DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

CRITIQUE | Sonatas & Nocturnes, Michel Bettez et Jeanne Amièle: le basson élégant de Marx à Schreck

Par Frédéric Cardin le 20 novembre, 2017

Sonatas & Nocturnes, par Michel Bettez et Jeanne Amièle
Sonatas & Nocturnes, par Michel Bettez et Jeanne Amièle

Le bassoniste Michel Bettez poursuit inlassablement son entreprise de démocratisation du basson, un instrument encore méconnu du grand public (surtout en tant que soliste). Son album Sonatas & Nocturnes, en duo avec la pianiste Jeanne Amièle, jette une lumière bienveillante sur la musique de chambre pour basson du 19e siècle.

Bettez est un esthète raffiné de son instrument, lequel peut donner l’impression d’être ingrat, mais ce n’est là que préjugé. Le basson est capable d’habiles arabesques et de surprenante légèreté.

Imaginez un type en apparence pataud, mais qui une fois ses patins chaussés prend des allures d’Elvis Stoiko.

Bettez le conteur

Le répertoire uniforme pris dans son ensemble de plus d’une heure ne tarit cependant pas la joliesse des mélodies et l’élégance assurée des constructions.

Le talent de raconteur de Bettez, ainsi que la présence pianistique attentionnée de Jeanne Amièle font de Sonatas & Nocturnes un solide programme de petits plaisirs à découvrir de manière généreuse.

Le principal problème du basson est le lot de préjugés qui l’entoure. Peu de grands compositeurs lui ont accordés leurs grâces. Surtout pas les Romantiques. Exception faite de Vivaldi (avec 39!) et Mozart (un seul, et pas aussi souverainement divin que ses concertos pour flûte et harpe, cors ou encore piano bien entendu), point de concerto digne de ce nom de Haydn, Beethoven, Brahms, Schumann, Mendelssohn, etc.

Un tour de chambre en basson

Bettez nous fait donc faire un tour du propriétaire d’une certaine musique de chambre germanique du 19e siècle avec 3 pièces éparses (2 Nocturnes et un Adagio) et surtout 3 fort belles sonates pour basson et piano, toutes écrites quelque part entre 1800 et 1900, mais pour la plupart de compositeurs méconnus.

Le Nocturne d’Ignaz Lachner est teinté d’une élégante mélancolie. L’Adagio de Louis Spohr sonne comme un lied sans parole, alors que le Notturno op.9 no 4 de Julius Weissenborn a un côté rêveur et introspectif franchement agréable.

Trois sonates, de Marx à Schreck

Des trois sonates offertes sur l’album, celle de Josef Matern Marx (j’ignorais l’existence de ce compositeur avant de lire le livret. Merci Michel Bettez pour cette découverte!) est la plus étoffée avec ses 21 minutes de durée. Et à lui seul, le premier mouvement fait 13 minutes. Je redoutais des longueurs inhérentes à un exercice académique typique d’un compositeur provincial comme il y en avait tant à cette époque.

Pourtant non. Marx avait manifestement un talent efficace pour la création d’idées musicales intéressantes. Dans le premier mouvement, les lignes s’enchaînent avec aisance, dans un processus de transformations et de rappels passablement fluide. Le deuxième mouvement est empreint de tendresse alors que le 3e est un rondeau souriant, alerte et espiègle qui correspond bien à l’idée que l’on se fait de ce genre de personnalité associée au basson.

Le fait qu’il soit mort à 43 ans à une époque qui correspond de nos jours à l’âge d’or des Beethoven, Schubert, Mendelssohn et cie, explique probablement en partie la totale obscurité dans laquelle Marx est retenu de nos jours. C’est dommage.

La Sonate du Néerlandais Johannes Meinardus Coenen proclame un caractère affirmé presque péremptoire dès ses premières mesures. Curieusement, son 3e mouvement est comme une reprise du premier (pas tout à fait, mais extrêmement semblable en caractère), avec une tonalité en do majeur plutôt qu’en do mineur. La musique a beau être d’approche agréable, la redite trahit peut-être un manque d’inspiration?

La dernière des trois sonates est celle d’un certain Gustav Schreck (qui n’a strictement rien à voir avec le cabotin personnage vert de Disney), qui fut entre autre un successeur lointain de Bach à la direction de Saint-Thomas de Leipzig. C’est grâce à lui, notamment, que le Thomanerchor a atteint la notoriété lui ayant valu le respect qu’il impose à tous de nos jours.

