trahan aimait se rendre à New York à des représentations du Metropolitan Opera et donnait généreusement aux artistes et à des organismes musicaux. Elle a aidé, entre autres, ambassadrice du Festival Stella Musica, et membre du conseil d’administration de l’Opéra de Québec. Elle avait également été productrice du spectacle lyrique et théâtral Jeanne Mance, présenté en 2017, à travers une société de production qui portait son nom, avec les lettres inversées: Nahart-Ma.

« Je suis heureuse de m’être embarquée dans cet immense projet. Jeanne Mance le mérite. Sans elle, Ville-Marie ne serait pas devenue Montréal », me confiait-elle.

« À l’occasion du 375e anniversaire de Montréal, c’était important pour elle de souligner le fait que la ville n’avait pas été fondée seulement par un homme, Maisonneuve, mais qu’une femme, Jeanne Mance, avait aussi joué un rôle extrêmement important », souligne Oriol Tomas.

Reconnue pour sa bonne humeur, sa joie de vivre, Anne-Marie Trahan aimait s’habiller de rouge et on la croisait immanquablement aux premières d’opéra. Récemment, elle avait donné une conférence sur les liens entre le droit et l’opéra, à l’Université de Montréal.  Bien connue de tous les chanteurs québécois, son départ subit, survenu le même jour que celui de Joseph Rouleau, a donné lieu à de nombreux témoignages.

Sur Facebook, la soprano Caroline Bleau a bien résumé la personnalité attachante d’Anne-Marie Trahan:

« Ton rire si distinctif restera gravé dans ma mémoire à jamais, tout comme nos discussions enflammées lors de nos rencontres à l’opéra. La vie musicale montréalaise ne sera plus pareille sans toi. »

Toutes nos condoléances aux proches d’Anne-Marie Trahan. 

LIRE AUSSI:

 

IN MEMORIAM | Le grand Joseph Rouleau est décédé

 

 

Caroline Rodgers

Rédactrice en chef chez Ludwig van Montréal
Caroline a découvert la musique à l'âge de 4 ans en observant un pianiste qui jouait dans un mariage. Elle a ensuite appris cet instrument et obtenu son baccalauréat en musique à l'Université Laval dans la classe de Joël Pasquier. Devenue journaliste musicale en 2009 à La Presse, où elle a signé des articles jusqu'en 2017, elle a pu marier ses deux passions: la musique et les mots. Elle est rédactrice en chef de Ludwig van Montréal.

Caroline Rodgers

Rédactrice en chef chez Ludwig van Montréal
Caroline a découvert la musique à l'âge de 4 ans en observant un pianiste qui jouait dans un mariage. Elle a ensuite appris cet instrument et obtenu son baccalauréat en musique à l'Université Laval dans la classe de Joël Pasquier. Devenue journaliste musicale en 2009 à La Presse, où elle a signé des articles jusqu'en 2017, elle a pu marier ses deux passions: la musique et les mots. Elle est rédactrice en chef de Ludwig van Montréal.
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

CHOIX DE LA RÉDACTION | Concerts classiques: les essentiels de la semaine

Par Caroline Rodgers le 6 août, 2019

Cette semaine, de nombreux mélomanes attendent évidemment tous avec impatience la Virée classique de l'OSM, dont le coup d'envoi sera donné au Parc olympique, mercredi soir. Mais d'autres activités musicales se poursuivent un peu partout. Nos suggestions, du 6 au 11 août.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

CRITIQUE | La Bohème de Leoncavallo: un bijou méconnu du répertoire opératique

Par Michel Joanny-Furtin le 9 août, 2019

La Bohème de Ruggiero Leoncavallo est une pierre précieuse du répertoire lyrique que les interprètes de l’ICAV ont fait briller jeudi soir. Une œuvre trop rarement représentée qu’il fut bon de redécouvrir.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

GUIDE LUDWIG VAN | Virée classique OSM 2019: trois itinéraires musicaux pensés pour vous par l'équipe LvM

Par Caroline Rodgers le 25 juillet, 2019

La Virée classique, qui aura lieu cette année du 7 au 11 août, approche à grands pas. C'est l'occasion d'entendre plusieurs concerts en peu de temps, de découvrir de nouveaux artistes, ou de retrouver vos préférés. Pour vous aider à planifier un itinéraire musical à votre goût, voici nos suggestions selon les instruments, ou pour ceux qui préfèrent un parcours plus varié.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.