DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

CRITIQUE | La vie Parisienne : une joie partagée

Par Michel Joanny-Furtin le 28 février, 2020

La vie parisienne de Jacques Offenbach mise en scène par Alain Gauthier est un moment délicieux et joyeux, très communicatif, qui enchante le public de la salle Claude-Champagne. Toute l’équipe autour de l’Atelier d’opéra de l’Université de Montréal (UdeM) a travaillé fort pour en faire un succès. 

La part de chacun ne fut pas une mince affaire afin de mettre en place et coordonner près de 40 chanteurs-comédiens-danseurs en deux distributions et leurs différents costumes, et presque autant de musiciens. Sans compter le chef Jean-François Rivest qui dirige tout ce beau et talentueux petit monde.

Cette production dynamique et pleine de joie est réussie, malgré parfois quelques inégalités dans le jeu et dans le chant, mais rien qui ne gâche le plaisir. On ressent une énergie fortifiante, une envie de jouer, de se faire plaisir et de partager. Les comédiens-chanteurs semblent avoir beaucoup de plaisir à jouer, chanter et danser ensemble et le partagent sans ambages avec le public.

Un feu roulant de musiques et de drôleries

Jean-François Rivest dirige de main de maître cette partition riche et beaucoup moins légère qu’on pourrait le croire. Comme l’explique le chef, « une légèreté paradoxalement très exigeante avec des changements de tempo, d’attitudes, de scènes (…) un exercice pédagogique où l’étudiant apprend à tenir la scène, chanter et parler tour à tour ». La direction est soutenue et rapide – peut-être trop? Il nous a semblé que les chanteurs peinaient à l’occasion à chanter leur texte. La cadence ne faillit pas et même si la représentation dure trois heures avec un entracte, on ne voit pas le temps passer.

Valses, galops, cancans, etc., c’est un feu roulant de rythmes et de musiques et le vaste travail chorégraphique de Noëlle-Émilie Desbiens contribue à cette joie partagée pleine d’humour et de clins d’œil. Une coordination, bien chorégraphiée aussi, des mouvements de décors et des accessoires dans un décor très imagé pour l’époque choisie – 1947- sans excès d’accessoires (et Dieu sait si je suis souvent critique à ce propos…).

Aujourd’hui, les opéras bouffes, par leur légèreté et leur drôlerie, laissent aux metteurs-en-scène une immense liberté imaginative dans la création parce que l’argument n’est qu’un prétexte au divertissement et au plaisir. Ici, cet argument, très alcoolisé au demeurant, est simple : un dandy parisien veut séduire une baronne étrangère en visite à Paris, mais comment éloigner son mari? Stratagèmes de séduction, pièges amoureux et vraies idylles, La vie parisienne se révèle une suite invraisemblable, mais rigoureusement construite et rythmée de chants, de saynètes fantaisistes, de quiproquos, de mises en situation musicales et scéniques pour étoffer l’humour de cette opérette. Au point qu’on pourrait se demander si Offenbach et ses librettistes Meilhac et Halévy n’avaient pas abusé de la dive bouteille en l’écrivant…

 

Les chanteurs-comédiens s’en donnent à coeur joie dans La vie parisienne. (Photo : Antoine Saito)

Des chanteurs-comédiens de qualité

On y entend un chœur assuré et juste, et de magnifiques duos, chantés (la gantière Pauline et le bottier Fritz) et joués (Gabrielle et le Baron). De cette distribution qu’on retrouvera lors de la représentation de samedi, on retiendra les voix des ténors Emmanuel Hasler (Raoul de Gardefeu) et Emmanuel Raymond (le bottier Frick), des soprani Agnès Ménard (Gabrielle), Mélissa Zerbib (la baronne de Gondremarck) et de la mezzo-soprano Camille Brault (Métella).

La voix juste et posée du ténor Jérémie Chené-Arena (le Brésilien) se coordonnait bien à celles de ses camarades de jeu, mais elle manquait toutefois de puissance hier soir, alors qu’il se remettait d’un vilain rhume. Son jeu dramatique, lui, reste pertinent, dynamique et caricatural à souhait.

Sortent du lot le baryton Dominic Veilleux (le baron de Gondremarck) et la soprano Juliette Tacchino (Pauline), tous deux excellents autant par leur jeu théâtral que par leurs qualités vocales. Ces deux-là semblent bien s’amuser sur scène, et c’est tant mieux!

Une soirée plaisante et drôle à ne pas manquer. Deux représentations, ce soir et demain à 19h30, sont encore à l’affiche de la salle Claude-Champagne. Allez-y, vous ne regretterez pas votre soirée!

 

LIRE AUSSI :

 

NOUVELLE | Sir András Schiff au Club Musical de Québec en 2021 et autres artistes invités de la prochaine saison

 

 

Michel Joanny-Furtin

Collaborateur chez Ludwig van Montréal
Journaliste et chroniqueur, cet ancien travailleur social passionné d’art lyrique et de musique classique, mais aussi contemporaine, a commencé comme attaché de presse de jeunes compagnies lyriques et théâtrales tout en poussant quelques improbables contre-uts dans un chœur d’hommes.
Avant de verser dans le journalisme culturel et social local au Québec depuis quelques années, dont une à la SMCQ, cet animateur radio a également produit "Opér’Apéritif" sur les ondes de Radio-Dreyeckland en Alsace puis de CIBL à Montréal pendant quelques années. Comme quoi, entre le micro et la plume, Michel Joanny-Furtin prend toujours… des notes !

Michel Joanny-Furtin

Collaborateur chez Ludwig van Montréal
Journaliste et chroniqueur, cet ancien travailleur social passionné d’art lyrique et de musique classique, mais aussi contemporaine, a commencé comme attaché de presse de jeunes compagnies lyriques et théâtrales tout en poussant quelques improbables contre-uts dans un chœur d’hommes.
Avant de verser dans le journalisme culturel et social local au Québec depuis quelques années, dont une à la SMCQ, cet animateur radio a également produit "Opér’Apéritif" sur les ondes de Radio-Dreyeckland en Alsace puis de CIBL à Montréal pendant quelques années. Comme quoi, entre le micro et la plume, Michel Joanny-Furtin prend toujours… des notes !
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

NOUVELLE | Zones rouges et fermetures de salles: le milieu musical réagit à la décision gouvernementale

Par Caroline Rodgers le 29 septembre, 2020

L'annonce est tombée comme une claque au visage des acteurs du milieu culturel, qu'il s'agisse du théâtre, des orchestres ou des salles de concerts. Pour 28 jours, les salles de spectacles sont fermées, par mesure de précaution sanitaire décrétée par le gouvernement du Québec. Le milieu musical réagit.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

NOUVELLE | L'Opéra de Québec a une nouvelle directrice générale

Par Caroline Rodgers le 28 septembre, 2020

L'Opéra de Québec vient d'annoncer la nomination de sa nouvelle directrice générale. Il s'agit de Katherine Cyr, qui succède à Grégoire Legendre, lequel était en poste depuis 1994. Elle travaillera donc en équipe avec le baryton Jean-François Lapointe, directeur artistique de l'institution.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

RENTRÉE EN MUSIQUE CLASSIQUE | Nouvelles annonces de saisons et de retours en salles pour nos organismes musicaux cet automne

Par Caroline Rodgers le 14 septembre, 2020

Depuis la publication de notre premier article sur la rentrée culturelle, l'Opéra de Montréal, les Violons du Roy et plusieurs autres organismes musicaux ont annoncé leur retour en salles pour l'automne. Voici une nouvelle moisson automnale de concerts à venir.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.