DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

CRITIQUE | Début de saison coup de poing pour l'Orchestre Métropolitain et Nicholas Angelich

Par Caroline Rodgers le 6 octobre, 2018

Nicholas Angelich avec l'Orchestre Métropolitain sous la direction de Yannick Nézet-Séguin, 5 octobre 2018. (Crédit: François Goupil)
Nicholas Angelich avec l’Orchestre Métropolitain sous la direction de Yannick Nézet-Séguin, 4 octobre 2018. (Crédit: François Goupil)

L’Orchestre Métropolitain lançait sa saison, jeudi soir, avec un concert percutant en compagnie du pianiste Nicholas Angelich. Un programme repris à Toronto, hier soir, au Koerner Hall.

Après un mot de bienvenue du directeur général, Jean R. Dupré et une introduction éclairante de Yannick Nézet-Séguin sur ce qui allait être joué, la première pièce était Avril, du brillant Nicolas Gilbert, en création. Une pièce complexe d’environ 14 minutes tellement riche en idées qu’elle en devient difficile à décrire. Si le chef d’orchestre, dans son discours, l’a qualifiée de « positive » on peut tout de même dire qu’elle porte une gravité, un côté russe et des couleurs sombres à la Chostakovitch, surtout dans sa première partie. La deuxième partie se décline autour d’un long motif descendant qui revient en boucle. Dans l’ensemble, une pièce réussie, exigeante mais dont l’écoute s’avère passionnante.

Le pianiste Nicholas Angelich joue le Concerto no 4 de Rachmaninov avec une éloquence simple qui force l’admiration. S’il joue avec un certain détachement, il impressionne par sa capacité à produire une sonorité claire et franche qui se détache clairement de l’orchestre même dans les nuances les plus douces. Son jeu est posé, naturel, sans artifices ni sentimentalité, faisant preuve de sobriété dans l’usage de la pédale et doté d’une puissance sans dureté, bien ancrée dans son physique de géant calme. S’il est devenu cliché, en parlant des pianistes, de dire que tout pour eux a l’air facile, si quelqu’un incarne cette affirmation, c’est bien Nicholas Angelich. Il en impose tellement sans faire d’efforts que l’on peut difficilement porter attention à autre chose qu’à lui. En ce sens, il vole la vedette à l’orchestre sans le vouloir, simplement par l’intelligence sans prétention de son approche pianistique.

Sibelius

Qu’à cela ne tienne, l’OM nous en mettra plein les oreilles en deuxième partie du concert avec la grandiose Symphonie no 1 de Sibelius. Le tout commence par un faux départ volontaire, alors que Yannick Nézet-Séguin, agacé par les toux incessantes provenant de la salle, interrompt l’introduction à la clarinette pour se retourner vers la foule en lui demandant de faire plus attention.  C’est important, d’autant plus qu’on procède à des tests de son en prévision d’une captation par ATMA Classique. Toutefois, contrairement à l’an dernier, il ne semble pas fâché comme lorsqu’il était intervenu pendant Les nuits d’été, de Berlioz, avec Marie-Nicole Lemieux, qui étaient décorées d’un véritable concert de toux insupportables entre chaque partie.

Et on recommence, pour enfin écouter dans le calme l’oeuvre de Sibelius dans une lecture allant dans le sens logique de l’écriture du compositeur: franche, ambitieuse, éclatante, colorée, misant sur des contrastes fortement accentués par les différentes sections. L’impact global est fort. Toutefois, ce sont les moments tendres et doux – dont la transmission quasi-amoureuse est l’une des plus grandes forces de Yannick Nézet-Séguin – qui nous transportent par leur beauté. Cela s’avère un début de cycle prometteur pour l’OM, qui profitera certainement de cette aventure avec le compositeur finlandais pour devenir encore meilleur qu’il ne l’est maintenant.

Il reste encore des billets pour ce soir, mais cette fois, avec le Concerto no 3 de Rachmaninov.

LIRE AUSSI:

ACTUALITÉS | Un film sur l’Orchestre Métropolitain sort en novembre – et autres bonnes nouvelles en musique classique

 

 

Caroline Rodgers

Rédactrice en chef chez Ludwig van Montréal
Caroline a découvert la musique à l'âge de 4 ans en observant un pianiste qui jouait dans un mariage. Elle a ensuite appris cet instrument et obtenu son baccalauréat en musique à l'Université Laval dans la classe de Joël Pasquier. Devenue journaliste musicale en 2009 à La Presse, où elle a signé des articles jusqu'en 2017, elle a pu marier ses deux passions: la musique et les mots. Elle est rédactrice en chef de Ludwig van Montréal.

Caroline Rodgers

Rédactrice en chef chez Ludwig van Montréal
Caroline a découvert la musique à l'âge de 4 ans en observant un pianiste qui jouait dans un mariage. Elle a ensuite appris cet instrument et obtenu son baccalauréat en musique à l'Université Laval dans la classe de Joël Pasquier. Devenue journaliste musicale en 2009 à La Presse, où elle a signé des articles jusqu'en 2017, elle a pu marier ses deux passions: la musique et les mots. Elle est rédactrice en chef de Ludwig van Montréal.
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

REVIEW | OSM: Buchbinder’s Beethoven is pure poetry

Par Arthur Kaptainis le 12 février, 2019

OK, je le prends. Despite my initial skepticism over the concept driving the OSM’s four-day “Brahms and the Art of Film” (Le 7e Art et Brahms) cycle at the Maison symphonique, I could accept the final instalment as a pleasant sampler on a Sunday afternoon. Tenuous connections are connections just the same.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

CRITIQUE | La Flûte enchantée par Opéra McGill : une vision renouvelée

Par Michel Joanny-Furtin le 2 février, 2019

Enthousiasmant ! Ce mot simple résume le plaisir que les spectateurs ont vécu lors de cette première représentation d’un des plus populaires chefs d’œuvre de Mozart. Opéra McGill et Patrick Hansen proposent une vision renouvelée de La Flûte enchantée (Die Zauberflöte) à découvrir et à apprécier au Monument-National ce soir et demain après-midi.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

CRITIQUE | Champion à l'Opéra de Montréal: assommant

Par Caroline Rodgers le 27 janvier, 2019

Étant de nature à rechercher le positif en toute chose, je n'ai pas souvent écrit de critiques négatives dans ma carrière. Toutefois, avec Champion, présenté jusqu'au 2 février et dont la première avait lieu hier soir à l'Opéra de Montréal, je dois m'avouer vaincue par K.O. Cet opéra est un four.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.