ENTREVUE | Six questions à Joyce DiDonato au sujet de son spectacle Eden et de son amour pour la nature

Par Caroline Rodgers le 24 janvier 2023

Joyce DiDonato sera en concert dans le cadre de sa tournée Eden à Montréal et à Québec, les 29 et 30 janvier. (Photo: Sergi Jasanada)
Joyce DiDonato sera en concert dans le cadre de sa tournée Eden à Montréal et à Québec, les 29 et 30 janvier. (Photo: Sergi Jasanada)

C’est un moment que de nombreux amoureux de l’art lyrique attendent depuis longtemps: le retour à Montréal et à Québec de Joyce DiDonato. En amont d’Eden, son spectacle avec l’ensemble Il Pomo d’Oro, la mezzo-soprano américaine a accepté de répondre à nos questions.

LVM: Quel est le message d’Eden?

Joyce DiDonato: « Que l’espoir est fondamental, qu’une véritable connexion à la nature est essentielle, et que la musique peut être un puissant partenaire, nécessaire au 21e siècle. »

LVM: Personnellement, quelle connexion avez-vous avec la nature?

Joyce DiDonato: « Eh bien, à la base, je fais moi-même partie de la nature, alors cette connexion est assez élémentaire!

Et je pense que c’est l’une des choses qui a suscité ma passion pour EDEN – dans notre société moderne faite d’écrans, de déplacements et de commerce, j’ai bien peur que la « nature » ne soit considérée que comme une chose que l’on visite en vacances, si on a de la chance. Je sais que de nombreuses personnes ont ressenti un appel à VOIR et à interagir avec leur environnement au début de la pandémie, et presque toutes les personnes que je connais ont parlée de leur bonheur retrouvé de sortir à l’air libre et à quel point cela les avait transformées à un niveau fondamental.

Comment pouvons-nous penser à mieux prendre soin de notre planète si nous nous sentons si séparés d’elle ? Je pense qu’une soif primitive nous pousse à nous reconnecter. Selon moi, c’est ce qui a motivé bon nombre des compositeurs et des poètes que nous présentons dans ce concert : la nature a toujours été une muse incroyable, et les esprits brillants, comme Mahler et Haendel, ont utilisé leur musique pour essayer de trouver leur place dans le monde. Leur musique peut être une sorte de guide pour nous. »

 

Le spectacle Eden de Joyce DiDonato fait appel à de nombreux effets visuels et jeux de lumières. (Photo: Melle Meivogel)
Le spectacle Eden de Joyce DiDonato fait appel à de nombreux effets visuels et jeux de lumières. (Photo: Melle Meivogel)

LVM: quelle a été votre approche artistique pour l’ensemble de ce projet?

Joyce DiDonato: « Mon rêve est d’emmener ce concert dans la nature à un moment donné – l’opéra de Minaus, au pied des Pyramides, sous la Voie lactée ! Mais en attendant de réaliser ce rêve particulier, je sais que ce concert doit voyager aussi loin et aussi largement que nous le pouvons, et c’est beaucoup demander, en ces temps de pandémie, de réaliser une tournée internationale pour ce genre de projet !

Il y a une grande force dans le fait d’effectuer une tournée à travers les continents, parce que chaque concert s’appuie sur l’énergie du précédent – et ainsi, au moment où nous terminons, un immense tout de piste aura été réalisé, sans oublier que les ateliers et la participation de chœurs d’enfants constituent l’un des piliers de ce projet. À la fin, nous aurons travaillé et joué avec des milliers d’enfants, et l’impact  en sera d’autant plus considérable. »

 

Le spectacle Eden de Joyce DiDonato fait appel à de nombreux effets visuels et jeux de lumières. (Photo: Melle Meivogel)
Le spectacle Eden de Joyce DiDonato fait appel à de nombreux effets visuels et jeux de lumières. (Photo: Melle Meivogel)

LVM: « Croyez-vous que l’art peut et doit être politique? 

Joyce DiDonato: « Je n’affirmerais jamais ce que quelque chose DEVRAIT être, mais je peux vous dire que ça l’a toujours été. Pas exclusivement, et certainement pas toujours – parfois, nous avons juste besoin d’être réconfortés ou d’être poussés à l’exaltation, ce qui a certainement du mérite. Mais tout au long de l’histoire, l’art a absolument contribué à façonner la société et la politique du monde. Je vois l’art comme un guide, un diseur de vérité intrépide et exigeant, qui nous pousse sans cesse à regarder la vérité en nous. Nous avons besoin de cela dans nos vies. »

LVM: Pouvez-vous nous décrire le programme et nous expliquer ce qui a motivé vos choix de pièces?

