DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

CRITIQUE | Orchestre Métropolitain: émouvantes retrouvailles à la Maison symphonique

Par Caroline Rodgers le 20 septembre, 2020

La mezzo-soprano Michèle Losier était soliste invité de l’Orchestre Métropolitain, le 20 septembre 2020. (Photo: François Goupil)

Je l’ai enfin retrouvée: cette émotion indescriptible que je cherchais depuis que les concerts sont de retour en salle. C’était au tour de l’Orchestre Métropolitain de lancer sa saison d’automne, dimanche après-midi. Encore une fois, les musiciens dirigés par Yannick Nézet-Séguin nous ont fait vivre des moments inoubliables.

Loin d’aller vers la facilité, le programme était principalement constitué du Chant de la Terre (Das Lied von der Erde), de Gustav Mahler, idéal pour nous faire apprécier les sonorités de toutes les sections de l’orchestre, qui comptait aujourd’hui 39 musiciens. Il s’agissait de la transcription pour orchestre de chambre d’Arnold Schoenberg et Rainer Riehn.

Le choix des solistes était parfait: Michèle Losier, mezzo-soprano, et Frédéric Antoun, ténor, tous deux en superbe forme vocale et complètement investis dans la musique. La voix de Frédéric Antoun brille particulièrement dans le troisième mouvement, Von der Jugend (De la Jeunesse), et Michèle Losier est sublime du début à la fin, surtout dans la finale, Der Abschied (L’Adieu).

 

Frédéric Antoun, ténor, invité de l’Orchestre Métropolitain, 20 septembre 2020. (Photo: François Goupil)

C’est cette finale, d’ailleurs, qui m’a plongée dans les larmes, et je n’étais pas la seule. J’en ai vu d’autres essuyer les leurs. Yannick a ce don de créer, avec l’OM, des moments de musique pure et de beauté qui nous renversent. Que c’était beau!

Je me permets, ici, d’emprunter une phrase qui m’avait marquée dans les prolifiques écrits de feu Claude Gingras, au sortir d’un récital du pianiste Emanuel Ax, en 2011. Il écrivait que le concert appartenait « à cette catégorie d’événements qui se situent à un tel niveau, à la fois d’immatérialité et d’intemporalité, qu’on aimerait rester seul à les revivre et ne pas avoir à décrire ou analyser le bonheur qu’on y a vécu« . C’est ainsi que je me sens au moment d’écrire ces lignes.

Nous sommes heureux. De tous ces concerts de l’OM auxquels j’ai assisté, je retiens des souvenirs impérissables, et celui-ci en est un. Qu’ils interprètent le Chant de la Terre à un tel niveau de maturité démontre que ce n’est pas un confinement qui pourra venir à bout de leur unité et de leur excellence.

Juste avant le Mahler, nous avons pu entendre Prayer, de la compositrice canadienne Vivian Fung.  Une pièce composée et créée pendant le confinement, basée sur un chant d’Hildegard von Bingen. Elle a été jouée pour la première fois en juillet dernier sur les ondes de CBC Radio One, par un orchestre formé de 36 musiciens de 28 orchestres canadiens dirigés par Yannick Nézet-Séguin. Faisant stylistiquement bonne figure aux côtés de Mahler, la pièce de cinq minutes aux accents postromantiques est poignante, fort réussie et mérite de s’inscrire au répertoire d’œuvres de compositeurs.trices vivant.es que l’on entend régulièrement.

Le concert était dédié aux victimes de la COVID-19. Ceux qui ont perdu la vie mais aussi ceux qui font face à des difficultés en raison du manque de travail et de tous les bouleversements que la pandémie a créés dans leur existence. S’il est vrai que l’année 2020 n’a été facile pour personne, y compris pour l’auteure de ces lignes, il y quand même un espoir retrouvé cet automne grâce au retour des concerts en salle, ainsi qu’un refuge privilégié dans notre amour de la musique à travers des événements comme celui-ci.

Ceux qui ont raté le concert pourront profiter de sa webdiffusion, du 2 au 9 octobre. 

 

LIRE AUSSI:

 

NOUVELLE | L’Orchestre symphonique de Laval sera la vedette de quatre films présentés dans les cinémas cet automne

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

CRITIQUE | Orchestre Métropolitain: Yannick au piano et le plaisir de faire de la musique ensemble

Par Caroline Rodgers le 12 avril, 2021

Dimanche après-midi, pour la première fois, Yannick Nézet-Séguin dirigeait l'Orchestre Métropolitain tout en étant soliste au piano, à l'occasion de deux concerts. Un beau moment de musique et un autre succès pour l'ensemble montréalais, toujours aussi résilient après un an de pandémie. 
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

DISQUES | Trois compositeurs, trois disques passionnants

Par Christophe Rodriguez le 31 mars, 2021

Cette semaine, notre chroniqueur a choisi trois albums entièrement dédiés à des compositeurs: Ravel, Hindemith et Friedrich Gulda, qui fut bien sûr pianiste classique, mais aussi compositeur de jazz. Bonne écoute!
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

ACTUALITÉS | Sept excellentes nouvelles en musique classique pour continuer sur une lancée positive

Par Caroline Rodgers le 26 mars, 2021

On ne peut certes pas encore parler d'un vrai "retour à la normale", les bonnes nouvelles se multiplient tout de même cette semaine en musique classique, et après un an de fermetures et d'annulations, on est heureux de ce printemps rempli de choses positives. Tour d'horizon de l'actualité de la dernière semaine.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.