DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

KRONOS QUARTET | L’art de concevoir un programme ancré dans la modernité

Par Caroline Rodgers le 1 mars, 2019

Le Kronos Quartet sera en récital à la Maison symphonique le 16 mars 2019, à 20 h. (Photo: Jay Blakesberg)
Le Kronos Quartet sera en récital à la Maison symphonique le 16 mars 2019, à 20 h. (Photo: Jay Blakesberg)

Après 25 ans d’absence, l’intrépide Kronos Quartet sera en récital à la Maison symphonique le 16 mars prochain avec un programme à son image : moderne, audacieux et passionnant. Nous avons discuté avec David Harrington, violoniste, fondateur et directeur artistique de l’un des quatuors à cordes les plus intéressants de notre époque.

LvM : Comment avez-vous choisi les pièces à mettre au programme de ce concert?

David H. : « Comme nous n’avons pas joué à Montréal depuis 25 ans, nous avions énormément de possibilités. L’une de nos compositrices préférées vit à Montréal : Nicole Lizée. Elle a écrit plusieurs pièces pour nous. Il était logique d’en jouer une dans sa ville, et elle ne nous a jamais entendu jouer Another living soul en concert. D’autre part, en ce moment, nous nous concentrons sur un répertoire regroupé sous le titre Fifty for the future : The Kronos Learning Repertoire, et nous avons choisi certaines de nos pièces favorites de ce projet pour le concert de Montréal. »

 

Nicole Lizée (Crédit : Diane Park)
Le Kronos Quartet jouera la pièce Another Living Soul, de la compositrice montréalaise Nicole Lizée (Photo : Diane Park)

LvM : « Nicole Lizée a récemment reçu le prix Opus de la compositrice de l’année. Qu’aimez-vous chez cette compositrice? »

David H. : « Nicole est extrêmement créative, elle apporte un élément de curiosité, de plaisir et d’exploration dans la musique. Nous adorons travailler et avoir des conversations avec elle. Je crois qu’elle est un phare en ce moment, dans le milieu musical. »

LvM : « Qu’est-ce que Fifty for the future?

David H. : « C’est un projet sur cinq ans, où nous commandons 50 pièces à des compositeurs et compositrices de divers horizons, 25 hommes et 25 femmes. Nous essayons de créer une mosaïque de possibilités musicales, pas seulement pour nous, mais surtout pour des ensembles plus jeunes qui veulent travailler dans le même sens que nous. C’est notre leg pour l’avenir. Sur notre site web, on peut télécharger les partitions des 25 premières pièces, écouter nos enregistrements et écouter les compositeurs parler de leurs pièces. À Montréal, nous mettrons beaucoup l’accent sur ce recueil. » `

LvM : « Parlez-nous des principales pièces de ce projet qui seront jouées à Montréal »

David H. : « Il y en aura six en tout. En plus de celle de Nicole Lizée, il y a aussi Quartet Satz, de Philip Glass. C’est l’un des joyaux de la musique composée récemment. C’est tellement magnifique! Je pense que la pratique de sa musique est une excellente chose pour tout quatuor.

 

Philip Glass est un de nos amis proches et nous travaillons avec lui depuis trente ans, il était donc normal qu’il fasse partie de ce projet, tout comme Terry Riley. Il y aura aussi des pièces de deux Canadiens, Tanya Tagaq et John Oswald. Il y a également un compositeur égyptien, Islam Chipsy. – David Harrington


LvM : « Quand vous parlez de créer une mosaïque, voulez-vous dire que différents courants et style de composition doivent être représentés? »

David H. : « Oui, différents styles, différentes façons de noter la musique, différentes façons de créer des sons, et aussi, c’est important pour nous de transmettre différentes techniques de répétitions. Nous avons testé cette musique et nous pouvons attester qu’elle fonctionne vraiment pour créer des programmes variés et intéressants. »

 

 

LvM : « Vous allez également jouer une pièce du groupe islandais bien connu Sigur Rós, Flugufrelsarinn (The Fly Freer)?