Joyce DiDonato: « Il s’agit d’un tour de force, d’un voyage interprété de bout en bout qui ne ressemble à rien d’autre que ce que vous avez vu ! Il s’agit essentiellement d’une musique exceptionnelle et de compositions magistrales qui contribuent à tisser un récit sur la recherche de liens. Mais je pense que les mélomanes sérieux apprécieront d’entendre les morceaux sous un jour nouveau, car nous jouons avec la façon dont nous les associons – jamais chronologiquement ! J’ai un lien profond avec chaque œuvre et je crée un monde sonore qui est toujours un paysage changeant, mais qui, je l’espère, vous mènera au sommet de la montagne à la fin ! »

 

Dans chaque ville de la tournée, Joyce DiDonato invite des enfants à participer à des ateliers et un choeur d'enfants local l'accompagne sur scène. Pour Montréal, elle chantera avec le Chœur des enfants de Montréal, et à Québec, avec un chœur de la Maîtrise des Petits chanteurs de Québec. (Photo: Melle Meivogel)
Dans chaque ville de la tournée, Joyce DiDonato invite des enfants à participer à des ateliers et un choeur d’enfants local l’accompagne sur scène. Pour Montréal, elle chantera avec le Chœur des enfants de Montréal, et à Québec, avec un chœur de la Maîtrise des Petits chanteurs de Québec. (Photo: Melle Meivogel)

Programme d’Eden

Une ode à la musique avec Joyce Didonato et Il Pomo d’Oro, 25 musiciens sur scène en tournée dans 45 villes sur 5 continents.

Des œuvres de compositeurs des 17e (Giovanni Valentini, Biagio Marini, Francesco Cavalli, Mario Uccellini), 18e (George Frideric Handel, Christoph Willibald Gluck, Josef Mysliveček), 19e (Gustav Mahler), 20e (Charles Ives, Aaron Copland) et 21e siècles (Rachel Portman – compositrice de la musique des films Emma et Chocolat), dont les œuvres se rapportent au lien entre les humains et la nature.

Programme (sans entracte)


IVES, The Unanswered Question

PORTMAN, The First Morning of the World

MAHLER, Rückert-Lieder: II. “Ich atmet’ einen linden Duft!

MARCO UCCELLINI Sinfonia terza (a cinque stromenti) op.7

MARINI, Scherzi e canzone Op.5: III. “Con le stelle in Ciel che mai” (Natività di Christo, per canto solo da cantarsi nel chitarrone)

MYSLIVEČEK, Aria: “Toglierò le sponde al mare” (Angelo di giustizia)
Oratorio Adamo ed Eva (Part II)

COPLAND8 Poems of Emily Dickinson for voice and chamber orchestra:
I. Nature, the gentlest mother

VALENTINISonata enharmonica

CAVALLI        Aria: “Piante ombrose” (Calisto)
Libretto: Giovanni Faustini
Opéra La Calisto (Act I, Scene 14)

GLUCK Danza degli spettri e delle furie: Allegro non troppo
Opéra Orfeo ed Euridice Wq. 30
Opéra Ezio Wq. 15

GLUCK Recitativo accompagnato: “Misera, dove son!”…
GLUCK Aria: “Ah! non son io che parlo” (Fulvia)
HANDEL Aria: “As with rosy steps the morn” (Irene)

Oratorio Theodora HWV 68 (Part I)

MAHLER, Rückert-Lieder: III. “Ich bin der Welt abhanden gekommen”

À Montréal: le dimanche 29 janvier, 15h30, salle Wilfrid-Pelletier, une présentation de Traquen’art. DÉTAILS ET BILLETS

À Québec: le lundi 30 janvier, 19 h 30, Palais Montcalm, une présentation du Club musical de Québec. DÉTAILS ET BILLETS

 

Inscrivez-vous à notre infolettre! La musique classique et l’opéra en 5 minutes, chaque jour  ICI 

Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

LES NOUVELLES DU JOUR DANS VOS COURRIELS

company logo
Conditions d'utilisation & Politique de vie privée
© 2023, Museland Media, Inc., Tous droits réservés.