DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

CRITIQUE | OSM: captivante et émouvante Huitième de Mahler

Par Caroline Rodgers le 20 septembre, 2017

Hier soir, à la Maison symphonique, la Symphonie no 8 de Mahler, avec l’Orchestre symphonique de Montréal sous la direction de Kent Nagano, a plutôt su nous élever progressivement vers les hautes sphères, notamment grâce à l’émotion transmise par ses remarquables solistes. (Crédit photo: Antoine Saito)
Hier soir, à la Maison symphonique, la Symphonie no 8 de Mahler, avec l’Orchestre symphonique de Montréal sous la direction de Kent Nagano, a su nous élever progressivement vers les hautes sphères, notamment grâce à l’émotion transmise par ses remarquables solistes. (Crédit photo: Antoine Saito)

De Mahler à Bruckner, les symphonies monumentales ont souvent pour effet d’écraser l’auditeur en lui donnant l’impression d’être une fourmi insignifiante. Hier soir, à la Maison symphonique, la Huitième de Mahler, avec l’Orchestre symphonique de Montréal sous la direction de Kent Nagano, a plutôt su nous élever progressivement vers les hautes sphères, notamment grâce à l’émotion transmise par ses remarquables solistes.

On ne parle souvent de la Symphonie dite « des mille », qu’en termes de gigantisme. Surnommée ainsi en référence aux effectifs monstrueux de sa création, en 1910, avec mille participants sur scène, l’œuvre d’une heure et demie requiert huit solistes, un double chœur mixte et un chœur d’enfants, en plus de l’orchestre. Il est vrai qu’elle intimide, et ce, dès les premières mesures.

L’œuvre d’une heure et demie requiert huit solistes, un double chœur mixte et un chœur d’enfants, en plus de l’orchestre. (Crédit photo: Antoine Saito).
L’œuvre d’une heure et demie requiert huit solistes, un double chœur mixte et un chœur d’enfants, en plus de l’orchestre. (Crédit photo: Antoine Saito).

Cependant, il faut voir et entendre au-delà de ce côté spectaculaire et s’ouvrir aux pouvoirs spirituels et narratifs de la symphonie pour en goûter l’essentiel. C’est possible lorsque le chef d’orchestre cherche à communiquer une vision claire de l’oeuvre plutôt qu’à en détourner la magnificence pour se mettre lui-même en valeur, comme trop l’ont déjà fait.

Avec, comme guide, un Kent Nagano présent mais agissant en humble serviteur de la musique, s’attardant à nous montrer les moindres détails de ce chef-d’oeuvre avec une rigueur presque scientifique tout en ne perdant jamais de vue sa vision d’ensemble, cette expérience a été possible. Vécue comme une montée vers une finale quasi transcendante, cette heure et demie fort captivante nous a semblé passer en un éclair.

Solistes

Les solistes, bien choisis, ont porté sur leurs épaules une grande partie de cette réussite en représentant, par leur interprétation sentie, une porte ouverte vers le côté humain et accessible d’une œuvre tellement grandiose qu’elle dépasse le commun des mortels. La soprano allemande Sarah Wegener, solide comme un roc, a toute la stature vocale requise pour se faire clairement entendre et dominer de sa voix chaude l’imposant dispositif orchestral derrière elle. Si le ténor Michael Schade, pour sa part, semble plus ou moins à l’aise sur scène pendant la première partie, il s’avère de plus en plus investi à mesure que la symphonie progresse, pour conclure de façon bouleversante.

Le ténor, Michael Schade, s’avère de plus en plus investi à mesure que la symphonie progresse, pour conclure de façon bouleversante. (Crédit photo: Antoine Saito)
Le ténor, Michael Schade, s’avère de plus en plus investi à mesure que la symphonie progresse, pour conclure de façon bouleversante. (Crédit photo: Antoine Saito)

Les autres solistes principaux, Camilla Tilling, Marie-Nicole Lemieux, Allyson McHardy, Russell Braun et David Steffens, sont convaincants. Il faut dire, de plus, que le mélange de leurs voix, lorsqu’ils chantent ensemble, apporte une riche texture dont bénéficie l’ensemble de la prestation. L’apparition de la soprano Aline Kutan, à la fin, juchée au dernier balcon en digne « mater gloriosa », produit son petit effet magique. Les chœurs, fort bien préparés, sont solides et justes. Les intermèdes uniquement orchestraux, magnifiques, évoquent toute une imagerie poétique, un univers servant non seulement de trame de fond aux voix, mais intrinsèquement lié au destin des personnages du drame en jeu dans cette scène finale du Faust de Goethe.

Dans les dernières minutes, le « chorus mysticus », nous transporte dans un autre état, venant chercher les émotions enfouies en chacun pour ne faire qu’un avec la musique et les artistes sur scène. L’espace de brefs instants, cet état mystique commun certainement voulu par Gustav Mahler est atteint. Kent Nagano a bien compris comment vivre la Huitième, et nous l’a fait comprendre.

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE? Lisez aussi:

Orchestre symphonique de McGill: découvertes et talent au concert inaugural

Les Violons du Roy sound fine in modern mode

Caroline Rodgers

Rédactrice en chef chez Ludwig van Montréal
Caroline a découvert la musique à l'âge de 4 ans en observant un pianiste qui jouait dans un mariage. Elle a ensuite appris cet instrument et obtenu son baccalauréat en musique à l'Université Laval dans la classe de Joël Pasquier. Devenue journaliste musicale en 2009 à La Presse, où elle a signé des articles jusqu'en 2017, elle a pu marier ses deux passions: la musique et les mots. Elle est rédactrice en chef de Ludwig van Montréal.

Caroline Rodgers

Rédactrice en chef chez Ludwig van Montréal
Caroline a découvert la musique à l'âge de 4 ans en observant un pianiste qui jouait dans un mariage. Elle a ensuite appris cet instrument et obtenu son baccalauréat en musique à l'Université Laval dans la classe de Joël Pasquier. Devenue journaliste musicale en 2009 à La Presse, où elle a signé des articles jusqu'en 2017, elle a pu marier ses deux passions: la musique et les mots. Elle est rédactrice en chef de Ludwig van Montréal.
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

CRITIQUE | Une journée à la Virée classique de l'OSM

Par Jeanne Hourez le 1 septembre, 2018

En ce premier jour de septembre, il n’y avait qu’un seul endroit où tout amateur de musique classique se devait d’être aujourd’hui : La Virée Classique, un évènement incontournable organisé depuis 7 ans par l’OSM, qui propose de nombreuses activités gratuites en plus d’une trentaine de concerts.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

CRITIQUE | Orchestre de chambre McGill: le visage humain de la musique

Par Caroline Rodgers le 24 septembre, 2018

Quel titre absurde, êtes-vous peut-être en train de penser. En effet, de toutes les activités auxquelles se livre l’homo sapiens, la musique est certainement l’une des plus humaines dans ce reflet qu’elle est de notre intelligence.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

CRITIQUE | Corée: l'Orchestre de la Francophonie surmonte l'adversité

Par Caroline Rodgers le 6 septembre, 2018

Cette histoire aurait pu très mal se terminer. Quelques jours après un atterrissage d’urgence qui leur a fait rater de précieuses heures de répétition, les jeunes musiciens de l’OF et leur chef, Jean-Philippe Tremblay, ont démontré une fois de plus leur résilience et leur talent au Festival international de musique de Busan Maru, en Corée.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.