DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

REPORTAGE | Les webdiffusions de McGill : une expérience unique au monde pour les étudiants

Par Caroline Rodgers le 13 février, 2020

Après avoir pu visiter le studio à la fine pointe de la technologie, on peut affirmer qu’il s’agit d’un programme exceptionnel pour former les étudiants des cours MUPD 204 et 205 – Production for digital Media 1 et 2. (Photo: Dominick Gravel)

Le 15 février, l’Orchestre symphonique de McGill jouera la Symphonie no 6 « Pastorale », de Beethoven, à la salle Pollack, sous la direction d’Alexis Hauser. Vous ne pouvez pas y aller? Grâce à la magie des diffusions en direct réalisées par les étudiants, il vous sera tout de même possible de voir et d’entendre ce concert qui s’annonce passionnant.

Après avoir pu visiter le studio à la fine pointe de la technologie, on peut affirmer qu’il s’agit d’un programme exceptionnel pour former les étudiants des cours MUPD 204 et 205 – Production for digital Media 1 et 2. Dans le cadre de ces cours, ils apprennent tout ce qu’ils doivent savoir pour filmer, enregistrer et diffuser des spectacles.

Georges Massenburg, professeur associé à l’enregistrement sonore et à la production vidéo, est responsable de cette initiative. Il mentionne que plusieurs des étudiants ayant suivi ces cours et vécu cette expérience ont trouvé facilement des emplois, car la diffusion de concerts et autres spectacles en « webcast » est de plus en plus populaire.

« Durant ces cours, nos étudiants apprennent une foule de choses, dit-il. Chacun d’entre eux participe à la production de webdiffusions. Nous leur apprenons comment filmer des vidéos, les éditer, les réaliser et les produire. Nous formons des vidéastes professionnels. Plusieurs de ces étudiants ont appris suffisamment pendant leur parcours scolaire pour être recrutés. Les gens, aujourd’hui, aiment écouter de la musique, mais énormément de gens veulent également voir les prestations musicales. »

Pour la webdiffusion des concerts et opéras présentés par la Schulich School of Music, le matériel hautement sophistiqué utilisé dans le programme permet la captation et la diffusion. Les étudiants sont équipés, entre autres, de nouvelles caméras 4K et de nombreux microphones, le tout étant orchestré à partir d’une salle de contrôle aux multiples écrans.

 

Crédit photo: Tam Lan Truong

« Le 4K est la nouvelle technologie et c’est ce que nos étudiants doivent apprendre, alors nous en avons fait l’acquisition », dit Georges Massenburg. Les caméras 4K ont d’ailleurs été utilisées pour la première fois à l’occasion de la webdiffusion de La Flûte enchantée, en 2018.

Mais avant chaque webdiffusion, ils doivent s’exercer! Ils font donc d’abord des « répétitions » des futures webdiffusions, pour prévenir et anticiper tous les problèmes et incidents qui pourrait survenir.

« Les webdiffusions sont remplies d’imprévus, dit le professeur. Sur le plan technique, c’est très complexe, une foule d’éléments sont en jeu. On a besoin de faire une répétition car tout peut arriver, les chances d’erreurs sont grandes. Une partie importante de ce que nous enseignons, c’est à se débrouiller avec les exceptions et les imprévus. Le plus important de cet apprentissage, c’est de faire attention aux détails, en tout temps. Ils doivent être préparés comme des professionnels. Ce sont des musiciens, donc ils ont déjà l’habitude de porter attention aux détails et d’écouter, mais quand on devient professionnel et responsable d’une production, c’est un tout autre niveau de professionnalisme qu’ils doivent acquérir. »

 

Crédit photo: Tam Lan Truong)

Un programme unique

Aucun autre programme similaire à celui de McGill n’existe dans le monde, selon Georges Massenburg.

Lors de notre visite au studio de webdiffusion de McGill, nous avons pu observer les étudiants durant leurs préparatifs. Avant la webdifussion, l’un des étudiants étudie attentivement la partition et prévient les autres membres de l’équipe de ce qui approche, par exemple, un solo instrumental. Chaque caméra est reliée à un écran de contrôle, de manière à pouvoir suivre la ‘’chorégraphie’’ des caméras en temps réel et prendre des décisions sur ce qui sera montré, question de rendre la webdiffusion la plus intéressante possible pour l’auditeur.