David H. : « C’est la chanson d’eux que nous préférions et nous avons commandé un arrangement pour quatuor à cordes »

LvM : « Vous avez aussi intégré du jazz dans votre concert, pouvez-vous nous en parler? »

David H. : « Il faut se souvenir qu’Alabama, de John Coltrane, a été écrite comme une réponse à l’assassinat de quatre jeunes filles dans une église d’Alabama, en 1963. Nous jouons aussi Strange Fruit, d’Abel Meeropol, qui a été rendu célèbre par Billie Holliday, et God Shall Wipe All Tears Away, qui faisait partie de la première session d’enregistrement de Mahalia Jackson. Il y a différentes résonnances dans ce concert. »

 

 

LvM : « Qui est N. Rajam, la musicienne indienne dont une pièce fait partie du programme? »

David H. : « N. Rajam est l’une des violonistes les plus extraordinaires du monde. Je n’ai découvert son existence qu’il y a cinq ans et à la minute où je l’ai entendue, je savais que le Kronos Quartet devait jouer sa musique! C’est tellement beau, et sa façon de jouer est tellement vocale, chantante. Elle est merveilleuse. Nous avons passé énormément de temps à absorber sa façon d’utiliser l’archet. Sa façon de penser le violon est miraculeuse, à mon avis. »

LvM : « Combien d’oeuvres avez-vous commandées depuis la fondation du quatuor?

David H. : « Jusqu’à maintenant, plus de 1000. La première a été écrite pour nous avant même notre première répétition, en 1973.

Le Kronos Quartet sera à la Maison symphonique le 16 mars à 20 h. DÉTAILS ET BILLETS

Cet article a été commandité par la Place des arts. 

Caroline Rodgers

Rédactrice en chef chez Ludwig van Montréal
Caroline a découvert la musique à l'âge de 4 ans en observant un pianiste qui jouait dans un mariage. Elle a ensuite appris cet instrument et obtenu son baccalauréat en musique à l'Université Laval dans la classe de Joël Pasquier. Devenue journaliste musicale en 2009 à La Presse, où elle a signé des articles jusqu'en 2017, elle a pu marier ses deux passions: la musique et les mots. Elle est rédactrice en chef de Ludwig van Montréal.

Caroline Rodgers

Rédactrice en chef chez Ludwig van Montréal
Caroline a découvert la musique à l'âge de 4 ans en observant un pianiste qui jouait dans un mariage. Elle a ensuite appris cet instrument et obtenu son baccalauréat en musique à l'Université Laval dans la classe de Joël Pasquier. Devenue journaliste musicale en 2009 à La Presse, où elle a signé des articles jusqu'en 2017, elle a pu marier ses deux passions: la musique et les mots. Elle est rédactrice en chef de Ludwig van Montréal.
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

CRITIQUE | L'Orchestre Métropolitain au mont Royal: 35 000 personnes et une tonne de bonheur

Par Caroline Rodgers le 26 juillet, 2019

Le concert de l'Orchestre Métropolitain au pied du mont Royal, hier soir, a été une réussite totale, tant sur le plan musical que logistique.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

CHOIX DE LA RÉDACTION | Concerts d'été: une semaine lyrique avant tout

Par Caroline Rodgers le 30 juillet, 2019

Une pléthore de concerts vous attend encore cette semaine à Montréal et dans les alentours, musique lyrique en tête. Nos choix du 30 juillet au 4 août.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

NOUVELLE | L'Ensemble contemporain de Montréal dévoile les quatre compositeurs gagnants de Génération 2020

Par Caroline Rodgers le 14 août, 2019

L'Ensemble contemporain de Montréal a dévoilé tout récemment les quatre compositeurs gagnants de son concours biennal de composition canadienne.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.