ENTREVUE | Le Quatuor Molinari à 25 ans: petite histoire d'un grand succès

Par Caroline Rodgers le 6 octobre 2022

Le Quatuor Molinari fête ses 25 ans cette année. De gauche à droite: Pierre-Alain Bouvrette (violoncelle) Antoine Bareil (violon), Olga Ranzenhofer (violon et direction artistique), Frédéric Lambert (alto). (Photo: courtoisie)
Le Quatuor Molinari fête ses 25 ans cette année. De gauche à droite: Pierre-Alain Bouvrette (violoncelle) Antoine Bareil (violon), Olga Ranzenhofer (violon et direction artistique), Frédéric Lambert (alto). (Photo: courtoisie)

Un quart de siècle représente un jalon important pour n’importe quel ensemble. Le Quatuor Molinari, qui fête ses 25 ans cette année, souligne cet anniversaire le 14 octobre avec un concert dédié à des œuvres qui ont marqué son histoire. Olga Ranzenhofer, violoniste, directrice artistique et fondatrice du quatuor, partage avec nous les grands moment de cette aventure musicale. 

LVM: Bonjour Olga. Tout d’abord, racontez-nous donc comment le Quatuor Molinari a commencé et pourquoi vous avez voulu fonder un quatuor? 

Olga Ranzenhofer: « Je jouais depuis dix ans dans le Quatuor Morency, et j’avais envie de voler de mes propres ailes. J’avais de l’énergie et de l’ambition, et en créant mon propre quatuor, je savais que je pourrais lui donner ma propre direction artistique et ma vision des choses. En fondant le Quatuor Molinari, on s’est donnés le mandat de faire de la musique des XXe et XXIe siècles. ll y a tellement de grands quatuors dans le monde qui jouent du Mozart et du Beethoven! L’idée était d’avoir une niche particulière, mais je ne voulais pas faire uniquement de la musique contemporaine.

En se donnant ce mandat, cela nous permettrait de jouer les grands chefs-d’œuvre du XXe siècle (puisqu’à l’époque le XXIe n’était pas encore commencé) ainsi que de la musique contemporaine. C’est un mandat intéressant et unique, qui n’était pas tellement exploité, et les années nous ont donné raison d’avoir choisi cette niche, car nos enregistrements ont eu beaucoup de succès. L’intérêt de faire le XXe siècle est qu’il s’agit d’une époque qui a vu l’explosion des écoles nationales, avec les Bartók, Kurtág, Ligeti, et plusieurs autres. C’est une époque qui a vu une explosion incroyable de chefs-d’œuvre pour le quatuor à cordes. »

LVM: Certains membres du Quatuor Molinari ont changé avec le temps? 

Olga R.: « C’est normal qu’il y ait du mouvement dans un ensemble. Il faut trouver la chimie et avec le temps il arrive que l’on découvre que l’on n’a pas tous les mêmes objectifs. Pierre-Alain Bouvrette (violoncelle) et Frédéric Lambert (alto) sont membres du Molinari depuis quinze ans, et Antoine Bareil (violon) depuis cinq ans. On peut dire qu’on a eu une grande stabilité depuis quinze ans. À nos débuts, nous avons eu pas mal de changements, car il faut des gens qui veulent vraiment faire du quatuor une priorité. C’est le cas aujourd’hui pour les quatre musiciens du quatuor. Bien sûr, chacun a quelques projets à côté car il est rare, de nos jours, de pouvoir vivre du quatuor, mais nous sommes totalement engagés, et cela fait en sorte que quand on joue, notre tête et notre cœur sont là à 100%. On passe beaucoup de temps ensemble! Nous avons trois répétitions de trois heures par semaine. Nous avons beaucoup de chance d’avoir cela comme premier gagne-pain. En ce qui me concerne, c’est ma seule occupation puisque je suis aussi directrice artistique, et c’est un grand bonheur. »

LVM: Parlez-nous des moments les plus marquants de l’histoire du Molinari

Olga R.: « Dès notre troisième année, nous avons instauré des intégrales intitulées « le quatuor selon » qui consistent en plusieurs concerts avec parfois aussi des conférences sur le compositeur. Nous en avons fait une dizaine. Le premier, « Le quatuor selon Schafer » nous a mis à l’avant-scène. On pourrait parler aussi de deux personnes marquantes pour le Quatuor et moi : Guido Molinari et R. Murray Schafer. Ces deux artistes, nés la même année (1933), ont été aux côtés du QM de la fondation en 1997 jusqu’à leur décès, soit en 2004 pour Guido et 2021 pour Murray.

Quel privilège cela a été pour moi d’être en présence de ces deux immenses artistes et aussi de les rencontrer à plusieurs reprises. Ils ont tous deux été une grande source d’inspiration artistique pour le Molinari. Guido Molinari a créé notre logo et a ouvert son atelier (maintenant le siège de la Fondation Guido-Molinari) aux rencontres et concerts du Quatuor Molinari. Il nous a permis l’utilisation de ces œuvres pour nos publicités et surtout nos pochettes de CD. Schafer a écrit 5 quatuors pour nous, dont le 7e en complicité avec Molinari qui a créé des sculptures pour cette œuvre. Avec sa dernière œuvre, son 13e quatuor, Murray Schafer m’a envoyé avec une lettre très touchante. Sa musique a marqué le Molinari et nous continuons de la jouer régulièrement.