Cette sonate a été écrite comme un exercice de style, mais la qualité de son écriture l’élève sans aucun doute au-dessus de la norme de ce genre de compositions.

L’enregistrement réalisé au Conservatoire de Montréal, bien que bénéficiant d’une agréable netteté, est un peu réverbérant à mon goût. On se sent un tantinet éloigné de la scène. Une captation plus intime aurait mieux rendu compte de la chaleur et du velours incomparable de cet instrument, qui plus est si admirablement maîtrisé par Michel Bettez, assurément l’un des meilleurs solistes canadiens en ce moment.

***

Michel Bettez est un infatigable ambassadeur du basson. Voici des extraits d’une œuvre amusante de Maxime Goulet, créée par lui et l’Orchestre symphonique de Laval, et dans laquelle le soliste ne doit pas, disons, e prendre trop au sérieux…

 

 

Frédéric Cardin

Frédéric Cardin

Frédéric Cardin a littéralement grandi avec des disques : ses parents tenaient un magasin de musique à Sorel-Tracy, sa ville natale. Il a apprit le violon pendant quelques années, puis le cor, duquel il peut encore faire sortir quelques notes. Recherchiste, réalisateur, édimestre, chroniqueur et animateur à plusieurs émissions musicales classiques, mais aussi jazz et de musiques du monde à Radio-Canada depuis 1999, Frédéric est également animateur de l'émission Les trésors cachés sur les ondes de Radio VM et de causeries pré-concert à la maison de la culture Saint-Laurent dans la série Les concerts endimanchés, en plus d'être journaliste à la section Portraits de L'Opéra - revue québécoise d'art lyrique. Il a étudié en histoire et en politique internationale, mais c'est la musique qui demeure sa principale muse.
Frédéric Cardin
Frédéric Cardin

Frédéric Cardin

Frédéric Cardin a littéralement grandi avec des disques : ses parents tenaient un magasin de musique à Sorel-Tracy, sa ville natale. Il a apprit le violon pendant quelques années, puis le cor, duquel il peut encore faire sortir quelques notes. Recherchiste, réalisateur, édimestre, chroniqueur et animateur à plusieurs émissions musicales classiques, mais aussi jazz et de musiques du monde à Radio-Canada depuis 1999, Frédéric est également animateur de l'émission Les trésors cachés sur les ondes de Radio VM et de causeries pré-concert à la maison de la culture Saint-Laurent dans la série Les concerts endimanchés, en plus d'être journaliste à la section Portraits de L'Opéra - revue québécoise d'art lyrique. Il a étudié en histoire et en politique internationale, mais c'est la musique qui demeure sa principale muse.
Frédéric Cardin
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

CRITIQUE | CMIM: 16 instants magiques pour le premier jour

Par Michel Joanny-Furtin le 30 mai, 2018

Le premier volet Mélodie du CMIM 2018 s’est déroulé hier mardi en deux temps. Deux concerts d’une grande qualité nous ont permis de découvrir et apprécier seize talents lyriques venus des quatre coins du monde. Malgré certaines voix plus qu’honorables qu’il a négligées, le jury, souverain, a fait son premier choix.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

CMIM 2018 | Six Singers Move On To Aria Finals

Par Joseph So le 6 juin, 2018

For opera fans following the CMIM Competitions, crunch time is fast approaching! Tonight, six candidates gave their all. These hopefuls, together with the six who strutted their stuff last evening, were competing for a coveted spot on the Aria Finals.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

CRITIQUE | Opéra de Montréal: un Roméo et Juliette d'excellente tenue

Par Caroline Rodgers le 20 mai, 2018

Les gens prudents qui n’osent pas aller aux premières de peur de dépenser leur argent pour un spectacle à moitié réussi peuvent être rassurés au sujet du Roméo et Juliette de Gounod à l’Opéra de Montréal : c'est excellent. Si vous aimez cette œuvre – ou même si vous ne la connaissez pas –, allez-y pour la voix de Marie-Ève Munger, pour les décors somptueux, pour l’ensemble de la production qui, sans être irréprochable, vaut vraiment la peine d’être vue et entendue.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.