DESKTOP
TABLET (max. 1024px)
MOBILE (max. 640px)
Retourner au début
Ludwig Van
Toronto Montreal

CRITIQUE | Violons du Roy: le chant engagé d'Anthony Roth Costanzo

Par Emmanuel Bernier le 27 septembre, 2018

Le contreténor Anthony Roth Costanzo est l'invité des Violons du Roy cette semaine. (Photo: Matthu Placek)
Le contreténor Anthony Roth Costanzo est l’invité des Violons du Roy cette semaine. (Photo: Matthu Placek)

Dès les premières notes émises par le contreténor Anthony Roth Costanzo hier soir au Palais Montcalm, il paraissait évident que le concert d’ouverture des Violons du Roy allait être à inscrire dans les annales de l’orchestre.

Invité pour un programme Haendel-Glass initialement préparé pour un enregistrement paru ces derniers jours chez Decca, le chanteur états-unien s’est tellement dépassé dans Stille amare, un air de l’opéra Tolomeo de Haendel placé en début de soirée, que nous nous sommes demandé s’il était possible de maintenir un tel standard jusqu’à la toute fin du concert.

Précisons d’emblée que Roth Costanzo n’est pas, stricto sensu, une « grande voix ». Expliquons. Chanteur au gabarit physique on ne peut plus léger, l’artiste possède un instrument qui n’a ni le volume ni la chaleur d’autres voix de contreténors. On le constate notamment dans certains passages d’Amadigi di Gaula de Haendel ou d’Akhnaten de Glass, où le son passe assez difficilement par-dessus l’orchestre.

Le timbre, tendre dans les graves et fruité dans les aigus, reste cependant souvent trop mince dans le médium. Cela n’a pas empêché Roth Costanzo de tutoyer les sommets sur le plan musical. Artiste total, le chanteur ne s’est pas contenté pas de livrer une interprétation correcte : il s’est surpassé à chaque note, mariant musique et texte avec une technique suprêmement maîtrisée.

Certains retiendront les déferlements virtuoses de Rompo i lacci et de Vivi tiranno, des airs tirés des opéras Flavio et Rodelinda de Haendel, où le contreténor a enchaîné les vocalises avec une désarmante assurance. D’autres garderont davantage à l’esprit les moments de pure tendresse chantés, presque susurrés pourrait-on dire par Roth Costanzo, dont les da capo de Lascia ch’io pianga (en rappel) et de Stille amare. À la fin de ce dernier air, lorsque le personnage semble près de trépasser sur le mot « morte », le public retenait son souffle, avant d’applaudir à tout rompre.

Le contreténor a fait preuve du même raffinement dans les extraits d’Akhnaten et de Monsters of Grace de Glass, chantés comme en apesanteur avec une attention spéciale pour chaque inflexion du texte. Chanteur très « physique », Roth Costanzo possédait littéralement la scène et captait d’emblée l’attention du spectateur. Dans The Encounter, de 1000 Airplanes on the Roof, de Glass, un air écrit simplement sur des « a », il semblait chanter avec toutes les pores de sa peau.

L’orchestre est resté un partenaire idéal tout au long de la soirée. On ne s’attendait à rien de moins pour un programme ayant récemment été l’objet d’un enregistrement. Dans le Concerto grosso, opus 6 no 10 de Haendel, le chef Jonathan Cohen, qui inaugure sa première saison à la tête des Violons du Roy, a été égal à lui-même, avec des mouvements lents et modérés sculptés avec grâce dans des tempos idéaux, mais des mouvements rapides manquant un brin de fougue. Les troisième et quatrième mouvements, dans lesquels les entrées en imitations étaient trop « à leur place », insuffisamment spontanées et anticipées, ressemblaient en effet plus à des allegrettos qu’à des allegros.

Vous avez raté ce concert? Les Violons du Roy et Anthony Roth Costanzo seront à la Maison symphonique ce samedi, 29 octobre, à 19 h 30. 

LIRE AUSSI:

GUIDES LUDWIG VAN | Automne 2018 : 12 concerts exceptionnels à ne pas rater

 

Emmanuel Bernier

Emmanuel Bernier

Emmanuel Bernier a étudié au Conservatoire de musique et d’art dramatique du Québec, où il a obtenu un Prix avec distinction en orgue et un diplôme d’études supérieures en chant. Il a été collaborateur au quotidien Le Soleil et écrit régulièrement pour la revue L’Opéra et le site Bachtrack. Il effectue présentement des études de maîtrise en histoire à l’Université Laval.
Emmanuel Bernier
Emmanuel Bernier

Emmanuel Bernier

Emmanuel Bernier a étudié au Conservatoire de musique et d’art dramatique du Québec, où il a obtenu un Prix avec distinction en orgue et un diplôme d’études supérieures en chant. Il a été collaborateur au quotidien Le Soleil et écrit régulièrement pour la revue L’Opéra et le site Bachtrack. Il effectue présentement des études de maîtrise en histoire à l’Université Laval.
Emmanuel Bernier
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300
comments powered by Disqus

Ludwig Van Montreal

CRITIQUE | Enterrement de luxe pour La Science du coeur avec Pierre Lapointe et l'Orchestre Métropolitain

Par Béatrice Cadrin le 22 juin, 2019

Enterrement de luxe pour La Science du cœur symphonique de Pierre Lapointe avec l'Orchestre Métropolitain aux Francofolies vendredi et samedi soirs.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_high_590x300

REVIEW | Tenor Spyres flies high at Lanaudière despite the downpour

Par Arthur Kaptainis le 14 juillet, 2019

Notre critique Arthur Kaptainis s'est laissé charmer par la voix du ténor américain Michael Spyres au Festival de Lanaudière hier soir.
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article

LISZT | Quinze Enfants prodiges de l'histoire de la musique

Par Rebecca Anne Clark le 10 juillet, 2019

 
Lire tout l'article Commentaires
Partager cet article
lv_montreal_banner_low_590x300
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700
lv_montreal_ssb_atf_300x300
lv_montreal_ssb_high_300x300
lv_montreal_ssb_mid_300x300
lv_montreal_ssb_low_300x300
lv_montreal_tsb_high_300x700
lv_montreal_tsb_low_300x700

We have detected that you are using an adblocking plugin in your browser.

The revenue we earn by the advertisements is used to manage this website. Please whitelist our website in your adblocking plugin.