DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

ENTREVUE | Charles Richard-Hamelin: "Les Préludes sont comme un voyage dans la tête de Chopin"

Par Caroline Rodgers le 10 avril, 2021

Charles Richard-Hamelin, pianiste. (Photo: Julien Faugère)
Charles Richard-Hamelin, pianiste. (Photo: Julien Faugère)

Charles Richard-Hamelin lance ce mois-ci son nouveau disque, les 24 Préludes de Chopin, avec Analekta, et sera en récital à la salle Bourgie du  22 au 28 mai, ainsi que le 3 juin. Il reste encore une poignée de billets! DÉTAILS

Pour l’occasion, il nous parle de son approche de ce cycle et de son amour pour le compositeur.

Caroline Rodgers : « J’ai toujours eu l’impression que les Préludes occupaient une place un peu à part dans l’œuvre de Chopin. Lorsqu’un pianiste en fait une intégrale, ça attire toujours beaucoup l’attention, mais toi, comment vois-tu les Préludes? »

Charles Richard-Hamelin : « Ils sont bien sûr un incontournable dans l’œuvre de Chopin, et je ne voulais pas attendre trop longtemps avant de me lancer là-dedans car c’est très difficile, pour plusieurs raisons. Ce que j’aime, et ce qui frappe, quand on écoute le cycle dans son ensemble, c’est l’originalité. Harmoniquement, Chopin va dans des directions assez rares, chez lui, et parfois dissonantes. Il arrive que l’on ne soit plus trop certain de notre centre tonal, comme dans le no 2 et le no 14. Et c’est aussi plus abstrait, du côté formel.

Dans un prélude, le fil continu change, et certains auraient pu être des études. Ce qui est génial, c’est qu’on a là un microcosme de toute l’œuvre de Chopin. J’aime aussi la question « doit-on les jouer en ordre et au complet? » ou non, car on sait qu’il ne les a pas écrits comme ça. Plusieurs ont été composés à Majorque, alors que Chopin était malade, et ce fut un séjour désastreux. On trouve d’ailleurs en abondance, dans ce cycle, une sorte d’énergie, de violence, qui est rare chez lui, avec des changements d’ambiance soudains, ce qui est très intéressant. Il y a aussi la tension, l’inconfort, la friction qui sont présents et que j’essaie de garder, mais aussi de grands moments de détente. On y trouve également certaines de ses pages les plus éblouissantes. À la fin, on a l’impression d’avoir fait un voyage dans la tête de Chopin. »

 

 

Caroline R. : « Comment t’es-tu préparé pour cette intégrale, comment l’as-tu abordée? »

Charles Richard-Hamelin : « Ça a été particulier à cause de la pandémie, parce que j’étais supposé les jouer plusieurs fois en 2020. C’était au programme de presque tous mes récitals, j’avais une tournée au Japon de prévue, je devais faire mes débuts à Wigmore Hall, et à cause de la COVID-19, je n’ai pratiquement pas eu l’occasion de jouer devant un public. Le travail a donc été très différent. Habituellement, lorsque j’enregistre quelque chose, c’est après l’avoir joué une cinquantaine de fois en concert, et l’enregistrement devient comme un prolongement naturel. Avec les Préludes, ça n’a pas été le cas du tout. Les concerts ont été remplacés par du temps à la maison à étudier la partition, à écouter des enregistrements, et cela m’a permis de retrouver une sorte d’état d’esprit d’étudiant, sans concerts ni voyages. J’ai eu du temps pour me retrouver et j’avais l’occasion de creuser, de chercher. C’était une approche parfaite pour ce genre de pièces très particulières, chaque prélude est tellement spécifique, il faut vraiment réfléchir à ce qu’on veut faire. Je suis content d’avoir eu tout ce temps. »

Caroline R. : parlant d’enregistrements, quels sont ceux qui t’ont inspiré, ou que tu as préférés?

Charles Richard-Hamelin : « La version que je connais le mieux et que j’avais déjà quand j’étais jeune est celle de Martha Argerich, des années 1970, elle me reste en tête, même si je ne suis pas le même genre de pianiste. J’y reviens souvent pour voir ce qu’elle fait. Pollini aussi, bien que très différent, les vieilles versions de Cortot. C’est l’un des cycles les plus enregistrés, alors on pourrait se demander : mais pourquoi le faire? Avec mon amour pour Chopin, et le concours Chopin, je resterai toujours associé à ce compositeur et je serais très heureux de continuer de le jouer pendant plusieurs années. »

Caroline : « Sur Facebook, tu as partagé une vidéo de ton interprétation du prélude no 17, en disant que c’était ton préféré. Pourquoi?

Charles Richard-Hamelin : « Je pense qu’il est particulièrement inspirant et inspiré. La mélodie est très lyrique, les harmonies sont un peu surprenantes, je trouve qu’on se rapproche parfois de Fauré. Dans le no 6, Chopin fait parfois des choix harmoniques qui n’ont aucune raison d’être que de donner une couleur particulière, il n’y a pas de chemin logique pour en arriver là. »

Caroline : « Et lequel as-tu trouvé le plus difficile? »

Charles Richard-Hamelin : « Je n’ai pas de très grandes mains, alors le no 19 m’a donné beaucoup de fil à retordre, mais je suis content d’être arrivé à faire quelque chose. Et bien sûr, le no 16, que tout le monde connait bien. Il faut travailler très lentement et intelligemment si on ne veut pas que ça sonne n’importe comment. Il faut être méthodique dans sa pratique pour arriver à un bon résultat. »

Il s’agit du 8e disque du pianiste sous étiquette Analekta, et son 5e de Chopin. Il a été enregistré au Palais-Montcalm, à Québec, sur le piano Steinway de la salle de concert. En plus des 24 Préludes de Chopin, on y retrouve également l’Andante Spinato & Grande Polonaise Brillante, op. 22. 

SITE D’ANALEKTA

Charles Richard-Hamelin en récital à la salle Bourgie:

Du 22 au 28 mai et le 3 juin 2021. DÉTAILS ET BILLETS

Inscrivez-vous à notre infolettre! La musique classique et l’opéra en 5 minutes, chaque jour  ICI 

Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

NOUVELLE | Concours musical international de Montréal : ce qu'il faut savoir sur la demi-finale

Par Caroline Rodgers le 21 avril, 2021

Le Concours musical international de Montréal a dévoilé cette semaine l'ordre de passage des candidats pour sa demi-finale, qui aura lieu du 26 au 30 avril.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

NOUVELLE | Le Concours musical international de Montréal dévoile les 8 finalistes de l'édition Piano 2021

Par Caroline Rodgers le 30 avril, 2021

Après cinq jours de demi-finales présentées à 100% en webdiffusion, le Concours musical international de Montréal vient d'annoncer les noms des huit finalistes de son édition Piano 2021. 
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

COMPTE-RENDU | CMIM: coup de cœur pour le Chinois Zhu Wang au Jour 3 des demi-finales

Par Caroline Rodgers le 29 avril, 2021

La troisième journée des demi-finales du Concours musical international de Montréal, Piano 2021, s'est bien passée hier avec quelques découvertes et un coup de cœur personnel pour le candidat de la Chine, Zhu Wang. 
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.