DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

CRITIQUE | Ben Reimer, Katana of Choice: virtuosité étourdissante

Par Réjean Beaucage le 8 avril, 2018

 

Album Katana of Choice de Ben Reimer
Album Katana of Choice de Ben Reimer

En février 2017 paraissait le premier disque du quatuor montréalais Architek Percussion, un ensemble dont les membres sont tous passés par la faculté de musique de l’Université McGill, comme le compositeur Eliot Britton, dont la pièce Metatron, en cinq parties, formait le programme de cet enregistrement. On y découvrait à la fois un quatuor de percussion extrêmement aventureux et d’une virtuosité à couper le souffle, mais aussi un compositeur original capable d’intégrer la technologie dans la palette sonore déjà très vaste de ce type d’ensemble pour en diversifier les couleurs et y créer des espaces inédits.

Ben Reimer est un des membres d’Architek Percussion, qui vient l’appuyer dans les Drum Dances (1993, arr. 2016) de John Psathas. La pièce qui ouvre l’album, originellement écrite pour Evelyn Glennie, démarre par un échange endiablé entre la batterie de Reimer et les marimbas de l’ensemble. Il faut savoir qu’il s’agit bien d’une série de pièces qui mettent de l’avant la batterie comme instrument soliste ; si vous êtes du genre à n’avoir jamais apprécié la tradition du « solo de drum » dans les concerts rock, ça pourrait être une écoute pénible ! Bien sûr, le répertoire présenté ici est d’un tout autre niveau de subtilité que ce que l’on peut généralement trouver sur une scène rock, et il est, surtout, d’une virtuosité étourdissante.

La pièce Ringer, commandée à la compositrice Nicole Lizée, est un bel exemple du genre, et le jeu du percussionniste, qui imite fréquemment celui des boîtes à rythme que l’on entend dans la musique techno, est le résultat d’une maîtrise exceptionnelle. Il n’est pas inutile de visionner l’enregistrement de la création de l’œuvre par Reimer, en 2009, pour comprendre comment il arrive à jouer simultanément les parties de batteries et de glockenspiel :

 

 

Pour le duo que forme Reimer avec le batteur David Cossin, percussionniste de l’ensemble new-yorkais Bang On A Can, le compositeur Lukas Ligeti a trouvé l’inspiration dans la tradition ougandaise. Les polyrythmies auxquelles se livrent chacun des musiciens dans Lakoni in Kazonnde for Two Drumsets (2013) se superposent en un contrepoint parfait ou, au contraire, se déphasent en brisant la structure temporelle du dialogue. Dans Train Set (2006), Reimer renoue avec la musique électronique d’Eliot Britton, un compositeur qui a décidément le chic pour marier les sonorités percussives aux créations numériques, et le mixage entre les deux mondes est très réussi.

C’est encore l’univers de Nicole Lizée que l’on retrouve dans la pièce titre, qui ferme le disque, où le batteur augmente son instrument d’une panoplie qui comprend des ballons, un glockenspiel, une guitare et des appareils électroniques comme le kaossilator de Korg ou un vieux stylophone analogique. Les membres du TorQ Percussion Quartet, qui se joignent à lui, ont aussi leurs guitares, synthétiseurs ou machines à écrire… L’œuvre, que la compositrice présente comme un jeu vidéo dans lequel les images, l’histoire et la bande sonore sont toutes produites en direct par les musiciens, offre un étonnant assemblage de textures. Si vous ne connaissez pas le travail de Lizée, vous comprendrez aisément pourquoi elle jouit d’un grand succès à travers le pays en découvrant l’étendue de son imagination débridée.

Un disque qui permet de découvrir les plus récents développements dans l’univers de la percussion et qui montre bien qu’avec des musiciens comme Ben Reimer, il est plus que jamais en expansion.

 

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE? Lisez aussi:

LISZT – 26 compositeurs et compositrices d’ici dont les médias ne parlent pas assez

CRITIQUE – Nouveau quatuor Orford: les nouveaux chemins de la musique d’ici

Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

CRITIQUE | Camille Claudel, Stéphanie Pothier et le Molinari: chaudement recommandé

Par Caroline Rodgers le 29 avril, 2021

La salle Bourgie présentait cette semaine le concert multimédia Camille Claudel: dans l'ombre du géant, avec la mezzo-soprano Stéphanie Pothier et le Quatuor Molinari. Curieuse de découvrir cette proposition artistique qui me semblait prometteuse, j'ai délaissé le piano pendant quelques heures afin de m'aventurer de ce côté. Excellente décision. 
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

COMPTE-RENDU | CMIM: le Russe Alexey Trushechkin se démarque au Jour 1 de la demi-finale

Par Caroline Rodgers le 27 avril, 2021

Hier se déroulait la première journée d'un marathon qui consiste pour nous à écouter 26 récitals de 45 minutes, soit près de vingt heures de piano, sur écran, dans le cadre de la 19e édition du Concours musical international de Montréal, Piano 2021, qui se déroule jusqu'au 14 mai. Compte-rendu de cette première journée. 
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

PIANO 2021 | CMIM: dernier compte-rendu de la demi-finale, nos favoris pour la finale

Par Caroline Rodgers le 30 avril, 2021

C'est le dernier jour des demi-finales. À moins de deux heures de l'annonce des noms des 8 finalistes, voici un compte-rendu des deux dernières journées et un bilan avec nos coups de cœur et prédictions. 
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.