John Castillo, diplômé de la maîtrise en enregistrement sonore en 2018, est maintenant chargé de cours pour le MUPD 204 et 205 – Production for digital Media 1.

‘’Dans un semestre, on peut faire de cinq à sept webdiffusions, explique-t-il. Pour chacune d’entre elles, nous avons de deux à trois heures de pré-production, mais nous essayons d’acquérir de la vitesse pour diminuer ce temps. Dans l’équipe de webdiffusions, nous avons autour de 15 personnes. Si on compare à des équipes de professionnels, par exemple les gens qui font la diffusion des concerts du Berliner Philharmoniker, ils sont moins nombreux parce qu’une personne peut contrôler plusieurs caméras, mais cela varie selon le type de spectacle et de production. Toutefois, ce que nous faisons ici est assez représentatif de ce qui se fait dans des webdiffusions professionnelles.’’

On pourra observer les fruits de leur travail lors de la webdiffusion en direct du concert de l’Orchestre symphonique de McGill, le samedi 15 février, 19 h 30, sur la chaîne YouTube de la Schulich School of Music, mais aussi, d’autres événements d’ici la fin de la saison, dont voici les détails :

21 février, 19 h 30 : Concert d’ouverture du Festival Jeux de chaises

29 février, 20 h 00 : Concert de clôture du Festival Jeux de chaises

11 mars, 17 h: Recherche en lumière: « Cultural Convergences » 

21 mars, 19 h 30: Brahms, Ein deutsches Requiem 

28 mars, 19 h 30: Opéra McGill, Acis and Galatea

9 avril, 19 h 30: Orchestre à vent de McGill: « In Memoriam »

Ce reportage a été commandité par l’Université McGill. Pour connaître nos tarifs, écrivez-nous à caroline@ludwig-van.com 

Caroline Rodgers

Rédactrice en chef chez Ludwig van Montréal
Caroline a découvert la musique à l'âge de 4 ans en observant un pianiste qui jouait dans un mariage. Elle a ensuite appris cet instrument et obtenu son baccalauréat en musique à l'Université Laval dans la classe de Joël Pasquier. Devenue journaliste musicale en 2009 à La Presse, où elle a signé des articles jusqu'en 2017, elle a pu marier ses deux passions: la musique et les mots. Elle est rédactrice en chef de Ludwig van Montréal.

Caroline Rodgers

Rédactrice en chef chez Ludwig van Montréal
Caroline a découvert la musique à l'âge de 4 ans en observant un pianiste qui jouait dans un mariage. Elle a ensuite appris cet instrument et obtenu son baccalauréat en musique à l'Université Laval dans la classe de Joël Pasquier. Devenue journaliste musicale en 2009 à La Presse, où elle a signé des articles jusqu'en 2017, elle a pu marier ses deux passions: la musique et les mots. Elle est rédactrice en chef de Ludwig van Montréal.
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

NOUVELLE | Attentat à la pudeur: Edgar Fruitier reconnu coupable

Par Caroline Rodgers le 22 juillet, 2020

Le comédien, chroniqueur et mélomane Edgar Fruitier a été reconnu coupable d'attentat à la pudeur sur un adolescent au palais de justice de Longueuil, ce matin.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

NOUVELLE | Charles Richard-Hamelin donnera un récital exclusif pour clôturer le Festival de Lanaudière "connecté" 2020

Par Caroline Rodgers le 28 juillet, 2020

Le Festival de Lanaudière, qui donne cette année une édition "connectée" en raison de la pandémie de COVID-19, vient d'annoncer un récital exclusif du pianiste Charles Richard-Hamelin, qui sera capté au Musée de Joliette et diffusé le 9 août à 15 h 30.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

NOUVELLE | Treize chanteurs québécois se réunissent pour une intégrale des mélodies de Massenet en première mondiale

Par Caroline Rodgers le 21 juillet, 2020

Cet automne, la crème des chanteurs du Québec sera réunie autour d'un projet audacieux: l'enregistrement d'une intégrale des mélodies de Jules Massenet, soit 12 CD en trois coffrets, un projet de 275 000 $ qui se préparait depuis trois ans, et dont la réalisation a été en quelque sorte devancée par la pandémie.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.