En 2015, nous avons fait l’intégrale des quatuors de Chostakovitch, ce qui a été très marquant. Également, après notre intégrale Kurtág, nous avons fait un disque qui nous a valu un prix Echo Klassik, que je suis allée chercher en personne à l’Elbphilharmonie de Hambourg, en 2017. »

 

Quatuor Molinari
Le Quatuor Molinari: Pierre-Alain Bouvrette, Olga Ranzenhofer, Antoine Bareil, Frédéric Lambert. (Photo : courtoisie du Quatuor Molinari)

Le Quatuor Molinari en chiffres

  • 20 albums
  • 300 œuvres jouées
  • 123 pièces canadiennes
  • 75 pièces québécoises
  • 123 créations
  • 79 commandes

LVM: « En 25 ans, vous avez sûrement appris des choses. Quelles leçons retenez-vous et quels sont les éléments clés de votre succès? 

Olga R.: « J’ai toujours eu comme ligne de conduite que nous devons faire de la bonne musique. Notre succès vient de notre travail et de notre talent, mais le choix du répertoire a été très important dans notre succès. Souvent, les gens qui viennent au concert ne connaissent pas les œuvres, mais ils nous font confiance, et c’est quelque chose qui me rend fière. Ils savent que nous choisissons de la bonne musique. Nous recevons énormément de propositions d’œuvres, mais il faut qu’on soit nous-mêmes convaincus pour pouvoir convaincre le public.

J’en profite pour souligner l’apport exceptionnel de mes trois collègues, car je pense que le Quatuor n’a jamais aussi bien sonné qu’en 2022. Il y a une belle cohésion, il y a du plaisir et c’est facile de travailler ensemble. C’est vraiment un bonheur de travailler avec eux. »

LVM: Si vous pouviez donner un conseil à des jeunes qui commencent leur quatuor, que leur diriez-vous? 

Olga R.: « Qu’il ne faut pas s’éparpiller. La programmation est très importante, il faut bien choisir les œuvres, et c’est énormément de travail, mais c’est aussi un grand bonheur. La musique de chambre, et le quatuor, c’est vraiment un partage. Nous sommes quatre musiciens très différents dans la vie, mais quand on est ensemble, le but ultime de ce qu’on fait c’est de sonner comme un instrument, d’avoir une vision commune. Le but, c’est la musique et c’est tout ce qui compte. À quatre, il faut faire énormément de compromis, il faut qu’on trouve une interprétation commune. C’est donc important d’avoir des gens avec qui on se sent bien, avec qui on partage une vision. Je me sens choyée, car cela fait 35 ans que je fais du quatuor à cordes. Je me sens privilégiée d’avoir accès à de grandes œuvres et de travailler avec des collègues d’un si haut niveau artistique. »

LVM: Vous avez aussi créé un concours de composition? 

Olga R.: « Oui, nous avons eu huit éditions. C’est maintenant aux trois ans. Depuis le début, nous avons suscité la création d’environ 1000 œuvres inédites. Nous ne les avons évidemment pas toutes jouées, mais nous les avons toutes étudiées, sur la partition. Nous avons eu des gagnants vraiment extraordinaires, qui font carrière.

Parmi nos belles réalisations, il faut aussi mentionner notre Vidéothèque québécoise Quatuor Molinari, que nous avons lancée au début de la pandémie. On trouvait important d’avoir un site pour y déposer des quatuors québécois, dont la plupart ont même été écrits pour nous. On y trouve des biographies des compositeurs et des liens pour trouver les partitions. Ça peut servir d’outil pour les jeunes musiciens, et nous allons continuer ce projet. »

LVM: Qu’allez-vous jouer à votre concert anniversaire? 

Olga R.: « Pour faire le programme, j’ai puisé dans des œuvres que nous avons déjà jouées et qui représentent des moments importants. Ce sont tous des compositeurs dont nous avons joué l’intégrale des quatuors à cordes, et nous avons enregistré ceux de trois d’entre eux, soit Kurtág, Schnittke et Penderecki. Le seul que nous n’avons pas enregistré est Ligeti.

Concert les 25 ans du Molinari, 14 octobre, 19h30, salle de Concert du Conservatoire.

DÉTAILS ET BILLETS

Programme:

Quatuor no 2 d’Alfred Schnittke
Quatuor no 1 de György Ligeti
Six moments musicaux op. 44 de György Kurtág
Quatuor no 4 de Krzysztof Penderecki

Le 9 octobre, 14h30, ceux qui souhaitent se préparer au concert peuvent également assister à l’événement Dialogue sur le plateau, à la Maison de la culture Plateau Mont-Royal. C’est une occasion d’entendre des extraits des œuvres ainsi que analyses par les musiciens pour mieux apprécier les pièces au programme. DÉTAILS

Inscrivez-vous à notre infolettre! La musique classique et l’opéra en 5 minutes, chaque jour  ICI 

Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

LES NOUVELLES DU JOUR DANS VOS COURRIELS

company logo
Conditions d'utilisation & Politique de vie privée
© 2022, Museland Media, Inc., Tous droits réservés.