EXCLUSIF | Marie-Eve Scarfone remplace Barenboim au pied levé auprès de Cecilia Bartoli à Berlin

Par Caroline Rodgers le April 16, 2022

Marie-Eve Scarfone, pianiste. (Photo: Brent Callis Photography)
Marie-Eve Scarfone, pianiste. (Photo: Brent Callis Photography)

Alors que le célèbre pianiste Daniel Barenboim est souffrant et vient d’annuler plusieurs concerts, la Québécoise Marie-Eve Scarfone l’a remplacé au pied levé en accompagnant Cecilia Bartoli en récital au Staatsoper Berlin, hier soir. Une mission tout à fait inattendue!

Diplômée de la Manhattan School of Music et de l’Université de Montréal, Marie-Ève Scarfone est pianiste-coach depuis plusieurs années. Elle a été, entre autres, pianiste et cheffe de chant principale à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal de 2017 à 2020. Elle est cheffe de chant à l’Opéra de Zurich depuis septembre 2020.

Contactée par Ludwig van Montréal, elle a eu la gentillesse de nous raconter son expérience et les circonstances qui l’ont menée à jouer sur cette scène prestigieuse en compagnie de la grande mezzo italienne pour un récital dont le programme comprenait des pièces de Schubert, Haydn et Rossini.

« J’avais aidé Cecilia à préparer ce récital il y a quelques semaines donc j’étais familière avec elle et avec son répertoire, écrit-elle. Mais j’étais loin d’être au niveau de préparation “récital au Staatsoper”, sans compter que nos deux répétitions dataient de quelque temps. Depuis, j’étais occupée à jouer plusieurs opéras à Zürich et je me préparais pour mon premier Pelléas et Mélisande – les répétitions commencent ce lundi à Neuchatel (Suisse).

Cecilia m’a passé un coup de fil mercredi soir après le concert où Barenboim a eu un malaise. Elle m’a invitée à venir jouer avec elle mais vraiment sans pression et m’a même donné la nuit pour y penser.
Je n’ai évidemment pas fermé l’œil et jeudi matin tôt je lui ai annoncé que je viendrais.

Combiner les facteurs “c’est Barenboim qui devait jouer” et “je suis complètement sous-préparée” est assez paniquant! Je me suis sentie complètement « imposteur » pendant toute la journée jeudi, mais tout en me rappelant que je suis habituellement performante dans ces situations de remplacement au pied levé.

Quand je suis arrivée à ma répétition jeudi soir 21h – on a répété jusqu’à pas loin de minuit! –
Cecilia m’a remerciée d’être là, sans quoi il n’y aurait pas de concert, puisque j’étais la seule autre personne qui connaisse son répertoire. A ce moment, mon état d’esprit a changé. It’s not about me! D’accord, les gens n’auront pas deux légendes sur scène mais ils auront leur concert!

En entrant sur scène hier, les gens ont applaudi Cecilia si longtemps et si chaleureusement avant même qu’elle chante! C’est venu renforcer l’idée que j’étais ici tout simplement pour rendre service à tout ce beau monde en permettant la rencontre entre Cecilia et son public. 

Au final, je crois que ça a très bien été, j’ai même eu beaucoup de plaisir! J’ai senti Cecilia en confiance et libre. C’est un immense honneur pour moi qu’une artiste de ce calibre m’ait fait confiance. Mission accomplie. » – Marie-Eve Scarfone

Il reste que nous pouvons, au Québec, être fiers d’elle!

Merci à notre collègue Arthur Kaptainis de nous avoir signalé cette nouvelle.

Inscrivez-vous à notre infolettre! La musique classique et l’opéra en 5 minutes, chaque jour  ICI 

Partager cet article

EXCLUSIF | Marie-Eve Scarfone remplace Barenboim au pied levé auprès de Cecilia Bartoli à Berlin

Marie-Eve Scarfone, pianiste. (Photo: Brent Callis Photography)
Marie-Eve Scarfone, pianiste. (Photo: Brent Callis Photography)
Marie-Eve Scarfone, pianiste. (Photo: Brent Callis Photography)

Alors que le célèbre pianiste Daniel Barenboim est souffrant et vient d’annuler plusieurs concerts, la Québécoise Marie-Eve Scarfone l’a remplacé au pied levé en accompagnant Cecilia Bartoli en récital au Staatsoper Berlin, hier soir. Une mission tout à fait inattendue!

Diplômée de la Manhattan School of Music et de l’Université de Montréal, Marie-Ève Scarfone est pianiste-coach depuis plusieurs années. Elle a été, entre autres, pianiste et cheffe de chant principale à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal de 2017 à 2020. Elle est cheffe de chant à l’Opéra de Zurich depuis septembre 2020.

Contactée par Ludwig van Montréal, elle a eu la gentillesse de nous raconter son expérience et les circonstances qui l’ont menée à jouer sur cette scène prestigieuse en compagnie de la grande mezzo italienne pour un récital dont le programme comprenait des pièces de Schubert, Haydn et Rossini.

« J’avais aidé Cecilia à préparer ce récital il y a quelques semaines donc j’étais familière avec elle et avec son répertoire, écrit-elle. Mais j’étais loin d’être au niveau de préparation “récital au Staatsoper”, sans compter que nos deux répétitions dataient de quelque temps. Depuis, j’étais occupée à jouer plusieurs opéras à Zürich et je me préparais pour mon premier Pelléas et Mélisande – les répétitions commencent ce lundi à Neuchatel (Suisse).

Cecilia m’a passé un coup de fil mercredi soir après le concert où Barenboim a eu un malaise. Elle m’a invitée à venir jouer avec elle mais vraiment sans pression et m’a même donné la nuit pour y penser.
Je n’ai évidemment pas fermé l’œil et jeudi matin tôt je lui ai annoncé que je viendrais.

Combiner les facteurs “c’est Barenboim qui devait jouer” et “je suis complètement sous-préparée” est assez paniquant! Je me suis sentie complètement « imposteur » pendant toute la journée jeudi, mais tout en me rappelant que je suis habituellement performante dans ces situations de remplacement au pied levé.

Quand je suis arrivée à ma répétition jeudi soir 21h – on a répété jusqu’à pas loin de minuit! –
Cecilia m’a remerciée d’être là, sans quoi il n’y aurait pas de concert, puisque j’étais la seule autre personne qui connaisse son répertoire. A ce moment, mon état d’esprit a changé. It’s not about me! D’accord, les gens n’auront pas deux légendes sur scène mais ils auront leur concert!

En entrant sur scène hier, les gens ont applaudi Cecilia si longtemps et si chaleureusement avant même qu’elle chante! C’est venu renforcer l’idée que j’étais ici tout simplement pour rendre service à tout ce beau monde en permettant la rencontre entre Cecilia et son public. 

Au final, je crois que ça a très bien été, j’ai même eu beaucoup de plaisir! J’ai senti Cecilia en confiance et libre. C’est un immense honneur pour moi qu’une artiste de ce calibre m’ait fait confiance. Mission accomplie. » – Marie-Eve Scarfone

Il reste que nous pouvons, au Québec, être fiers d’elle!

Merci à notre collègue Arthur Kaptainis de nous avoir signalé cette nouvelle.

Inscrivez-vous à notre infolettre! La musique classique et l’opéra en 5 minutes, chaque jour  ICI 

comments powered by Disqus

LES NOUVELLES DU JOUR DANS VOS COURRIELS

company logo
Conditions d'utilisation & Politique de vie privée
© 2022, Museland Media, Inc., Tous droits réservés.