DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

CRITIQUE | Enterrement de luxe pour La Science du coeur avec Pierre Lapointe et l'Orchestre Métropolitain

Par Béatrice Cadrin le 22 juin, 2019

Pierre Lapointe s’est offert un enterrement de luxe pour La Science du cœur en version symphonique avec l’Orchestre Métropolitain aux Francofolies vendredi et samedi soirs. (Photo: courtoisie)

L’accueil débordant qu’a offert hier soir le public de la Maison symphonique à Pierre Lapointe et à ses deux collaborateurs, Philip Chiu au piano et David Russell Martin à la direction d’orchestre, ne laisse aucun doute sur la place que tient le chanteur dans le cœur des Québécois. On est ici pour se gâter, que ce soit dans la salle ou sur scène. Il s’agit en effet de la toute dernière représentation du spectacle La science du cœur, et les Francofolies forment le cadre idéal pour cet enterrement de luxe en version symphonique opulente, interprétée par les musiciens de l’Orchestre Métropolitain.

Je regrette d’être celle qui jette un pavé dans la mare, mais au fur et à mesure que la soirée avançait, je me suis malheureusement un peu tannée des arrangements de David-François Moreau, pourtant loués de toutes parts. Comprenons-nous bien, le type sait composer, et il sait orchestrer, de manière très compétente même. De toute évidence, il maîtrise l’art de bâtir un crescendo orchestral. Il a d’ailleurs une feuille de route impressionnante, avec des collaborations en danse contemporaine, au cinéma, en jazz et chanson ainsi que de la musique de concert.

Cependant, j’ai réalisé à peu près aux deux-tiers du spectacle qu’en suivant trop bien la progression de chaque chanson, les orchestrations en faisaient ressortir des faiblesses qui passaient inaperçues dans la version originale. Une grande majorité des chansons suivent le même arc : un début tout en douceur et en sobriété au piano, ponctué par des coloris à quelques instruments, ensuite de quoi la nuance et le volume orchestral augmentent petit à petit jusqu’à atteindre un paroxysme, puis une fin abrupte, amenée par un postlude orchestral ou non. Ces fins abruptes, d’ailleurs, finissent par manquer leur effet, à force de revenir trop souvent.

Il s’appuie aussi sur certaines formules d’écriture qui, la première fois qu’elles surviennent, font opiner de la tête en se disant « tiens, belle trouvaille… », mais qui, quand elles reviennent dans une autre chanson, sont trop caractérisées pour que la reprise ne soit pas apparente : la doublure de la voix par la trompette, le contraste astucieux apporté par la caisse claire dans un passage qui ne l’appelait pas naturellement. Évidemment, il faut dire que les chansons de Lapointe elles-mêmes restent dans un registre émotif étroit, ce qu’il avoue lui-même en annonçant deux chansons comparativement plus joyeuses que le reste : « Ça reste des chansons de Pierre Lapointe. »

Est-ce que j’en attends trop des orchestrations d’un répertoire de qui ce n’est pas, après tout, la langue maternelle? Je ne reste pas sourde aux moments de grande beauté qu’apportent la sincérité de la voix de Pierre Lapointe et les timbres bien agencés des instruments de l’orchestre. La magnifique reprise de Nu devant moi ne peut laisser personne indifférent. Mais à mon sens, il aura fallu attendre l’Alphabet, présentée en rappel, pour que l’orchestre occupe enfin un espace sonore qui lui appartienne pleinement.

 

LIRE AUSSI :

 

DOSSIER | Nous n’écouterons plus de musique dans dix ans, selon un magnat de la technologie

 

 

Béatrice Cadrin

Béatrice Cadrin

Passionnée par l’orchestre symphonique et par la médiation de la musique, Béatrice est formée en interprétation musicale (alto et direction d’orchestre) au Conservatoire de musique de Québec, à l'Université Laval et à l'École supérieure de musique et de théâtre de Hanovre (Allemagne). Elle achève cette année une maîtrise en musicologie à l’Université de Montréal.
Béatrice Cadrin
Béatrice Cadrin

Béatrice Cadrin

Passionnée par l’orchestre symphonique et par la médiation de la musique, Béatrice est formée en interprétation musicale (alto et direction d’orchestre) au Conservatoire de musique de Québec, à l'Université Laval et à l'École supérieure de musique et de théâtre de Hanovre (Allemagne). Elle achève cette année une maîtrise en musicologie à l’Université de Montréal.
Béatrice Cadrin
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

CHOIX DE LA RÉDACTION | Finissez l'été en douceur avec ces concerts classiques emballants

Par Michel Joanny-Furtin le 19 août, 2019

La rentrée scolaire s’amorce doucement et entre les achats de fournitures scolaires et des articles de sport nécessaires à l’enseignement, gardons une petite place pour la culture musicale autant pour se détendre que pour former les esprits à la beauté du monde, parce qu’il y a encore beaucoup de beaux rendez-vous musicaux à se mettre… sous l’oreille! Du 19 au 25 août.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

GUIDE LUDWIG VAN | Virée classique OSM 2019: trois itinéraires musicaux pensés pour vous par l'équipe LvM

Par Caroline Rodgers le 25 juillet, 2019

La Virée classique, qui aura lieu cette année du 7 au 11 août, approche à grands pas. C'est l'occasion d'entendre plusieurs concerts en peu de temps, de découvrir de nouveaux artistes, ou de retrouver vos préférés. Pour vous aider à planifier un itinéraire musical à votre goût, voici nos suggestions selon les instruments, ou pour ceux qui préfèrent un parcours plus varié.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

CHOIX DE LA RÉDACTION | Une semaine de concerts extérieurs, d'orchestres de jeunes, de chant et de piano

Par Caroline Rodgers le 22 juillet, 2019

La musique classique ne prend pas de vacances, du moins pas cette semaine avec assez de concerts pour nous tenir occupés tous les soirs. Voici nos choix de la rédaction du 22 au 27 juillet 2019.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.