DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

CRITIQUE | OSM : une fabuleuse prestation juste avant la tournée

Par Caroline Rodgers le 7 mars, 2019

Ce test ultime avant le grand départ avait de quoi impressionner, avec 105 musiciens, un Kent Nagano dans une forme splendide et un soliste, Jean-Yves Thibaudet, en pleine possession de ses moyens
Ce test ultime avant le grand départ avait de quoi impressionner, avec 105 musiciens, un Kent Nagano dans une forme splendide et un soliste, Jean-Yves Thibaudet, en pleine possession de ses moyens. (Photo: Antoine Saito)

La Maison symphonique était bien remplie, hier soir, pour le dernier concert de l’OSM avant sa tournée européenne de neuf villes incluant Vienne, Berlin, Bruxelles et Paris, du 11 au 25 mars. Ce test ultime avant le grand départ avait de quoi impressionner, avec 105 musiciens, un Kent Nagano dans une forme splendide et un soliste, Jean-Yves Thibaudet, en pleine possession de ses moyens.

Après les quelques discours d’usage, le concert commence avec Alborada del gracioso, de Ravel, un grand classique de l’OSM qui figure sur le même disque Decca que le mythique Boléro. La lecture du chef est dynamique et détaillée.

Seul reproche : dans certains passages où les cordes ont la ligne mélodique principale, ce sont plutôt les vents qui dominent au plan sonore. Ce simple déséquilibre de volume peut se régler facilement. Le chef, trop collé sur l’orchestre, ne peut pas entendre le résultat produit dans la salle, et c’est le travail de ceux qui l’assistent de lui signaler ce genre de choses.

 

La pièce au programme était le Concerto no 5 dit « Égyptien » de Camille Saint-Saëns, une œuvre séduisante où les idées explosent dans tous les sens. (Photo: Antoine Saito)
La pièce au programme était le Concerto no 5 dit « Égyptien » de Camille Saint-Saëns, une œuvre séduisante où les idées explosent dans tous les sens. (Photo: Antoine Saito)

Thibaudet : la maîtrise du piano

Le pianiste Jean-Yves Thibaudet n’a pas joué souvent à Montréal dans les dernières années. Ce concert démontre qu’il était judicieux de l’avoir choisi comme soliste. Son expérience est évidente, et sa capacité à s’intégrer facilement à l’orchestre – on croirait qu’ils jouent ensemble tous les jours – inspire une grande confiance. Sans oublier, évidemment, ses qualités techniques et musicales.

La pièce au programme est le Concerto no 5 op. 103 dit « Égyptien » de Camille Saint-Saëns, une œuvre séduisante où les idées explosent dans tous les sens. On apprécie la capacité du pianiste à timbrer le son pour créer une multitude d’effets, et le fait qu’il apporte des idées nouvelles chaque fois que des passages ou motifs similaires se succèdent.

Une progression toujours audible et de subtiles variations dans les nuances nous tiennent constamment en haleine. Cela fait tellement de bien d’entendre un virtuose dont l’intérêt du jeu ne repose pas sur la virtuosité, mais sur la volonté de produire du beau à chaque instant. Ce fut d’ailleurs un succès.

 

Avec son souci du détail, Kent Nagano amène l’orchestre ailleurs dans cette lecture de Pétrouchka. (Photo: Antoine Saito)
Avec son souci du détail, Kent Nagano amène l’orchestre ailleurs dans cette lecture de Pétrouchka. (Photo: Antoine Saito)

Pétrouchka : que du bonheur

Comme le Sacre du printemps, Pétrouchka figure parmi les piliers du répertoire de l’OSM depuis des décennies. La version de 1947 est présentée.

Fresque géniale qui émerveille inévitablement l’auditeur, elle permet de faire une démonstration éloquente du savoir-faire de l’OSM et du niveau de classe mondiale de ses musiciens. Ces derniers semblent d’ailleurs s’en donner à cœur joie en racontant musicalement les aventures du pantin, de sa ballerine et du sinistre Maure. Cela se voit, entre autres, dans le visage souriant du violoncelliste Brian Manker.

