DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

SOUS LA LOUPE | Les Sonates pour violon et piano de Beethoven, selon James Ehnes

Par Caroline Rodgers le 7 juin, 2019

James Ehnes
James Ehnes jouera l’intégrale des Sonates pour violon et piano de Beethoven avec Andrew Armstrong dans le cadre du Festival de musique de chambre de Montréal, les 13, 14 et 15 juin. (Photo: Benjamin Ealovega)

Le Festival de musique de chambre de Montréal commence aujourd’hui, sous le thème « Beethoven chez nous » et se déroulera jusqu’au 16 juin. Au cœur d’une programmation de très haut niveau, se trouve une occasion unique: celle d’entendre l’intégrale des Sonates pour violon et piano de Beethoven par le grand violoniste canadien James Ehnes.

Nous avons posé six questions à cet artiste sur le cycle mythique de Beethoven, qu’il interprétera en trois concerts avec le pianiste Andrew Armstrong.

LvM-Depuis combien de temps jouez-vous les Sonates pour violon et piano de Beethoven?

James Ehnes: « Je crois que j’ai étudié ma première quand j’avais environ 13 ans. C’était la Sonate no 2 en do mineur, op. 30. Mon cher professeur, Francis Chaplin, m’a fait cadeau d’un magnifique cahier de partitions de l’intégrale des sonates pour Noël, que j’ai encore. Je me souviens du sentiment d’excitation que je ressentais à l’idée que j’allais entreprendre un incroyable périple. »

LvM-Depuis que vous avez commencé à les jouer, avez-vous changé votre interprétation?

James Ehnes: « Bien sûr, les interprétations changent avec le temps. Je suis certain que mes prestations, maintenant, sont très différentes de celles que je donnais quand j’étais adolescent, et j’espère que si j’ai la chance de jouer encore lorsque j’aurai 60 ou 70 ans, elles seront différentes de ce qu’elles sont maintenant. Je ne crois pas que mon amour pour la musique ait changé, mais ma compréhension a certainement évolué, et évidemment, nous sommes différents chaque jour. Nous évoluons, et nos interprétations évoluent avec nous. »

LvM – Qu’est-ce qui a changé dans votre vie en tant que musicien, après avoir joué le cycle en entier?

James Ehnes: « La première fois que j’ai joué le cycle entier, c’était en 2001, avec le pianiste Louis Lortie, aussi à Montréal! En fait, je n’ai pas joué l’intégrale depuis, alors c’est un événement très spécial dans ma vie. Il y a des avantages à connaître le plus de musique possible d’un même compositeur, cela vous donne une meilleure compréhension de leur notation et de la façon dont ils s’expriment. C’est le cas avec tous les compositeurs.

 

« Je pense que de jouer l’intégrale des quatuors de Beethoven a été aussi important, sinon plus, dans ma compréhension de l’écriture de Beethoven, que l’ont été les sonates. Il était très logique dans sa notation, et très constant avec lui-même, bien qu’il ait évidemment évolué pendant sa carrière, et qu’il soit très important de comprendre cette évolution. » – James Ehnes

 

La façon dont il a écrit pour l’instrument dans l’opus 12 est différente de celle dont il a écrit l’opus 96, et il est utile d’avoir étudié les sonates écrites entre les deux pour observer la façon dont sa musique a changé. Les opus 59, 74 et 95 des quatuors à cordes sont très utiles pour faire des liens entre la 9e et la 10e sonate, qui viennent de différentes périodes et d’univers émotionnels très différents. »

 

James Ehnes - Andrew Armstrong
James Ehnes et Andrew Arsmtrong. (Photo: courtoisie)

LvM-Si vous deviez décrire les Sonates pour violon et piano de Beethoven à quelqu’un qui n’est pas du tout familier avec ce cycle, que diriez-vous?

James Ehnes: « C’est comme de vouloir décrire le monde en quelques courts paragraphes! La meilleure description de la musique est l’écoute. Ces pièces couvrent un large spectre d’émotions, de la virtuosité confiante de la première sonate à l’impression de provenir d’un autre monde de la dixième. L’intensité dramatique et la virtuosité de la « Kreutzer » (No 9) justifient la place importante qu’elle occupe dans la littérature musicale, et bien entendu, la beauté de la sonate « Printemps » (No 5) en a fait l’une des favorites du public depuis des générations, mais elles sont toutes passionnantes à leur façon, tout en étant très différentes.

