LISZT | Ma musique d'île déserte: les disques que j'écoute depuis le début du confinement

Par Caroline Rodgers le March 24, 2020

 

Entre nous, je préfère de loin la musique « vivante », c’est-à-dire les concerts, aux enregistrements. Je ne collectionne pas, comme d’autres, les CD. Dans mon minuscule studio, je n’ai pas d’espace pour les accumuler. Comme j’en ai reçu une quantité monstre depuis quelques années, j’avoue que j’ai fait cadeau de plusieurs d’entre eux. Il existe cependant des albums dont je ne me départirai jamais. Ce sont mes disques « à apporter sur une île déserte ». Aujourd’hui, je ne suis pas sur une île déserte, mais dehors il y a le coronavirus. Voici les principaux disques que j’écoute en cette période de confinement.

 

1-Vladimir Horowitz: récital

La qualité de l’enregistrement de ce vieux recueil de RCA Victor n’est pas particulièrement bonne, mais j’éprouve un attachement particulier pour lui, car c’est l’un des premiers albums de musique classique que j’ai eus…en cassette. Cela nous ramène au cégep. Ces jours-ci, j’aime retrouver les Scènes d’enfants de Schumann et quelques sonates de Scarlatti sous les doigts magiques de mon pianiste préféré.

 

2-Glenn Gould: Variations Goldberg (1981)

Si j’étais obligée de n’en choisir qu’un seul, ce serait lui.

 

3-Louis Lortie: Études de Chopin

Un autre éblouissement de ma jeunesse.

 

4-Collegium Vocale Gent: l’Oratorio de Noël

Nous approchons plutôt de Pâques, mais ceci n’est pas une époque ordinaire. Alors Noël ou Pâques, je ne vois pas de raisons de s’abstenir d’une musique aussi extraordinaire, que j’ai eu la chance, un jour, d’entendre en concert avec l’ensemble de Philippe Herreweghe.

 

5-Orchestre symphonique de Montréal: Berlioz, Symphonie fantastique

Il y a des enregistrements auxquels on demeure attaché pour toujours. Un autre rappel des mes années d’études en musique. Pour moi, ce sera toujours LA version de la Symphonie fantastique.

 

6-Orchestre symphonique de Montréal: Le Sacre du printemps

Si c’était une véritable île déserte dont on ne peut pas revenir, on ne saurait y aller sans Le Sacre du printemps, qui remplacera notre café matinal une fois installé dans notre hutte entre deux palmiers.

 

7-Martha Argerich: début récital

Sur mon île, j’ai besoin de Martha et de sa Sonate en si mineur de Liszt.

 

8-Augustin Dumay & Louis Lortie: Johannes Brahms, Sonates pour violon.

Parce qu’il demeure essentiel de pleurer une fois de temps en temps.

 

9-Jean-Efflam Bavouzet: Haydn, piano concertos

La beauté de cet album suffit pour nous sauver d’une journée déprimante.

 

10-Julie Boulianne: Alma Opressa

Sans doute l’un des plus beaux albums vocaux des dix dernières années.

 

Bonus : quelques choix « pas classiques »

 

11-Richard Desjardins: tu m’aimes-tu?

Jamais sans Richard Desjardins!

 

12-Supertramp: Crime of the Century

La découverte musicale de mon adolescence. Il faut croire qu’à quinze ans, j’avais déjà des goûts passés de mode.

Inscrivez-vous à notre infolettre! La musique classique et l’opéra en 5 minutes, chaque jour  ICI 

Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

LES NOUVELLES DU JOUR DANS VOS COURRIELS

company logo
Conditions d'utilisation & Politique de vie privée
© 2022, Museland Media, Inc., Tous droits réservés.