Sur le plan de l’exécution instrumentale, on est ébahi par les prouesses techniques de plusieurs membres de l’orchestre, à commencer bien sûr, par Paul Merkelo, qui se surpasse à la trompette, mais il faudrait presque tous les nommer tellement ils excellent. Dans l’ensemble, la sonorité produite hier soir était colossale, tout en gardant ce raffinement qui a fait la célébrité de l’orchestre.

Avec son souci du détail, Kent Nagano amène l’orchestre ailleurs dans cette lecture de Pétrouchka, que l’on a mieux connu, en ce qui concerne l’OSM, grâce à la version gravée et en concert de Charles Dutoit. La lecture de Nagano, peut-être moins jubilatoire mais plus sophistiquée et plus profonde, témoigne de l’évolution de l’OSM sous sa gouverne. Un orchestre ne peut pas sonner de la même façon jusqu’à la fin des temps. Parions que le public européen sera conquis.

POUR PLUS DE DÉTAILS SUR LA TOURNÉE EUROPÉENNE DE L’OSM

LIRE AUSSI:

KRONOS QUARTET | L’art de concevoir un programme ancré dans la modernité

 

 

 

 

Caroline Rodgers

Rédactrice en chef chez Ludwig van Montréal
Caroline a découvert la musique à l'âge de 4 ans en observant un pianiste qui jouait dans un mariage. Elle a ensuite appris cet instrument et obtenu son baccalauréat en musique à l'Université Laval dans la classe de Joël Pasquier. Devenue journaliste musicale en 2009 à La Presse, où elle a signé des articles jusqu'en 2017, elle a pu marier ses deux passions: la musique et les mots. Elle est rédactrice en chef de Ludwig van Montréal.

Caroline Rodgers

Rédactrice en chef chez Ludwig van Montréal
Caroline a découvert la musique à l'âge de 4 ans en observant un pianiste qui jouait dans un mariage. Elle a ensuite appris cet instrument et obtenu son baccalauréat en musique à l'Université Laval dans la classe de Joël Pasquier. Devenue journaliste musicale en 2009 à La Presse, où elle a signé des articles jusqu'en 2017, elle a pu marier ses deux passions: la musique et les mots. Elle est rédactrice en chef de Ludwig van Montréal.
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

CRITIQUE | Kent Nagano et l'OSM lancent leur saison avec un message pour notre époque tourmentée

Par Caroline Rodgers le 18 septembre, 2019

C’était le grand soir, hier, à la Maison symphonique : le premier concert de la dernière saison de Kent Nagano à l’Orchestre symphonique de Montréal avec la Symphonie no 13 « Babi Yar » de Chostakovitch. Une symphonie fleuve, ode à la Russie mais aussi, message d’outre-tombe toujours aussi pertinent et actuel d’un poète et d’un compositeur pour notre époque tourmentée.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

AUTOMNE 2019 | Tout ce que vous devez savoir sur la rentrée culturelle en musique classique (première partie)

Par Caroline Rodgers le 22 août, 2019

Voici déjà venu ce temps de l'année où il convient de parler de ce que l'on appelle "la rentrée culturelle".
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

CRITIQUE | Diane Dufresne à l'OSM : le souvenir heureux d'une soirée douce et originale

Par Caroline Rodgers le 11 septembre, 2019

Aller à un concert, c'est se fabriquer des souvenirs pour plus tard. Si certaines prestations ne nous laissent pas d'impression durable, ce ne sera certainement pas le cas de ce 75e anniversaire de cette grande artiste, célébré en compagnie de l'Orchestre symphonique de Montréal sous la direction de Simon Leclerc. Un événement que l'on peut qualifier de mémorable, à sa façon.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.