LvM-Qu’est-ce que ces sonates nous enseignent sur Beethoven, son style, sa vie ou sa personnalité?

« Je crois que ces sonates nous rappellent à quel point Beethoven était un compositeur « complet ». Elles ont des mélodies incroyables, elles intègrent la virtuosité aussi bien que la simplicité, elles ont de la joie, du désespoir, de l’humour, du drame, et toutes les émotions que l’on peut imaginer. » – James Ehnes

 

« Et elles sont de vrai « duos » car chaque instrument est aussi important. Elles sont parmi les plus grandes œuvres musicales que nous avons, et je me sens privilégié qu’elles aient été écrites pour le violon, car je peux les jouer! »

LvM- Si vous deviez en choisir une seule en sachant que vous ne pourrez plus jouer les autres pour le reste de votre carrière, laquelle choisiriez-vous, et pourquoi?

James Ehnes: « Si vous me posiez cette question chaque jour de la semaine, je donnerais probablement une réponse différente chaque jour! Mais aujourd’hui, je crois que je dirais la Kreutzer, seulement parce que c’est la plus longue, et qu’ainsi, j’aurais plus de musique à jouer! Pour être totalement honnête, chacune d’entre elle est ma favorite lorsque je la joue. Elles sont toutes également extraordinaires, dans mon esprit. »

Les Sonates pour violon et piano de Beethoven, intégrale en trois concerts par James Ehnes et Andrew Armstrong, les 13, 14 et 15 juin, 20 h, salle Bourgie.

DÉTAILS ET BILLETS 13 juin

DÉTAILS ET BILLETS 14 juin

DÉTAILS ET BILLETS 15 juin

LIRE AUSSI:

FESTIVALS 2019 | Gregory Charles, James Ehnes et Joseph Kaiser au Festival de musique de chambre de Montréal

Abonnez-vous à notre infolettre! C’est gratuit!

 

Caroline Rodgers

Rédactrice en chef chez Ludwig van Montréal
Caroline a découvert la musique à l'âge de 4 ans en observant un pianiste qui jouait dans un mariage. Elle a ensuite appris cet instrument et obtenu son baccalauréat en musique à l'Université Laval dans la classe de Joël Pasquier. Devenue journaliste musicale en 2009 à La Presse, où elle a signé des articles jusqu'en 2017, elle a pu marier ses deux passions: la musique et les mots. Elle est rédactrice en chef de Ludwig van Montréal.

Caroline Rodgers

Rédactrice en chef chez Ludwig van Montréal
Caroline a découvert la musique à l'âge de 4 ans en observant un pianiste qui jouait dans un mariage. Elle a ensuite appris cet instrument et obtenu son baccalauréat en musique à l'Université Laval dans la classe de Joël Pasquier. Devenue journaliste musicale en 2009 à La Presse, où elle a signé des articles jusqu'en 2017, elle a pu marier ses deux passions: la musique et les mots. Elle est rédactrice en chef de Ludwig van Montréal.
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

NOUVELLE | Il est minuit moins une pour les Petits Chanteurs du Mont-Royal

Par Béatrice Cadrin le 20 juin, 2019

Une centaine de parents et sympathisants se sont rassemblés ce midi sous la pluie pour manifester leur soutien aux PCMR au moment où la survie de l'institution devient de plus en plus incertaine.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

LISZT | 9 pièces de musique classique inspirées de musique folklorique québécoise

Par Béatrice Cadrin le 24 juin, 2019

Pour célébrer la Saint-Jean-Baptiste, voici notre Liszt d'oeuvres classiques inspirées par la musique folklorique québécoise.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

CMIM | Compte-rendu de la grande finale: émotions fortes et prix bien mérités

Par Béatrice Cadrin le 6 juin, 2019

Hier soir avait lieu la dernière soirée de finale du Concours musical international de Montréal, et la remise des prix. C'est Hao Zhou, des États-Unis, qui a remporté le Premier Prix et le Prix du public Radio-Canada, suivi de Johanna Pilchmair (Autriche) en seconde place et de Fumika Mori (Japon/Allemagne) en troisième place.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.