DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

NOUVELLE | L'OSM lance un projet pour les enfants autistes avec Michel Phaneuf

Par Caroline Rodgers le 12 novembre, 2020

À gauche: Michel Phaneuf. À droite: une jeune élève participante au programme OSMose. (Photos: courtoisie de l’OSM)

 

L’Orchestre symphonique de Montréal s’associe au sommelier, auteur et philanthrope Michel Phaneuf pour lancer le projet OSMose, qui sera dédié aux enfants présentant un trouble du spectre de l’autisme (TSA). Cette initiative est financée par Michel Phaneuf, grâce à un don de ce dernier de 100 000 $ répartis sur trois ans.

Le programme a commencé discrètement à l’automne 2019 à l’école Saint-Etienne du Centre de services scolaires de Montréal, auprès de trois classes d’élèves TSA ainsi que d’une classe régulière. Depuis décembre 2019, les enfants ont reçu, en plus de leur séance de musicothérapie hebdomadaire avec Nathalie Leroux, la visite de musiciens de l’OSM et de son chef assistant, Thomas Le Duc-Moreau.

L’idée, c’est de permettre à ces enfants dont les besoins particuliers ne permettent pas nécessairement de profiter des activités du volet jeunesse de l’OSM, d’avoir quand même accès à l’expérience du concert. C’est pourquoi une gamme de ressources pédagogiques spécialisées seront développées pour eux durant l’hiver et le printemps 2021, permettant ainsi de concrétiser les apprentissages du projet avec des outils éducatifs ciblés pour les publics à besoins particuliers.

Il est évidemment prévu que les participants du programme OSMose se rendent éventuellement à la Maison symphonique où, accompagnés par les musiciens de l’Orchestre, ils se familiariseront avec les lieux. Toute au long de l’année 2021, il seront également invités à participer à la création d’une œuvre collaborative, animée par leur professeur.

L’aboutissement du projet se fera lors d’un grand concert adapté, alors que tous les élèves de l’école Saint-Etienne seront invités à la Maison symphonique, et dont les détails seront dévoilés plus tard.

En 2016, Michel Phaneuf s’engageait sérieusement dans la philanthropie en vendant sa cave à vins personnelle pour créer un fonds de recherche sur la maladie de Parkinson, dont il est lui-même atteint et qui lui a fait perdre une partie de son odorat, l’empêchant ainsi d’apprécier le vin autant qu’avant. À l’époque, j’avais eu l’occasion de le rencontrer à son domicile, alors qu’il était nommé Personnalité de la semaine dans La Presse. Il m’avait alors parlé de son histoire et fait part de son intérêt pour la philanthropie. Il confiait alors:

« On arrive à un âge, dans la vie, où l’on réalise que donner, c’est très bon pour soi. On ne se sent pas dépouillé de l’argent qu’on donne, au contraire, ça nous fait du bien. J’aimerais tant que plus de gens le réalisent. À travers la philanthropie, on se sent utile, on sait qu’on rend service, qu’on a une raison d’être. »

Ce sont maintenant les enfants qui pourront bénéficier de sa générosité à travers ce nouveau projet avec l’OSM.

Au sujet de ce projet particulier, il déclare:

« J’ai toujours considéré deux choses essentielles à l’existence: la santé et la beauté. Dans mon cas, la première fut mon moteur, ma force; la seconde mon carburant, mon inspiration. Or, il est aussi démontré que la beauté peut venir en aide à la santé. En misant sur les vertus thérapeutiques de la musique pour stimuler et inspirer des enfants touchés par un trouble du spectre de l’autisme, le projet OSMose est porteur de grands espoirs. »

 

LIRE AUSSI:

 

NOUVELLE | L’OSM annonce six nouveaux concerts en webdiffusion, dont un concert d’Halloween gratuit

 

 

Caroline Rodgers

Rédactrice en chef chez Ludwig van Montréal
Caroline a découvert la musique à l'âge de 4 ans en observant un pianiste qui jouait dans un mariage. Elle a ensuite appris cet instrument et obtenu son baccalauréat en musique à l'Université Laval dans la classe de Joël Pasquier. Devenue journaliste musicale en 2009 à La Presse, où elle a signé des articles jusqu'en 2017, elle a pu marier ses deux passions: la musique et les mots. Elle est rédactrice en chef de Ludwig van Montréal.

Caroline Rodgers

Rédactrice en chef chez Ludwig van Montréal
Caroline a découvert la musique à l'âge de 4 ans en observant un pianiste qui jouait dans un mariage. Elle a ensuite appris cet instrument et obtenu son baccalauréat en musique à l'Université Laval dans la classe de Joël Pasquier. Devenue journaliste musicale en 2009 à La Presse, où elle a signé des articles jusqu'en 2017, elle a pu marier ses deux passions: la musique et les mots. Elle est rédactrice en chef de Ludwig van Montréal.
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

NOUVELLE | L'Orchestre Métropolitain dévoile les compositeurs gagnants de son grand concours L'héritage de Beethoven

Par Caroline Rodgers le 29 octobre, 2020

Ils sont quatre, et ils auront droit à une bourse de 5000 $ chacun, en plus d'assister à la création de leur oeuvre primée par l'Orchestre Métropolitain. Francis Battah, Nicholas Ryan, Cristina Garcia Islas et Marie-Pierre Brasset sont les gagnants du concours L'héritage de Beethoven, lancé par l'OM en juin dernier.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

NOUVELLE | Le Festival Classica annonce une édition avec 15 concerts en salle pour le mois de décembre

Par Caroline Rodgers le 10 novembre, 2020

Qui ne risque rien n'a rien! Au Festival Classica, on mise sur l'optimisme avec un rappel adapté de l'édition 2020 "De Beethoven à Bowie" qui avait dû être annulée au printemps à cause de la COVID-19 et du confinement. On prévoit quinze concerts, du 12 au 20 décembre, dans des églises de St-Lambert, Mirabel et Boucherville.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

ENTRETIEN | Arion Orchestre Baroque: l'art de s'adapter en 2020

Par Caroline Rodgers le 16 novembre, 2020

Pendant que la pandémie de COVID-19 continue de bouleverser l’économie, la vie sociale, les milieux de travail et la culture, nos organismes musicaux s’adaptent et doivent changer leurs approches en jonglant avec l’évolution des mesures sanitaires et des décisions gouvernementales parfois difficiles à suivre. Chez Arion Orchestre Baroque, on souhaite avant tout rester en contact avec le public et garder les musiciens actifs autant que possible. Mathieu Lussier, directeur artistique, raconte qu’il a fallu faire preuve de souplesse et d’inventivité.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.